Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Chine
Actualité

Imposer une peine de 12 ans à Huang Qi revient à le condamner à mort !

Le journaliste Huang Qi, fondateur d’un site d’informations sur les droits humains en Chine, vient d’écoper d’une peine de 12 ans de prison pour « divulgation de secrets d’Etat » après 32 mois de détention. Extrêmement malade et privé de soins, il risque de ne pas survivre à sa détention.
am-juin-2019-huang-qi
FRED DUFOUR/AFP
Le 30 / 07 / 2019

Le 29 juillet 2019, la Cour populaire intermédiaire de Mianyang, dans la province du Sichuan, a condamné le journaliste et défenseur des droits humains Huang Qi à 12 ans de prison, assortis de 4 ans de privation de droits politiques, six mois après son procès à huis clos. Il s’agit de la plus lourde peine imposée à un défenseur des droits humains ces dernières années.

Huang Qi, détenu depuis le 28 novembre 2016, est atteint d’une maladie rénale chronique et d’hydrocéphalie. Il a également développé des affections cardiaques et pulmonaires suite à ses passages en prison et aux mauvais traitements subis en camp de travail. Au cours de ses 32 derniers mois en centre pénitentiaire, Huang Qi a indiqué à plusieurs reprises avoir été torturé par des policiers et roué de coups par d'autres détenus dans le but de lui arracher des confessions. Malgré tout, il a toujours refusé de plaider coupable.

Depuis des mois, les autorités chinoises lui interdisent l’accès à des soins et son état de santé se dégrade de jour en jour. Sa condition est critique, et pourrait être fatale s’il ne bénéficie pas d’une libération pour raison médicale.

Non contentes de priver Huang Qi de sa liberté et de sa voix, les autorités chinoises harcèlent également sa mère Pu Wenqing, âgée de 85 ans, qui se bat sans relâche pour son fils. Kidnappée en décembre 2018 alors qu’elle se rendait à Pékin, elle demeure depuis assignée à résidence et sous surveillance de la police dans le Sichuan. Pu Wenqing a dû se rendre à l’hôpital au début du mois de juillet 2019 car elle souffrirait d’un cancer des poumons. Elle craint de ne jamais pouvoir revoir son fils.

 

Ensemble, agissons pour libérer Huang Qi, sa famille a besoin de votre mobilisation !

>>> Téléchargez notre lettre d'intervention et faites-la parvenir aux autorités chinoises 

 

Journaliste, activiste et ancien prisonnier de conscience

Huang Qi dénonce les exactions du régime chinois depuis son site 64Tianwang créé en 1998 (« 64 » en référence au 4 juin 1989 – jour du massacre de Tiananmen). En 2003, ravivant la mémoire de la terrible répression de Tiananmen, il écope de 5 ans de prison pour subversion. Puis, entre 2008 et 2011, il est à nouveau emprisonné pour avoir enquêté sur des failles d’infrastructures ayant potentiellement entraîné la mort de milliers d’écoliers lors d’un tremblement de terre au Sichuan en 2008.

En Chine, la prison tue

Les autorités chinoises n’ont jusque-là jamais prononcé de condamnation à mort à l’encontre d’un défenseur des droits humains. Pourtant, elles sont responsables du décès  de plusieurs d’entre eux. Leur refus délibéré  de leur accorder des soins vitaux est une forme de représailles et de torture. Depuis 2014, au moins cinq prisonniers politiques sont morts dans les geôles chinoises. En dépit du statut international de Liu Xiaobo, prix Nobel de la paix 2010, les autorités chinoises lui ont refusé une libération pour raisons médicales lorsque ce dernier a contracté un cancer du foie, avant de mourir quelque mois plus tard en juillet 2017. D’autres anciens détenus ont trouvé la mort peu de temps après leur libération, à l’image du dissident Yang Tongyan en novembre 2017. Le 10 juillet 2019, l’avocat Ji Sizun est décédé à l’hôpital, relâché de prison deux mois auparavant dans un état de semi-coma. L’absence d’obligation de rendre des comptes sur les décès de militants en prison ou suite à leur remise en liberté pour raisons médicales laisse craindre que nombre d’entre eux aient été causés par les mauvais traitements des autorités chinoises.

Pour en savoir plus, retrouvez notre article paru dans le magazine Humains n°11 (mai/juin 2019) : « En Chine, la prison tue ».

Articles associés

Bonne nouvelle
Libération-Lee-Ming-Cheh_Thumbnail
ChineTaïwan

Lee Ming-Che enfin à Taïwan après cinq ans de détention

Le 16 / 05 / 2022
Défenseur des droits humains à Taïwan, Lee Ming-Che avait été reconnu coupable de « subversion de l’État » en novembre 2017. Après avoir été détenu au secret pendant plus de huit mois, puis condamné à cinq ans de prison, il est enfin rentré libre à Taïwan.
Appel à mobilisation
AAM_Li-Qiaochu_Thumbnail_20220505
Chine

L’état de santé de Li Qiaochu est incompatible avec sa d...

Le 05 / 05 / 2022
Li Qiaochu est une défenseuse des droits humains qui a milité pour les droits des femmes et des travailleurs, ainsi que pour les campagnes #MeToo en Chine. Elle a été arrêtée en février 2020 et de nouveau un an plus tard, quelques jours après avoir révélé sur Internet la torture dont les défenseurs des droits humains Ding Jiaxi et Xu Zhiyong, son compagnon, faisaient l’objet en détention.
Appel à mobilisation
AAM_Fang-Bin_Thumbnail_20220407
Chine

Je demande la libération immédiate de Fang Bin

Le 07 / 04 / 2022
Après deux ans sans nouvelles, on dispose enfin d’informations quant à la situation de l’homme d’affaires Fang Bin, résident de Wuhan. Dès le 25 janvier 2020, il a été l’un des premiers lanceurs d’alerte à diffuser sur internet des images montrant la réalité de l’ampleur de la situation sanitaire due à la Covid-19 sur place, après avoir été témoin du transport de plusieurs corps de victimes de la maladie. Par la suite, il a continué à exercer son droit à la liberté d’expression tout en faisant régulièrement l’objet de menaces de la part des autorités chinoises jusqu’à son arrestation, le 9 février 2020.