Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
États-Unis
Communiqué

Torture : le président Obama loin du compte

Barack Obama a reconnu le 1er août que les Etats-Unis ont pratiqué la torture après les attentats du 11 septembre 2001. Selon l’ACAT, cette déclaration masque le manque de volontarisme du président américain contre la torture.
etats_unis_obama
Le 04 / 08 / 2014

Barack Obama a reconnu le 1er août lors d’un point presse à la Maison blanche que les Etats-Unis ont pratiqué la torture après les attentats du 11 septembre 2001. Selon l’ACAT, cette déclaration masque le manque de volontarisme du président américain contre la torture.

Selon Jean-Etienne de Linares, délégué général de l’ACAT, « Barack Obama tente de déminer le terrain avant la déclassification du rapport du Sénat sur les techniques d’interrogatoire de la CIA. Il s’agit d’une déclaration a minima, qui se contente d’admettre ce qui est depuis longtemps de notoriété publique. »

Barack Obama laisse entendre que la torture n’existait qu’en réponse à la destruction du World Trade Center. Pourtant, la torture est utilisée depuis beaucoup plus longtemps par les services de renseignement américains, qu’elle soit pratiquée directement ou sous-traitée à d’autres pays ou des sociétés privées. La seule spécificité de l’ère Bush est que la torture était alors revendiquée comme une pratique légitime.

Si le président américain est sincère dans sa volonté de lutter contre la torture, il doit permettre que des poursuites en justice soient engagées, et désigner qui a donné quels ordres, à quelle personnes, qui les a exécutés et quelles ont été les victimes. Le refus de fermer le camp de Guantanamo est la preuve la plus criante du manque d’investissement politique de Barack Obama contre la torture.

« Lutter contre la torture, c’est mettre fin à l’alimentation forcée des prisonniers – notamment sur les détenus de Guantanamo –  via des sondes gastriques » ajoute Jean-Etienne de Linares. « C’est aussi en finir avec le fait que plus de 80 000 détenus américains sont maintenus à l’isolement absolu des années durant dans les prisons de sécurité maximum. Une torture au ralenti. »

« Obama déclare que ses services ne pratiquent plus la torture. Toutefois, les drones de la CIA et de l’US Air Force éliminent à distance ceux qu’elles désignent comme terroristes. Pas vraiment ce qu’on appelle un progrès. »

Contact presse :

Pierre Motin, 01 40 40 40 24 / 06 12 12 63 94 pierre.motin@acatfrance.fr  

Articles associés

Communiqué
Lettre-Ouverte_Sommet-USA-ASEAN_20220511
BirmanieÉtats-UnisVietnam

Lettre ouverte à Joe Biden en amont du sommet États-Unis-ASEAN

Le 12 / 05 / 2022
Peu avant le sommet spécial États-Unis-ASEAN qui se tiendra à Washington DC les 12 et 13 mai 2022, plusieurs ONG de défense des droits de l’homme écrivent au président Joseph Biden pour l’alerter sur l’escalade des atteintes aux droits numériques et suppression de la liberté d’expression en Asie du Sud-Est.
Rapport
actu-rt-1160x600
AngolaCongoFranceMexiqueMauritaniePhilippinesÉtats-UnisVietnam

12 éclairages pays pour comprendre le recours à la torture

Le 01 / 09 / 2021
Le 26 juin 2021, à l’occasion de la Journée internationale des Nations unies pour le soutien aux victimes de la torture, l’ACAT-France a publié la 6ème édition de son rapport Un monde tortionnaire. Douze États font l’objet d’un éclairage sur les pratiques tortionnaires et sur ce que leur acceptation, leur légitimation et leur banalisation disent des sociétés.
Actualité
Charles Flores_ aout 2015 - copie
États-Unis

Une avocate de la dernière chance pour Charles Flores

Le 07 / 10 / 2020
Gretchen Sween, avocate spécialisée dans la défense des condamnés à mort indigents au Texas, tente par tous les moyens de casser la condamnation à mort de Charles Flores. Elle pointe les nombreux obstacles pour défendre des accusés encourant la peine capitale et les condamnés à mort aux États-Unis.