Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Liban
Communiqué

Les autorités doivent abandonner les poursuites contre les militants qui luttent contre la torture

L’ACAT et plusieurs autres ONG condamnent fermement le harcèlement judiciaire constant dont font l’objet des représentants du Centre libanais des droits humains (CLDH) pour avoir dénoncé des détentions arbitraires et des actes de torture.
liban_cldh
Marie Daunay et Wadih Al-Asmar lors de la remise du prix des droits de l'homme de la république française, en 2014.
Le 08 / 06 / 2015

L’ACAT, l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme (un programme conjoint de l’Organisation mondiale contre la torture - OMCT et de la FIDH), le Réseau euro-méditerranéen des droits de l’Homme (REMDH) et Front Line Defenders condamnent fermement le harcèlement judiciaire constant dont font l’objet des représentants du Centre libanais des droits humains (CLDH) pour avoir dénoncé des détentions arbitraires et des actes de torture.

Nos organisations condamnent cette tentative d’instrumentalisation du système judiciaire à des fins politiques et exhortent le système judiciaire libanais à abandonner toutes les poursuites intentées contre ces défenseurs des droits de l’Homme lors de la prochaine audience le 11 juin ou le jugement est prévu .

Le 11 juin 2015, Mme Marie Daunay et M. Wadih Al-Asmar, respectivement présidente et secrétaire général du Centre libanais des droits humains (CLDH), comparaîtront devant le tribunal des publications pour une deuxième audience publique dans le cadre d’une enquête lancée en mars 2011. Ces deux défenseurs des droits de l’Homme sont accusés de « diffamation » ; ils pourraient être condamnés à une amende et à un an de prison. Le CLDH est une organisation membre du REMDH, qui lutte contre la détention arbitraire, la torture et les disparitions forcées.

L’affaire a été portée devant la justice à la suite d’une plainte déposée par le responsable du Mouvement Amal, un parti libanais, et chef du parlement libanais contre le CLDH. La plainte en question portait sur la publication le 10 février 2011 d’un rapport intitulé « Détention arbitraire et torture au Liban : l’amère réalité du Liban », qui dénonçait les pratiques de torture présumées des services de sécurité libanais. L’un des paragraphes du rapport présente des témoignages relatifs à des arrestations menées par le Mouvement Amal. Au cours de certaines de ces enquêtes, de graves accusations de torture ont été portées.

La première audience publique du procès s’est tenue le 17 mars devant le tribunal des publications de Baabda, en présence d’ONG et de diplomates, y compris des représentants de l’Union européenne et des Nations Unies. Le juge Elias Khoury, qui présidait la séance, a annoncé qu’il rendrait son jugement le 11 juin.

Nos organisations condamnent fermement le harcèlement judiciaire constant dont font l’objet les représentants du CLDH. Ces poursuites visent uniquement à sanctionner leurs activités et leur rôle fondamental dans la dénonciation des violations des droits de l’Homme. Nous demandons aux autorités de mettre un terme à ces pratiques et d’abandonner immédiatement et sans condition toutes les accusations portées à leur encontre. Les autorités libanaises doivent également garantir l’intégrité physique et psychologique de Mme Daunay et de M. Al-Asmar, ainsi que des autres membres du CLDH et de tous les défenseurs des droits de l’Homme au Liban.

Enfin, nous appelons les autorités libanaises à veiller au respect absolu des droits de l’Homme et des libertés fondamentales, conformément aux normes internationales des droits de l’Homme et aux instruments internationaux ratifiés par le Liban, ainsi qu’à la Déclaration sur les défenseurs de droits de l’Homme, adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies.

Contacts presse :

  • ACAT : Pierre Motin : +33 (0) 1 40 40 40 24 / +33 (0)6 12 12 63 94 pierre.motin@acatfrance.fr
  • OMCT : Miguel Martín Zumalacárregui : + 41 (0) 22 809 49 24
  • FIDH : Arthur Manet/Lucie Kroening : + 33 (0) 1 43 55 25 18
  • REMDH : Samer Ibrahim Abu Rass : +32 2 503 19 73
  • Front Line Defenders : Jim Loughran : + 353 (0) 1 212 37 50

 

Articles associés

Appel à mobilisation
AAM_Lokman-Slim_Thumbnail_20220303
Liban

Toujours pas de justice pour Lokman Slim

Le 03 / 03 / 2022
Le 4 février 2021, il y a maintenant plus d’un an, l’intellectuel, éditeur, réalisateur et militant Lokman Slim a été retrouvé mort dans sa voiture dans le sud du Liban de plusieurs balles dans la tête. Alors que l’enquête perdure depuis maintenant plus d’un an, il n’y a eu aucune réelle avancée : l’enquête est toujours dans une phase de « collecte d’informations » et les auteurs de l’assassinat n’ont toujours pas été identifiés ni arrêtés. Rien n’aurait encore mené à des « pistes importantes » selon une source judiciaire
Appel urgent
Lokman Slim
Liban

Le défenseur et intellectuel Lokman Slim assassiné

Le 18 / 02 / 2021
Alors que sa famille avait signalé sa disparition la veille, l’intellectuel et militant Lokman Slim a été retrouvé mort dans sa voiture de plusieurs balles dans la tête le 4 février 2021 dans le Sud Liban. Il était parti rendre visite à des amis dans le sud Liban et était reparti de chez eux dans la soirée. Ne le voyant pas revenir et n’arrivant pas à le joindre sur son portable, sa famille avait donné l’alerte de sa disparition sur les réseaux sociaux.
Communiqué
prison-2
Émirats arabes unisBahreïnAlgérieÉgypteSahara OccidentalIranIrakIsraëlJordanieKoweïtLibanLibyeMarocOmanPalestineQatarArabie SaouditeSyrieTunisieYémen

COVID-19 : Appel à protéger les prisonniers de la Région ANMO

Le 24 / 03 / 2020
À la lumière de la pandémie de COVID-19 − qualifiée « d'urgence de santé publique de portée internationale » par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) − nous, les organisations soussignées, exprimons notre vive inquiétude quant à la situation des détenu·e·s et des prisonnier.e.s dans la région de l'Afrique du Nord et du Moyen-Orient (ANMO). Si certains États de la région ont pris des mesures positives pour protéger la population dans son ensemble, la population carcérale reste particulièrement exposée à la propagation du virus.