Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Émirats arabes unis
Communiqué

Lettre ouverte à Jürgen Stock, Secrétaire général d'Interpol

Objet : Élection de M. Ahmed Al-Raisi (photo) à la présidence d’Interpol et l’influence croissante des Émirats arabes unis sur l’organisation
al-raisi_interpol
Le 29 / 11 / 2021

Télécharger la lettre en français

Télécharger la lettre en anglais

Objet : Élection de M. Ahmed Al-Raisi à la présidence d’Interpol et l’influence croissante des Émirats arabes unis sur l’organisation

Cher Monsieur Jürgen Stock,

Nous, les organisations soussignées, vous écrivons pour exprimer notre plus profonde préoccupation concernant l’élection de M. Ahmed Al-Raisi, Inspecteur général du ministère de l’Intérieur des Émirats arabes unis (EAU), à la présidence d’Interpol lors de la 89ème Assemblée générale.

Comme vous le savez déjà, un grand nombre de préoccupations ont été exprimées au cours des derniers mois de la part d’organisations de la société civile, de pays membres de l’UE, des parlements français, britannique et allemand, ainsi que par des victimes de torture aux Émirats arabes unis qui ont déposé des plaintes contre M. Al-Raisi dans plusieurs pays.

Nous pensons que l’élection de M. Al-Raisi à la présidence va gravement nuire à la réputation d’Interpol et saper sa capacité à mener à bien sa mission de manière efficace, dans l’esprit de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Cette élection envoie également un message effrayant : l’organisation internationale de police peut être présidée par le représentant d’un régime autocratique, lui-même accusé de torture.

Des préoccupations avaient déjà été soulevées concernant le manque de transparence et de surveillance dans le processus électoral. À cet égard, nous nous félicitons de l’adoption récente par l’Assemblée générale de la Résolution n°2 modifiant les procédures relatives à la nomination et à l’élection des candidats au Comité exécutif, dans le but d’assurer une plus grande transparence et intégrité. Bien que nous soyons déçus que de telles réformes n’aient pas été adoptées avant l’élection de M. Al-Raisi, nous pensons qu’il s’agit d’un pas dans la bonne direction.

Nous notons également avec intérêt que le Comité exécutif adoptera un code de conduite lors de la 90ème Assemblée générale au plus tard. Cependant, nous pensons que la définition d’un code de conduite pour le Comité exécutif par les membres eux-mêmes sous-tende divers conflits d’intérêts, ce qui peut gravement menacer la légitimité et l’impartialité dudit code.

En outre, nous craignons que l’élection de M. Al-Raisi ne s’inscrive dans la continuité des efforts déployés par les Émirats arabes unis pour maintenir et accroître leur influence sur les fonctions et opérations d’Interpol :

Ainsi, nous trouvons extrêmement inquiétantes les récentes informations faisant état d’une proposition des autorités émiraties à destination du gouvernement français de financer et d’accueillir la direction exécutive d’Interpol. Nous vous exhortons, en tant que Secrétaire général d’Interpol, à rejeter toute proposition faite à cet égard.

Par ailleurs, la Fondation Interpol pour un monde plus sûr, créée dans le seul but de canaliser les fonds gouvernementaux des Émirats arabes unis vers Interpol, reste le deuxième contributeur volontaire de l’organisation en 2020. En tant que membre du conseil de la Fondation, vous ne pouvez pas ignorer les allégations d'« influence indue » qui ont été soulevées au cours des dernières années. Outre les accusations de torture dont fait l’objet M. Al-Raisi, le président et membre du Conseil d’administration de la Fondation Interpol, M. Elias Murr, a récemment été accusé de torture dans le cadre d’une plainte déposée contre lui en Suisse, comme l’a rapporté l’Agence de presse libanaise.

Nous pensons que, tant que cette relation entre la Fondation et Interpol perdurera, l’organisation souffrira de l’ingérence des autorités émiraties. Nous vous exhortons donc à démissionner du Conseil d’administration de la Fondation et à rejeter les fonds provenant de la Fondation.

Compte tenu de ce qui précède, nous vous prions de bien vouloir faire part des préoccupations susmentionnées aux États membres d’Interpol.

Nous vous remercions de votre considération et restons disponibles si vous souhaitez discuter plus avant de cette question.

Bien cordialement,

Signataires :

  1. Action des chrétiens pour l'abolition de la torture (ACAT-France)

  2. ALQST for Human Rights

  3. Association of Victims of Torture in the UAE (AVT-UAE)

  4. Americans for Democracy and Human Rights in Bahrain

  5. CIVICUS

  6. Democracy for the Arab World Now (DAWN)

  7. Emirates Detainees Advocacy Center (EDAC)

  8. European Center for Democracy and Human Rights (ECDHR)

  9. Euro-Mediterranean Human Rights Monitor (Euro-Med Monitor)

  10. FairSquare

  11. Freedom Forward

  12. The Freedom Initiative

  13. Safeguard Defenders

  14. MENA Rights Group

  15. SAM Organization for Rights and Liberties

Articles associés

Communiqué
Parly
Émirats arabes unisFranceArabie SaouditeYémen

Ventes d'armes en 2019 : Audition de Parly

Le 07 / 07 / 2020
Alors que l’audience de la Ministre des Armées, Florence Parly, se tient à huis-clos ce 7 juillet, le Parlement doit pouvoir exercer enfin un véritable contrôle des ventes d’armes françaises.
Communiqué
YEMEN-visuel_actu
Émirats arabes unisAllemagneFranceArabie SaouditeYémen

Vente d'armes : 5 ONG saluent l'engagement de l'Allemagne

Le 31 / 03 / 2020
ACAT-France, ALQST, Campaign Against Arms Trade (CAAT), Gulf Centre for Human Rights (GCHR) et MENA Rights Group saluent la décision de l'Allemagne de prolonger son embargo sur les armes à destination de l'Arabie Saoudite et appellent les autres gouvernements à suivre son exemple, alors que la guerre du Yémen marque sa cinquième année. En outre, les organisations demandent aux autorités allemandes de l'étendre en y incluant l'interdiction d'exporter des pièces détachées et des composants et en suspendant les ventes d'armes à toutes les parties au conflit.
Actualité
YEMEN-visuel_actu
Émirats arabes unisFranceArabie SaouditeYémen

Mobilisation en ligne pour les 5 ans du conflit au Yémen

Le 25 / 03 / 2020
Le 26 mars 2015, l’Arabie saoudite à la tête d’une coalition internationale, lançait une intervention militaire au Yémen. En cinq ans, le conflit a fait plus de 100 000 morts, dont 12 000 civils tués lors d’attaques. L’ACAT, avec d’autres ONG, appelle à une mobilisation en ligne pour dénoncer la poursuite des ventes d’armes européennes à la coalition menée par l’Arabie saoudite.