Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Notre magazine

HUMAINS N°21 - ABOLITION DE LA PEINE DE MORT, 40 ANS APRÈS ?

Il y a 40 ans, le 9 octobre 1981, la France abolissait la peine de mort mais, dans notre pays, ils sont encore 55% à estimer qu’il faudrait la rétablir. Ce numéro met en lumière l’inhumanité de ce châtiment que seuls 107* pays ont aboli pour tous les crimes. Concernant la France, les exécutions extrajudiciaires, notamment dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, posent question. L’honneur d’un pouvoir n’est-il pas aussi de s’affranchir de la vox populi ? La 19e Journée mondiale contre la peine de mort, commémorée le 10 octobre et dédiée aux femmes condamnées à mort, nous rappelle que le combat pour l’abolition est également adossé à la lutte contre les discriminations.
h21_actu
Le 04 / 10 / 2021

Édito

« Abolition sans exception » (Bernadette Forhan, Présidente de l’ACAT-France)

Focus

« Prisonniers sahraouis, le calvaire continue ! » (Elias Geoffroy, responsable Programme et plaidoyer Afrique du Nord et Moyen-Orient de l’ACAT-France)

Décoder

« Les ONG dans le viseur de la répression » (Nathalie Seff, déléguée générale de l’ACAT-France et Éric Mirguet, directeur du pôle Programmes et plaidoyer de l’ACAT-France)

« La prison, entre expiation et réinsertion » (Brice Deymié, aumônier national des prisons, Fédération protestante de France)

Fondamentaux

« Exécutions judiciaires : quand l’État tue »

Dossier - Abolition de la peine de mort en France, 40 ans après ?

Dans le premier article, Marc Crépon, philosophe, directeur de recherche au CNRS et directeur du master de philosophie à l’École normale supérieure, aborde la question de l’inhumanité de la peine de mort, châtiment irréversible ne laissant aucune chance à la personne condamnée, qu’elle soit coupable ou innocente.  Dans le deuxième article, Olivier Cahn, professeur de droit pénal à CY Paris Cergy Université, montre comment le permis de tuer est utilisé par nos gouvernants à travers les exécutions extrajudiciaires hors de nos frontières. Propos d’ailleurs confirmés par Me Patrick Baudoin, avocat au barreau de Paris, président d’honneur de la FIDH et ancien rapporteur auprès de la CNCDH d’un avis sur la condamnation à mort de ressortissants français par les juridictions irakiennes, dans l’interview qu’il a accordée à Louis Linel, chargé de communication et plaidoyer de l’ACAT-France. Celui-ci boucle le dossier avec un article sur les femmes condamnées à mort.

Agir

Retrouvez dans cette rubrique des tas d'infos et d'outils pour militer.

Méditer

« Tu ne tueras point… » (Frédéric Rognon, professeur de philosophie à la faculté de théologie protestante de l’université de Strasbourg)

 

Télécharger Humains n° 21 

N'hésitez pas à vous abonner !

 

*Lors de la publication de cette page, le nombre de pays abolitionnistes a été actualisé. Il est de 109 d'après les derniers calculs de l'ACAT-France.

Articles associés

Appel du mois
WEB 1160 x 600_ACTU 2023-02
Arabie Saoudite

J’agis pour Israa al-Ghomgham

Le 23 / 01 / 2023
Arrêtée pour avoir simplement manifesté en décembre 2015, Israa al-Ghomgham risquait la peine de mort. Suite à une mobilisation en sa faveur, elle a été condamnée à huit ans d’emprisonnement en 2021 avant de voir sa détention augmentée de cinq années supplémentaires en 2022.
Article
Birmanie-Manifestations-Junte
Birmanie

La société civile birmane à l'agonie

Le 23 / 01 / 2023
Deux ans après le coup d'État militaire et l’instauration d'un régime arbitraire responsable de violations massives des droits humains, l’ACAT-France appelle à l'abolition de la peine de mort en Birmanie. 
Appel à mobilisation
AAM_Ho-Duy-Hai_Actu
Vietnam

Ho Duy Hai risque toujours la peine de mort

Le 21 / 12 / 2022
Ho Duy Hai a été condamné à mort en 2008, au terme d’une enquête bâclée fondée seulement sur une confession obtenue sous la torture. Il l’a récusée par la suite, mais elle a été confirmée en appel. Le 4 décembre 2014, il a obtenu que son exécution soit stoppée par le président de l’époque, sous la pression de l’opinion publique. Son dossier a été réexaminé à plusieurs reprises, jusqu’au 8 mai 2020 lorsque la Cour populaire suprême de Hanoï a malheureusement confirmé les verdicts énoncés par le tribunal de première instance et la cour d’appel en 2008 et 2009.