Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Mexique
Bonne nouvelle

Juan de la Cruz Ruiz, détenu maya tsotsil, enfin libre !

Emprisonné depuis le 28 février 2007, Juan de la Cruz Ruiz a finalement été libéré le 9 décembre 2019. Restons mobilisés pour exiger la condamnation de ses tortionnaires et la justice pour ses camarades encore injustement détenus.
JUAN-660x476
©DR - Frayba
Le 10 / 12 / 2019

Juan de la Cruz Ruiz fait partie des 13 détenus mayas tsotsiles au Chiapas qui dénonçaient depuis de nombreux mois des tortures et mauvais traitements ainsi que des procédures iniques à leur encontre. Entre mars et juillet 2019, ils s’étaient notamment mis en grève de la faim. Juan avait alors fait l’objet de mesures d'isolement dans des conditions d’insalubrité extrême. Entre novembre et décembre 2019, des membres du Collectif des familles de prisonniers en lutte et du Centre des droits humains Fray Bartolomé de Las Casas (Frayba) qui les soutiennent ont reçu des menaces de mort et subi de multiples intimidations.

En butte à une plus grande discrimination sociale et marginalisation économique, les communautés autochtones sont plus vulnérables face aux dysfonctionnements du système pénal mexicain. Selon les propres termes de la rapporteuse spéciale sur les droits des peuples autochtones, les personnes indigènes arrêtées et faisant l’objet de poursuites pénales « sont confrontées à des violations du droit d’accès à un procès et une défense équitables à cause du manque d’interprètes, d’avocats, de défenseurs et d’opérateurs de justice qui parlent leur langue et connaissent leur culture. »

Juan avait été emprisonné pour homicide et extorsion sans autres preuves que des aveux obtenus sous la torture, en l’absence d’interprète et d’une défense adaptée. Bien que Juan ait immédiatement dénoncé ses tortures auprès du ministère public et des juges, aucune enquête n’avait été ouverte. En février 2016, une décision de justice ordonnait finalement sa mise en liberté au vu des graves violations des droits humains constatées. Cependant, l’autorité en charge de l’application des peines n’avait pas donné suite. La libération est finalement intervenue ce 9 décembre 2019 sous la forme d’une commutation de la peine en sursis. Les douze années que Juan a passées en prison ont eu de lourdes répercussions économiques pour lui et sa famille (perte de revenus, endettement), ont eu raison de son couple et ont fragilisé le lien à ses enfants.

L’ACAT et l’ONG partenaire Frayba restent mobilisés pour exiger une enquête et des poursuites en justice à l’encontre des responsables, directs ou par omission, de ses  tortures, ainsi qu’une réparation intégrale pour lui et ses proches. Les actions se poursuivent également pour faire libérer d’autres détenus autochtones, victimes de torture et injustement maintenus en prison.

Articles associés

Bonne nouvelle
Libération-Marcelino-Ruiz
Mexique

Marcelino Ruiz a été libéré !

Le 09 / 05 / 2022
Membre de la communauté indigène tzotzil, Marcelino Ruiz était victime d'une procédure inique lancée à son encontre par les autorités du Chiapas, au Mexique. Un groupe d'experts des Nations unies avait qualifié sa détention d'arbitraire.
Appel à mobilisation
AAM_Ruiz-Lopez_Thumbnail_20220323
Mexique

Le Mexique doit libérer Marcelino Ruiz et les frères López

Le 24 / 03 / 2022
Au Chiapas, trois détenus de la communauté indigène tzotzil sont victimes depuis des années d’une procédure inique. Malgré la demande de libération immédiate émise par le groupe de travail sur la détention arbitraire des Nations Unies, les autorités mexicaines continuent de les maintenir en détention. Ils doivent être libérés.
Appel à mobilisation
AAM_Erick-Veronica_Thumbnail_20220217
Mexique

Erick Iván et Verónica doivent être libérés immédiatement

Le 17 / 02 / 2022
Cela fait maintenant près de 11 ans que Erick Ivan et Verónica Razo Casales sont incarcérés sans procès, sur la seule base d’aveux arrachés sous la torture. Au début du mois de février 2022, un de leur bourreau qui travaillait alors pour la police fédérale de Mexico, Porfirio Javier Sánchez, aujourd’hui chef de la Sécurité de l’État de Aguascalientes, a été arrêté pour torture. Malgré cette nouvelle, Erick et Verónica restent emprisonnés. Cela doit cesser.