Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Chine
Communiqué

La France doit condamner l’arrestation des avocats des droits de l’homme

11 avocats chinois détenus depuis juillet 2015 ont été accusés de « subversion du pouvoir de l’Etat » ou « d’incitation à la subversion du pouvoir de l’Etat » cette semaine. L’ACAT est profondément inquiète de leur sort étant donné l’omniprésence de la torture dans les geôles chinoises et appelle les autorités françaises à rompre leur silence sur ces événements.
8026289932_3908428e52_b
Crédits : Lain / Flickr Creative Commons
Le 15 / 01 / 2016

11 avocats chinois détenus depuis juillet 2015 ont été accusés de « subversion du pouvoir de l’Etat » ou « d’incitation à la subversion du pouvoir de l’Etat » cette semaine. L’ACAT est profondément inquiète de leur sort étant donné l’omniprésence de la torture dans les geôles chinoises et appelle les autorités françaises à rompre leur silence sur ces événements.

Depuis le début de l’année, six avocats (Li Shuyun, Liu Sixin, Wang Quanzhang, Wang Yu, Zhao Wei et Zhou Shifeng) ont été accusés de « subversion du pouvoir de l’Etat » et trois (Bao Longjun, Xie Yang et Xie Yanyi) « d’incitation à la subversion du pouvoir de l’Etat ». Gao Yue a elle été accusée « d’aider à la destruction de preuves » et Wang Qiushi, avocat de la défense de Wang Quanzhang, placé en « résidence surveillée dans un lieu désigné » le 10 janvier 2016. On reste sans nouvelles des avocats Li Heping et Li Chunfu et des défenseurs des droits de l’Homme Tang Zhishun et Xing Qingxian.

Certains de ces avocats stagiaires et assistants n’ont qu’une vingtaine d’année et n’ont commis d’autre crime que celui d’aider leurs aînés à fournir un conseil juridique à ceux que le pouvoir chinois ignore ou réprime, tels que les paysans expropriés, les dissidents ou les pétitionnaires.

Dans une affaire parallèle, Peter Dahlin, citoyen suédois travaillant pour le China Urgent Action Working Group, a été arrêté à l’aéroport de Pékin alors qu’il se préparait à se rendre en Thaïlande. Sa compagne chinoise a également disparu. Depuis 2009, le China Urgent Action Working Group soutient les « avocats aux pieds nus », qui défendent gratuitement les victimes d’expropriation forcée et de détention arbitraire. Malgré des requêtes répétées, l’ambassade de Suède en Chine n’a toujours pas eu accès à son ressortissant. En empêchant toute communication consulaire, la République populaire de Chine est en violation directe de son propre droit et de la Convention de Vienne sur les relations consulaires.

Ces attaques frontales contre des défenseurs des droits de l’homme ajoutées à d’autres évènements du même type qui ont marqué l’année 2015 tels que l’arrestation de jeunes féministes chinoises au mois de mars, celle de militants ouvriers au mois de décembre, la condamnation de l’avocat Pu Zhiqiang pour « incitation à la haine ethnique » et l’expulsion d’Ursula Gauthier, journaliste de l’Obs le 31 décembre 2015 souligne la posture de plus en plus agressive du pouvoir chinois.

La stratégie des autorités françaises qui consiste à se taire de façon systématique sur ces questions - même lorsque des ressortissants français sont menacés - au nom du développement des relations économiques franco-chinoises est un double échec. D’une part, les parts de marchés françaises  en Chine stagnent depuis des années, de l’autre, la France perd chaque jour un peu plus de sa crédibilité dans l’Empire de milieu. « Alors que le cinquantenaire des relations bilatérales a été célébré en grande pompe en 2014, il serait peut-être temps de changer d’attitude,  toute relation « d’amitié » impliquant que l’on puisse discuter ouvertement des sujets qui fâchent » selon Charles Desfarges, chargé de la Chine pour l’ACAT.

Contact presse :

Pierre Motin, 01 40 40 40 24 / 06 12 12 63 94 pierre.motin@acatfrance.fr

Articles associés

Bonne nouvelle
Libération-Lee-Ming-Cheh_Thumbnail
ChineTaïwan

Lee Ming-Che enfin à Taïwan après cinq ans de détention

Le 16 / 05 / 2022
Défenseur des droits humains à Taïwan, Lee Ming-Che avait été reconnu coupable de « subversion de l’État » en novembre 2017. Après avoir été détenu au secret pendant plus de huit mois, puis condamné à cinq ans de prison, il est enfin rentré libre à Taïwan.
Appel à mobilisation
AAM_Li-Qiaochu_Thumbnail_20220505
Chine

L’état de santé de Li Qiaochu est incompatible avec sa d...

Le 05 / 05 / 2022
Li Qiaochu est une défenseuse des droits humains qui a milité pour les droits des femmes et des travailleurs, ainsi que pour les campagnes #MeToo en Chine. Elle a été arrêtée en février 2020 et de nouveau un an plus tard, quelques jours après avoir révélé sur Internet la torture dont les défenseurs des droits humains Ding Jiaxi et Xu Zhiyong, son compagnon, faisaient l’objet en détention.
Appel à mobilisation
AAM_Fang-Bin_Thumbnail_20220407
Chine

Je demande la libération immédiate de Fang Bin

Le 07 / 04 / 2022
Après deux ans sans nouvelles, on dispose enfin d’informations quant à la situation de l’homme d’affaires Fang Bin, résident de Wuhan. Dès le 25 janvier 2020, il a été l’un des premiers lanceurs d’alerte à diffuser sur internet des images montrant la réalité de l’ampleur de la situation sanitaire due à la Covid-19 sur place, après avoir été témoin du transport de plusieurs corps de victimes de la maladie. Par la suite, il a continué à exercer son droit à la liberté d’expression tout en faisant régulièrement l’objet de menaces de la part des autorités chinoises jusqu’à son arrestation, le 9 février 2020.