Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
République Dém. du Congo
Communiqué

Massacre de 131 civils en RDC : la France doit davantage appuyer la lutte contre l’impunité

Dans une enquête publiée le 7 décembre, les Nations unies pointent la responsabilité du groupe armé M23, soutenu par le Rwanda, dans le massacre de 131 civils les 29 et 30 novembre 2022 en République démocratique du Congo (RDC). L’ACAT-France demande aux Nations unies de poursuivre les enquêtes sur le terrain afin d’établir toute la vérité sur ce massacre et sur les soutiens du M23. La France doit proposer une assistance comme elle l’a fait en Ukraine.
 Félix-Tshisekedi_Thumbnail_20221020
Le président de la RDC, Félix Tshisekedi. © Photo US State Department / Michael Gross (domaine public)
Le 12 / 12 / 2022

Télécharger le communiqué de presse.

Depuis le milieu des années 1990, l’est de la RDC est le théâtre d’affrontements sanglants où s’opposent, parfois par milices interposées, plusieurs puissances de la région des Grands Lacs pour le contrôle des ressources naturelles. En 2010, la publication du « Rapport Mapping », par le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme, inventoriait déjà 617 incidents violents commis entre 1993 et 2003. Ce rapport n’a pourtant fait l’objet d’aucun suivi réel de la part de la communauté internationale, des autorités congolaises ou des États de la sous-région, laissant l’impunité devenir la règle en RDC.

Conséquence, le pays est toujours déchiré par de graves violences comme celles perpétrées les 29 et 30 novembre dernier à Kishishe et Bambo, deux villages situés dans la province du Nord‑Kivu. C’est dans ce contexte d’impunité généralisée qu’au moins 131 civils ont été tués, 60 autres enlevés, et 22 femmes et 5 filles violées, lors de l’attaque de leurs villages.

L’enquête préliminaire de la MONUSCO, la mission des Nations unies sur place, établit la responsabilité directe du M23, un groupe rebelle congolais soutenu par le Rwanda voisin. Commis en représailles, ces crimes sont qualifiables de crimes de guerre voire de crimes contre l’humanité.

La communauté internationale ne peut laisser les enquêtes en cours connaître le même sort que le « Rapport Mapping », tombé dans l’oubli au détriment des victimes. Elle doit demander que les responsabilités soient clairement établies à tous les niveaux du M23 et de ses soutiens. L’Union européenne doit appuyer la justice congolaise ainsi que la justice internationale si celle-ci est amenée à se substituer aux juridictions locales dans cette affaire.

Au-delà des condamnations par voie de presse, il est nécessaire que la France propose une assistance à la RDC ainsi qu’à la justice internationale comme elle l’a fait en Ukraine, lorsque des actes semblables avaient été découverts en avril dernier.


Contact presse :

Louis Linel, chargé de communication et plaidoyer
communication@acatfrance.fr | +33 1 40 40 74 10 | +33  6 27 76 83 27

Articles associés

Appel à mobilisation
 Félix-Tshisekedi_Thumbnail_20221020
République Dém. du Congo

Condamné à mort à l’issue d’un procès non équitable

Le 19 / 10 / 2022
Joseph Mwamba Nkongo est l’une des nombreuses personnes condamnées à mort en République démocratique du Congo (RDC). Bien que ce pays n’ait plus exécuté la moindre personne depuis 2003, il continue de condamner régulièrement des personnes à la peine capitale. Depuis décembre 2021, Joseph Mwamba Mwamba fait partie des plus de 500 personnes détenues dans les « couloirs de la mort » de ce pays et attend son exécution, sans en connaître la date.
Article
Kopax-ACAT_Thumbnail
République Dém. du Congo

Lutte contre l’impunité en RDC : une étape incontournable

Le 19 / 09 / 2022
L’ACAT-France a récemment répondu présente à l’invitation du mouvement citoyen Conscience Congolaise pour la Paix qui œuvre en faveur de la justice et la paix en République démocratique du Congo (RDC) lors d’une Conférence internationale pour la paix en RDC, le 16 septembre 2022. Clément Boursin, responsable Afrique, est intervenu dans un panel d’experts sur la thématique de la « lutte contre l’impunité ». L’occasion de passer en revue les défis qui attendent le pays en matière de justice, alors que les responsables de nombreuses et graves violations des droits humains commises ces dernières années restent impunis et que leurs victimes attendent encore vérité, justice et réparation.
Appel à mobilisation
AAM_Lucha_Thumbnail_20220421
République Dém. du Congo

Condamnation inique de 13 militants de la Lucha

Le 21 / 04 / 2022
Treize jeunes membres du mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha) ont été condamnés, le 1er avril 2022, à un an de prison ferme par le Tribunal militaire de Béni en violation de leurs droits à la liberté de manifestation et d’expression. Ils avaient manifesté pacifiquement contre l’insécurité dans leur province, le 11 novembre 2021.