Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Mauritanie
Communiqué

Lutte antiterroriste ne doit pas rimer avec torture

Sous prétexte de lutte antiterroriste, de nombreuses personnes qui contestent le pouvoir mauritanien subissent des tortures
mauritanie_manifestation jpg
Crédits : Magharebia (Flickr Creative Commons)
Le 18 / 11 / 2013

Manuel Valls s’est rendu en Mauritanie dimanche 17 novembre afin d’échanger avec les autorités mauritaniennes sur la thématique de la lutte contre le terrorisme. L’ACAT rappelle que sous prétexte de lutte antiterroriste, de nombreuses personnes qui contestent publiquement le pouvoir mauritanien sont arrêtées et subissent des tortures et mauvais traitements.

En visite officielle à Nouakchott, le ministre français de l’Intérieur a affirmé que « en matière de renseignement, de formation de la gendarmerie, de la police, d’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication, nous pouvons aller incontestablement plus loin » dans la coopération entre la France et la Mauritanie.

Selon Clément Boursin, responsables des programmes Afrique à l’ACAT, « Depuis 2003, plusieurs dizaines d’islamistes avérés ou présumés, dont des imams et des dignitaires religieux, et des personnes taxées de liens avec AQMI ont été arrêtées au nom de la lutte contre le terrorisme et ont été systématiquement torturées ».

Tout en saluant, au nom de la France, l’engagement de la Mauritanie dans la lutte contre le terrorisme, le ministre français de l'Intérieur a signé avec son homologue mauritanien un protocole de partenariat visant à renforcer la coopération en matière de sécurité et de gouvernance. L’ACAT espère que cette coopération aura un volet formation important dédié aux droits de l’homme et à l’interdiction absolue d’user de la torture. « Actuellement, les officiers de police judiciaire placés sous la tutelle du ministère mauritanien de l’Intérieur recourent fréquemment à la torture durant leurs enquêtes » rappelle Clément Boursin.

« Dans le cadre de cette coopération, la France devra également promouvoir le volet judiciaire car en Mauritanie, l’impunité des agents de l’État soupçonnés de torture est totale » indique Clément Boursin. Les gouvernements successifs ont toléré, cautionné et même encouragé cette pratique. Prêts à reconnaître le recours aux mauvais traitements et à la torture de la part de leurs prédécesseurs, les pouvoirs publics n’ont entrepris aucune réforme importante du fonctionnement des forces de sécurité et n’ont, à ce jour, poursuivi aucun de leurs membres pour de tels crimes.

Contact presse :

Pierre Motin, 01 40 40 40 24 pierre.motin@acatfrance.fr

Notes :

Articles associés

Article
mauritanie_projet_renforcement_2016-2018
Mauritanie

Mauritanie : un cycle de projets se termine pour l’ACAT-France

Le 07 / 01 / 2022
Une dernière mission de terrain de l’ACAT-France a été menée à Nouakchott, capitale de la République islamique de Mauritanie, du 11 au 16 octobre 2021, afin de clôturer le cycle de projets de « renforcement de la société civile dans la prévention de la torture et l’accès à la justice en Mauritanie »
Bonne nouvelle
mauritanie_reconnaissance_ira_2022
Mauritanie

Mauritanie : l'ONG IRA enfin reconnue !

Le 06 / 01 / 2022
Avec l'adoption d'une nouvelle législation relative aux associations, le régime des autorisations des associations mauritaniennes est désormais conforme aux standards internationaux. Conséquence directe : l'ONG Initiative de résurgence du mouvement abolitionniste, longtemps soutenue par l'ACAT-France, est formellement reconnue.
Rapport
actu-rt-1160x600
AngolaCongoFranceMexiqueMauritaniePhilippinesÉtats-UnisVietnam

12 éclairages pays pour comprendre le recours à la torture

Le 01 / 09 / 2021
Le 26 juin 2021, à l’occasion de la Journée internationale des Nations unies pour le soutien aux victimes de la torture, l’ACAT-France a publié la 6ème édition de son rapport Un monde tortionnaire. Douze États font l’objet d’un éclairage sur les pratiques tortionnaires et sur ce que leur acceptation, leur légitimation et leur banalisation disent des sociétés.