Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Arabie Saoudite
Actualité

J'agis pour Samar Badawi

Samar Badawi est une défenseure des droits humains saoudienne. Engagée sur tous les fronts, elle se bat pour la liberté des femmes dans son pays. Un combat qui lui vaut d’être détenue depuis juillet 2018, sans avoir été jugée. L’ACAT se mobilise pour obtenir sa libération.
Cover-samar-badawi
Le 02 / 04 / 2019

Se battre pour ses droits fondamentaux, à n’importe quel prix

Samar Badawi n’a jamais eu peur d’aff ronter le patriarcat et l’autoritarisme tenace du royaume saoudien. Son combat a commencé en 2008 lorsqu’elle quitte le domicile de son père pour un refuge de femmes. Accusée par ce dernier de désobéissance, elle riposte, l’accusant à son tour d’abuser de son droit de tutelle, lui faisant subir des violences depuis son adolescence et l’empêchant de se marier (alors qu’elle avait 27 ans). Samar Badawi est emprisonnée pendant 7 mois, puis relâchée sous la pression d’une campagne menée sur les réseaux sociaux par son avocat et futur mari Waleed Abulkhair. Dès sa sortie, la militante participe à la campagne « Les femmes au volant » (Women to drive), en conduisant dans les rues de Djeddah. Elle se bat également pour le droit de vote en attaquant directement le ministère des Aff aires rurales et municipales, celui-ci ayant refusé de l’inscrire à un bureau de vote. En 2014, elle s’engage pour la libération de son frère Raïf Badawi, lui aussi militant des droits humains, et de son mari Waleed Abulkhair, en soutenant leur cause devant le Conseil des droits de l’homme à Genève. En 2016, elle est à nouveau arrêtée et conduite à la prison de Dhahban, où son frère Raïf Badawi est aussi détenu. Elle est finalement libérée, mais pour peu de temps…

Une violente répression contre les défenseur·e·s

En juin 2018, le prince héritier Mohammad Ben Salman levait l’interdiction pour les femmes
de conduire. Un geste apparemment progressiste, mais pourtant précédé, quelques semaines auparavant, de l’arrestation de plusieurs militantes qui réclamaient ce droit. Samar Badawi n’échappe pas à cette vague de répression : elle est arrêtée le 30 juillet 2018, comme Nassima al-Sadah. Les deux femmes sont emprisonnées dans la prison de Dhahban, sans raison et sans avoir pu contacter leur avocat. Comme elles, plusieurs détenues ont rapporté des faits de violences physiques et sexuelles subies au cours de leurs interrogatoires. Dans le courant de cette année 2018, d’autres défenseur·e·s des droits humains ont été emprisonné·e·s, là encore sans possibilité de voir ni même de contacter leur famille ou leur avocat. Par ailleurs, le royaume ne ménage pas ses forces pour discréditer ces opposants, notamment au travers de campagnes diff amatoires via les médias offi ciels. À ce jour, Samar Badawi n’a toujours pas été jugée et peut, c’est à redouter, s’attendre au pire.

Ensemble, exigeons la libération de Samar Badawi !

Agissez ! Téléchargez notre lettre d'intervention

Articles associés

Appel à mobilisation
Salman_al-Ouda
Arabie Saoudite

Salman al-Awdah : 4 ans de détention à l’isolement

Le 09 / 09 / 2021
Arrêté le 10 septembre 2017, il est détenu à l’isolement depuis lors et a subi de nombreux mauvais traitements qui ont grandement détériorés sa santé. Depuis septembre 2018, les audiences de son procès ne cessent d’être reportées tandis que le procureur continue de requérir la peine de mort contre al-Awdah.
Actualité
AM 2020-10-CARROUSSEL2
Arabie Saoudite

Contre la peine de mort, j'agis pour la libération de Salman ...

Le 24 / 09 / 2020
Avec l’arrivée en 2015 de Salman Al-Saoud et de son fils le Prince héritier Mohammed Ben Salman, à la tête du royaume, le triste record de 184 personnes exécutées a été atteint en 2019. Salman Al-Awdah, un religieux très populaire, est enfermé dans les geôles saoudiennes depuis 3 ans et risque la peine de mort.
Communiqué
Parly
Émirats arabes unisFranceArabie SaouditeYémen

Ventes d'armes en 2019 : Audition de Parly

Le 07 / 07 / 2020
Alors que l’audience de la Ministre des Armées, Florence Parly, se tient à huis-clos ce 7 juillet, le Parlement doit pouvoir exercer enfin un véritable contrôle des ventes d’armes françaises.