Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
ArgentineFrance
Communiqué

La justice française doit extrader l’ex-policier argentin Mario Sandoval

Suite au report du 28 mars dernier, la Chambre Criminelle de la Cour de Cassation tiendra le 11 avril 2018 l’audience sur la demande d'extradition de Mario Sandoval, soumise il y a six ans par la République d'Argentine.
2_-_beatriz_flia_y_carlos_loza-912ae
Le 09 / 04 / 2018

AUDIENCE LE 11 AVRIL à 9h00 A LA CHAMBRE CRIMINELLE DE LA COUR DE CASSATION, PALAIS DE JUSTICE-PARIS,

Paris, Buenos Aires, 9 avril 2018 -

Nos organisations demandent à la Chambre Criminelle de la Cour de Cassation de confirmer les décisions exemplaires des Cours d’Appel de Paris et de Versailles, conformes aux obligations internationales de la France en matière de poursuites des auteurs de disparition forcée, et d'autoriser l'extradition de Mario Sandoval en Argentine.

Ancien officier de la police de Buenos Aires, Mario Sandoval est poursuivi en Argentine pour crimes contre l’humanité commis durant la dictature (1976-1983). Pour nos organisations, il est temps que Mario Sandoval - installé en France depuis 1985 - soit extradé et réponde de ses actes devant la justice argentine.

Cette audience fait suite au pourvoi présenté par Mario Sandoval devant la Cour de Cassation à l'encontre de l'avis favorable à son extradition rendu par la Cour d’Appel de Versailles, le 19 octobre 2017. Un premier avis favorable avait été rendu par la Cour d’Appel de Paris le 28 mai 2014.

Mario Sandoval est poursuivi dans le cadre de l'enquête menée par le juge argentin Sergio Torres sur les crimes commis au sein de l'École supérieure de mécanique de la marine (ESMA) de Buenos Aires, le plus grand centre de détention et de torture clandestin, dans lequel plus de 5 000 détenus ont disparu durant la dictature.

Mario Sandoval est mis en cause, alors qu’il était agent de la division des affaires politiques de la police fédérale argentine, dans l'enlèvement et la disparition, en octobre 1976, d’Hernán Abriata, militant de la Jeunesse universitaire péroniste.

La famille Abriata, en particulier la mère d’Hernán, Beatriz, âgée de 92 ans, et son épouse, Mónica Dittmar, témoins impuissantes de son enlèvement, réclament justice depuis plus de 40 ans.

Signataires:

  • ACAF - Assemblée de citoyens argentins en France
  • ACAT - Action des chrétiens pour l’abolition de la torture
  • FAL - France Amérique latine
  • FIDH - Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme
  • LDH - Ligue des droits de l’homme
  • CAJ - Comité de Acción Jurídica
  • CELS - Centro de Estudios Legales y Sociales
  • LADH - Liga Argentina por los derechos del hombre

Contacts presse :

ACAT : Mariam Chfiri, mariam.chfiri@acatfrance.fr, 01 40 40 40 24

FIDH : Samuel Hanryon, shanryon@fidh.org, 06 72 38 42 94


Articles associés

Actualité
Remise-ADM-asile-Europe_Photo-Site-02
France

5 000 signatures pour une autre politique européenne de l'asile

Le 09 / 05 / 2022
Alors que la Conférence sur l’avenir de l’Europe se clôture avec le discours du président Emmanuel Macron, nous lui remettons sur son bureau à l’Élysée plus de 5 000 courriers demandant la mise en place d’un droit d’asile effectif en Europe.
Actualité
QMP main site
France

L'ACAT-France soutient le film Que m’est-il permis d’e...

Le 26 / 04 / 2022
Le film coréalisé par Vincent Gaullier et Raphael Girardot rejoint la liste des longs-métrages promus par l’ACAT dans le cadre de son engagement pour l’éducation populaire au travers des outils culturels.
Communiqué
Tribune_Organisations-Chrétiennes-Présidentielles-2022
France

Appel à un sursaut citoyen au service du bien commun

Le 19 / 04 / 2022
À l’occasion de l’élection présidentielle, nous, responsables d’organisations chrétiennes, protestantes et catholiques, et le représentant de la Métropole grec-orthodoxe de France, Patriarcat Œcuménique, appelions à un large débat démocratique. Nous insistions sur trois défis majeurs : le scandale des inégalités qui frappent en premier lieu les plus vulnérables, l’urgence écologique, et la paix et le vivre ensemble dans une société fracturée.