Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Actualité

J’agis pour Salman Al-Awdah

Salman Al-Awdah a été arrêté début septembre 2017. Après avoir subi de nombreuses sévices et séances de torture, ce prédicateur populaire risque la peine de mort. L’ACAT le soutient et exige sa libération.
am-juillet-2019-couv
Le 19 / 06 / 2019

Condamné pour ses opinions

Avec 13 millions d’abonnés sur twitter, Salman Al-Awdah est un intellectuel religieux, très respecté dans son pays. Issu du mouvement de la Sahwa (le réveil) islamique, il s’est opposé à la présence des troupes américaines au Koweït dès les années 1990. Après 5 années passées en prison de 1994 à 1999, avec d’autres membres du mouvement, il poursuit son combat pour plus de démocratie et de libertés individuelles en Arabie saoudite.
« Qu’Allah corrige leurs coeurs pour le bien de leurs peuples » voici ce qu’a twitté le prédicateur à propos du blocus imposé par l’Arabie saoudite à l’encontre du Qatar en septembre 2017. Une neutralité qui a profondément choqué le gouvernement saoudien. Il ne leur a fallu que quelques heures pour arrêter Salman Al-Awdah à son domicile. Il a ensuite été emprisonné à Djedda dans des conditions inhumaines : isolé durant les 5 premiers mois, enchaîné et menotté dans sa cellule, privé de sommeil et de soutien médical, interrogé de jour comme de nuit… Du fait de ces conditions de détention extrêmes, il a dû être hospitalisé en janvier 2018. Depuis la comparution de Salman al-Awdah, le 4 septembre 2018 devant la cour pénale spéciale de Riyad, le procureur saoudien continue de requérir la peine de mort à son encontre. Salman Al-Awdah est visé par 37 chefs d’accusation dont aucun n’a été rendu public.


Derrière un apparent progressisme

La sombre histoire du journaliste Jamal Khashoggi a dévoilé au monde occidental le visage totalitaire du prince héritier Mohammed Ben Salman, prétendument progressiste, alors même que les violations des droits humains vont bon train depuis son accession au pouvoir en juin 2017. Depuis en eff et, le pouvoir saoudien a procédé à l’arrestation de nombreux intellectuels et critiques du régime comme Salman Al-Awdah. Puis en 2018, ce sont plusieurs défenseures des droits des femmes qui ont été emprisonnées. Les défenseur·e·s connaissent malheureusement très souvent le même sort : en plus de séances de torture, ils sont emprisonné·e·s pour de longues années. Certains risquent même la peine capitale.
De nombreuses organisations non gouvernementales appellent les Nations unies et plus largement la communauté internationale, à cesser d’ignorer cette situation et à faire pression sur Ryad. Cela a déjà porté ses fruits : la peine de mort de la défenseure Israa Al-Ghomgham n’est finalement plus requise par le procureur.

Ensemble, soutenons Salman Al-Awdah ! Mobilisons-nous !

Agissez : téléchargez notre lettre d'intervention

Articles associés

Actualité
visuel avent

Avent 2022 : La torture ne fait de cadeaux à personne

Le 02 / 12 / 2022
A l'approche des fêtes de Noël, souvenons-nous de celles et ceux qui sont privés d'un proche victime d'arrestations arbitraires.
Actualité
Photo_Actualité 20ème Congrès PCC-redim
Chine

20ème congrès du Parti communiste chinois, dix ans de règne...

Le 12 / 10 / 2022
Le 16 octobre aura lieu le 20ème congrès du Parti Communiste Chinois (PCC), dont l’objectif est de désigner les dirigeants de la Chine pour cinq ans. Sauf évènement inattendu, Xi Jinping devrait être reconduit à son poste de secrétaire général du Parti pour un troisième mandat, après déjà presque dix ans de présidence. L'occasion de revenir sur son bilan en matière de droits humains, entre des arrestations arbitraires de la société civile et des crimes contre l’humanité commis envers les Ouïghours.
Actualité
image pdm coal - site

30 ans de correspondances pour dire non à la peine de mort

Le 10 / 10 / 2022
À l'occasion de la 20e journée mondiale contre la peine de mort consacrée à la torture, l'ACAT-France qui a mis en place une action de correspondance avec les condamnés à mort aux Etats-Unis il y a plus de 30 ans, a interrogé Paa Kofi, chargé de mobilisation et responsable de l'animation du programme. Il nous explique en quoi le lien tissé entre les correspondants et les détenus est essentiel.