Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Mexique
Rapport

Au nom de la guerre contre le crime

Depuis la déclaration de la « guerre contre le crime » par le pouvoir exécutif en 2006, forces de l’ordre et opérateurs de justice ont eu tendance à expédier des enquêtes à charge en torturant.
mexique_rapport_au_nom_guerre_contre_crime jpg
Crédits : Eduardo Jaramillo, NOTIMEX, AFP
Le 26 / 06 / 2013

A l’occasion de la journée internationale de soutien aux victimes de la torture, l’ACAT, en collaboration avec des ONG mexicaines, publie son rapport "Au nom de la guerre contre le crime", une étude du phénomène tortionnaire au Mexique.

En décembre 2006, face au développement de la violence, le président Felipe Calderón a déclaré la « guerre contre le crime ». Entre 50 et 60 000 militaires ont été déployés dans les rues pour assurer la sécurité intérieure et une série de mesures d’exception ont été prises, qui renforcent les pouvoirs autoritaires et arbitraires des forces de sécurité et des magistrats.

Dans ce contexte, le recours à la torture a augmenté de manière dramatique. Sous la pression du pouvoir exécutif, forces de l’ordre et opérateurs de justice ont eu tendance à expédier des enquêtes à charge en torturant. Selon José Rosario Marroquín, directeur du Centre Prodh, « on fabrique des coupables censés être responsables de la violence pour masquer l’inefficience des enquêtes et atténuer la pression sociale ».

Les récits de victimes décrivent un mode opératoire récurrent. Des commandos lourdement armés, cagoulés, embarquent des personnes sans s’identifier ni présenter de mandats d’arrêt. Au lieu de confier immédiatement la personne arrêtée au ministère public ou à un juge, comme la loi le prévoit, les forces de l’ordre la détiennent au secret et la torturent afin d’obtenir des aveux de culpabilité. Asphyxie par sac plastique, simulacre de noyade et chocs électriques comptent parmi les techniques les plus courantes. Ensuite, des agents du ministère public peuvent couvrir ces irrégularités, voire continuer à torturer en vue de recueillir les dépositions qui les intéressent. Ces aveux permettent par ailleurs le placement sous arraigo, une forme de détention arbitraire avant toute inculpation qui dure jusqu’à 80 jours et prolonge le risque de tortures.

Il est difficile pour les victimes de porter plainte. Quand elles y parviennent, elles doivent affronter pressions et menaces puis des procédures très longues truffées d’irrégularités. L’impunité est de mise : très peu d’auteurs de tortures sont sanctionnés.

L’actuelle campagne électorale n’a vu aucun débat sur la question. Le recours aux forces armées ne semble pas remis en cause. De nouvelles contre-réformes qui porteraient sérieusement atteinte aux droits de l’homme sont en attente de vote au Congrès…

Une autre politique est pourtant nécessaire. L’ACAT, le CCTI, le Centre Prodh, le Centre Frayba et Código DH proposent dans leur rapport des recommandations pour aider le Mexique à en finir avec le phénomène tortionnaire.

Note :

  • Le rapport "Au nom de la guerre contre le crime" est disponible en français et en espagnol.

 

Articles associés

Bonne nouvelle
Libération-Frères-López
Mexique

Les frères Montejo López sont libres !

Le 18 / 05 / 2022
Après la libération, il y a quelques jours, de Marcelino Ruiz, l'ACAT-France apprend avec beaucoup de satisfaction la libération d'Abraham et German López Montejo. Membres eux aussi de la communauté indigène tzotzil, ils avaient été arrêtés arbitrairement et soumis à la torture pour avouer sous la contrainte un meurtre qu'ils n'avaient pas commis.
Bonne nouvelle
Libération-Marcelino-Ruiz
Mexique

Marcelino Ruiz a été libéré !

Le 09 / 05 / 2022
Membre de la communauté indigène tzotzil, Marcelino Ruiz était victime d'une procédure inique lancée à son encontre par les autorités du Chiapas, au Mexique. Un groupe d'experts des Nations unies avait qualifié sa détention d'arbitraire.
Appel à mobilisation
AAM_Ruiz-Lopez_Thumbnail_20220323
Mexique

Le Mexique doit libérer Marcelino Ruiz et les frères López

Le 24 / 03 / 2022
Au Chiapas, trois détenus de la communauté indigène tzotzil sont victimes depuis des années d’une procédure inique. Malgré la demande de libération immédiate émise par le groupe de travail sur la détention arbitraire des Nations Unies, les autorités mexicaines continuent de les maintenir en détention. Ils doivent être libérés.