Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
France
Communiqué

Mineur blessé par un tir de « flash-ball » à Montreuil : le policier condamné

Le tribunal correctionnel de Bobigny a condamné un policier auteur d’un tir de « flash-ball » ayant gravement atteint l’œil d’un mineur en octobre 2010. Une arme qui, selon l’ACAT, doit être interdite dans le cadre d’opérations de maintien de l’ordre.
france_flashball_2
Crédits : Maxime Fort / Flickr Creative Commons
Le 02 / 04 / 2015

Le tribunal correctionnel de Bobigny a condamné un policier auteur d’un tir de « flash-ball » ayant gravement atteint l’œil d’un mineur en octobre 2010. C’est la deuxième décision de justice en deux semaines qui reconnaît la dangerosité des lanceurs de balles de défense. Une arme qui,  selon l’ACAT, doit être interdite dans le cadre d’opérations de maintien de l’ordre.

Selon Salomé Linglet, responsable violences policières à l’ACAT, « Le verdict rendu aujourd’hui par le tribunal correctionnel de Bobigny est clair : aucune violence avérée ne justifiait l’emploi fait par la police d’une telle arme. »

Le policier auteur du tir a été condamné à un an de prison avec sursis, deux ans d’interdiction de port d’arme, et un an d’interdiction professionnelle, pour usage disproportionné de la force, faux et usage de faux [1].

Il y a deux semaines, un gendarme de Mayotte était déjà condamné à deux ans de prison avec sursis pour avoir fait usage d’un lanceur de balles de défense sur un enfant de 9 ans, qui a perdu un œil. Depuis 2004, l’ACAT a recensé au moins 30 blessés graves et un décès suite à l’utilisation de telles armes.

Au moins 30 blessés graves et un décès depuis 2004

Selon Salomé Linglet, « Au travers de ces deux décisions, la justice reconnait l’extrême dangerosité de cette arme et les risques de banalisation de son usage par la police.  Au cours de l’audience dans l’affaire de Geoffrey Tidjani, le discours du policier était  éclairant : les lanceurs de balles de défense sont utilisés pour sonner la personne et l’interpeller, non pour disperser un attroupement. Il est temps que le pouvoir politique en tire les leçons nécessaires. Au regard de l’extrême dangerosité de cette arme, son utilisation dans des opérations de maintien de l’ordre doit être interdite. »

Elle souligne également que « dans les affaires de violences policières, les condamnations judiciaires et les sanctions disciplinaires sont très à la marge. Dans la majorité des cas, les agents continuent d’exercer. Ceci nourrit un sentiment fort d’impunité chez les victimes et familles de victimes. Certes, la condamnation judiciaire en elle-même est un acte symbolique fort mais la faiblesse et la rareté de ces sanctions laissent planer le doute quant à la tolérance de ces actes de violences. »

En octobre 2010, Geoffrey Tidjani, âgé de 16 ans, prenait part à une manifestation organisée devant son lycée à Montreuil. La police intervient et décide de faire usage de lanceurs de balles de défense en dehors de tout cadre légal. Il est atteint au visage par un tir de « flash-ball ». Son œil est gravement atteint et il devra subir de nombreuses opérations pour réparer les fractures du visage.

Contact presse :

Pierre Motin, 01 40 40 40 24 / 06 12 12 63 94 pierre.motin@acatfrance.fr  

Notes aux rédactions :

  • [1] Le procureur avait requis une condamnation plus sévère « un an de prison avec sursis, une interdiction d’exercer le métier de policier pendant deux ans et l’interdiction de porter une arme pendant 5 ans. »

 

Articles associés

Communiqué
Darmanin_Thumbnail
France

Le ministre de l'Intérieur méconnaît la réalité des perso...

Le 28 / 11 / 2022
Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, a demandé que soient appliquées les mêmes mesures de suivi aux étrangers faisant l'objet d'une OQTF que ceux ayant commis une infraction. Une atteinte sévère à l'état de droit qui assimile les personnes étrangères à des personnes délinquantes.
Communiqué
Darmanin_Thumbnail
France

Péril sur le droit d'asile !

Le 23 / 11 / 2022
Le 23 novembre, Gérald Darmanin a invité plusieurs organisations de la société civile à une concertation portant sur le droit d'asile, excluant une partie importante des acteurs de la Coordination française pour le droit d'asile dont l'ACAT-France est membre. Alors que le gouvernement français prépare un nouveau projet de loi pour réformer le droit d'asile, les mesures annoncées mettent en grand danger l'exercice du droit d'asile, pourtant droit fondamental et socle de notre solidarité.
Article
cfda_logo
France

Conditions minimales pour que l’asile soit un droit réel

Le 22 / 11 / 2022
Alors que le gouvernement annonce une nouvelle loi sur l’asile et l’immigration, la Coordination française pour le droit d’asile (CFDA) pose les 15 conditions minimales pour que l’asile soit un droit réel.