Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Communiqué

Loi « anti-casseurs » : le durcissement sécuritaire n’est pas la solution

L’ACAT fait de nouveau part de son inquiétude quant à l’allongement, semaine après semaine, de la liste des personnes blessées à l’occasion des dernières manifestations. De plus, l’adoption d’un nouveau dispositif législatif sécuritaire, annoncée par le Premier ministre, n’est pas la solution à une gestion plus efficace des manifestations.
france_police_arc_triomphe
Le 10 / 01 / 2019

Le 7 janvier, le Premier ministre, Edouard Philippe, a annoncé vouloir «  actualiser » le schéma national de l’ordre public, investir dans du nouveau matériel et accélérer l’examen par l’Assemblée nationale de la proposition de loi dite « anti-casseurs » adoptée par le Sénat en octobre dernier visant à prévenir les violences lors des manifestations. L’ACAT rappelle que des dispositions législatives sévères existent déjà pour interpeller et condamner les personnes se rendant coupables de violences ou de dégradations.

L’ACAT souligne l’obligation pour l’Etat, parallèlement à ses missions régaliennes de maintien de l’ordre public, de garantir la sécurité et le respect de la dignité des personnes sur la voie publique et en particulier des manifestants.

Le droit de manifester doit être garanti et non entravé. Or, l’équilibre fragile entre maintien de l’ordre et respect des libertés publiques semble encore loin d’être trouvé, comme en témoigne le nombre préoccupant de personnes blessées ces dernières semaines. A ce titre, l’ACAT déplore qu’en lieu et place de nouvelles mesures sécuritaires, l’Etat n’engage pas une réflexion plus approfondie sur la nécessaire réforme de la doctrine afférente au maintien de l’ordre telle que mise en œuvre aujourd’hui. L’ACAT renouvelle notamment sa demande de renoncer aux armes comportant des risques de dommage excessifs ou d’utilisations abusives, et notamment les lanceurs de balles de défense.

L’ACAT appelle encore une fois les autorités françaises à repenser résolument ses méthodes d’intervention des forces de sécurité, aux fins de réduire au minimum le recours à la force, à l’instar de ce qui se fait dans d’autres pays européens. Basé sur le dialogue et la désescalade, le modèle dit « KFCD » (Knowlegde, Facilitation, Communication, Differenciation) vise notamment à minimiser les violences collatérales, inutiles ou dangereuses, ainsi qu’à construire et à entretenir un dialogue permanent avec la foule afin de permettre une désescalade des tensions.

Par ailleurs, l’ACAT qui dénonce tout acte de violence, y compris ceux commis envers les forces de l’ordre, regrette également l’absence de condamnation explicite, par les autorités, des cas d’usage disproportionné ou illicite de la force par certains policiers et gendarmes. L’ACAT exhorte les autorités françaises à diligenter des enquêtes promptes et effectives lorsque de telles accusations sont formulées et rappelle sa demande de création d’un organe entièrement indépendant chargé d’enquêter sur les faits commis par des forces de l’ordre.

Note aux rédactions

Les analyses de l'ACAT

Contact presse :

Mariam Chfiri : 01.40.40.40.24, mariam.chfiri@acatfrance.fr

Articles associés

Article
JM_15-Mars_FAQ_Thumbnail
France

Et si on parlait enfin de la police du 21ème siècle ?

Le 15 / 03 / 2022
Le 15 mars marque la Journée internationale contre les violences policières. Depuis 2016, l’ACAT-France a publié deux rapports sur les violations commises par les forces de l’ordre : L’ordre et la force (2016), puis Maintien de l’ordre, à quel prix ? (2020). Le constat dressé alors reste le même aujourd’hui : les forces de l’ordre en France continuent à recourir à des techniques d’immobilisation dangereuses et à employer des armements qui provoquent de trop nombreux dommages. La police du 21ème siècle se fait attendre. Et si on en parlait enfin ?
Appel à mobilisation
AAM_Mumbere-Ushindi_Thumbnail_20220210
République Dém. du Congo

Il faut enquêter sur la mort d’un militant de la Lucha

Le 10 / 02 / 2022
Mumbere Ushindi alias Dodo, militant de 22 ans du mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha), est décédé, le lundi 24 janvier 2022, à l’hôpital de Beni des suites d’une blessure par balle. Un agent des forces de défense et de sécurité congolaises (FDS) lui avait tiré une balle dans le ventre, presqu’à bout portant, dans le quartier Kanzuli, à Beni, au cours de la répression d’une journée « ville-morte » dénonçant l’insécurité dans la région. Il s’agit du troisième militant de la Lucha tué à Beni, en différentes occasions au cours des trois dernières années, par les balles d’agents des FDS.
Appel à mobilisation
20220120_aam_torture_commissariat_congo_thumbnail
Congo

Il faut enquêter sur les allégations de tortures !

Le 20 / 01 / 2022
Dans la nuit du 4 au 5 novembre 2021, six hommes – dont Brandon Keurtys Eleck, 26 ans, Guilliano Pernel Loubaki, 35 ans, Guira Hyppolite Doukoro, 47 ans, Arnaud Mondzola Embouet, 32 ans – sont morts au sein du Commandement territorial des forces de police de Brazzaville, l’ex-Commissariat central. Ils étaient sous mandat de dépôt, sous la surveillance de la police congolaise. Jusqu’à ce jour, aucune enquête n’a été menée par les autorités congolaises compétentes pour établir les faits et les responsabilités dans ce nouveau drame lié à l’usage routinier de la torture dans le pays.