Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Notre magazine

N° 336 : L'ordre et la force, enquête sur les violences policières en France

Les forces de l'ordre ont pour mission de protéger les citoyens. Elles peuvent avoir recours à la fforce, à condition que celle-ci soit nécessaire et proportionnée. Quelle frontière entre force légitime et violences policières illégales ?
eborgne
Crédits : Olivier Roller / ACAT
Le 02 / 02 / 2016

Edito :

  • Droits de l'homme : après le 13 novembre, rester vigilant (Jean-Etienne de Linares=

Le dossier : l'ordre et la force, enquête sur les violences policières en France

  • Recours à la force : une frontière ténue entre le légitime et l'illégal
  • Lever le voile sur un sujet tabou
  • Flashball, l'arme des gueules cassées
  • Taser : une arme aux effets méconnus
  • "I can't breathe". Des gestes d'immobilisation qui étouffent
  • Enquêtes sur les violences policières : quelle indépendance ?
  • Des policiers au-dessus de la loi ?

Regards sur le monde :

Télécharger le Courrier de l'ACAT n° 336

Articles associés

Article
JM_15-Mars_FAQ_Thumbnail
France

Et si on parlait enfin de la police du 21ème siècle ?

Le 15 / 03 / 2022
Le 15 mars marque la Journée internationale contre les violences policières. Depuis 2016, l’ACAT-France a publié deux rapports sur les violations commises par les forces de l’ordre : L’ordre et la force (2016), puis Maintien de l’ordre, à quel prix ? (2020). Le constat dressé alors reste le même aujourd’hui : les forces de l’ordre en France continuent à recourir à des techniques d’immobilisation dangereuses et à employer des armements qui provoquent de trop nombreux dommages. La police du 21ème siècle se fait attendre. Et si on en parlait enfin ?
Appel à mobilisation
AAM_Mumbere-Ushindi_Thumbnail_20220210
République Dém. du Congo

Il faut enquêter sur la mort d’un militant de la Lucha

Le 10 / 02 / 2022
Mumbere Ushindi alias Dodo, militant de 22 ans du mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha), est décédé, le lundi 24 janvier 2022, à l’hôpital de Beni des suites d’une blessure par balle. Un agent des forces de défense et de sécurité congolaises (FDS) lui avait tiré une balle dans le ventre, presqu’à bout portant, dans le quartier Kanzuli, à Beni, au cours de la répression d’une journée « ville-morte » dénonçant l’insécurité dans la région. Il s’agit du troisième militant de la Lucha tué à Beni, en différentes occasions au cours des trois dernières années, par les balles d’agents des FDS.
Appel à mobilisation
20220120_aam_torture_commissariat_congo_thumbnail
Congo

Il faut enquêter sur les allégations de tortures !

Le 20 / 01 / 2022
Dans la nuit du 4 au 5 novembre 2021, six hommes – dont Brandon Keurtys Eleck, 26 ans, Guilliano Pernel Loubaki, 35 ans, Guira Hyppolite Doukoro, 47 ans, Arnaud Mondzola Embouet, 32 ans – sont morts au sein du Commandement territorial des forces de police de Brazzaville, l’ex-Commissariat central. Ils étaient sous mandat de dépôt, sous la surveillance de la police congolaise. Jusqu’à ce jour, aucune enquête n’a été menée par les autorités congolaises compétentes pour établir les faits et les responsabilités dans ce nouveau drame lié à l’usage routinier de la torture dans le pays.