Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Guinée
Communiqué

Guinée : le retour de la répression

Le 5 juillet 2022 à 14h, trois défenseurs des droits humains membres du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), dont deux sont également membres de Tournons La Page Guinée (TLP-Guinée), ont été violemment arrêtés et traînés de force dans des véhicules pick-ups par la deuxième Brigade de Répression du Banditisme (BRB).
cp guinee
Le 06 / 07 / 2022

Le 5 juillet 2022 à 14h, trois défenseurs des droits humains membres du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), dont deux sont également membres de Tournons La Page Guinée (TLP-Guinée), ont été violemment arrêtés et traînés de force dans des véhicules pick-ups par la deuxième Brigade de Répression du Banditisme (BRB). Au moment de leur arrestation, ils animaient une conférence de presse pour commenter l’actualité socio-politique en lien avec les dernières conclusions de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) au siège du FNDC. Ils ont ensuite été conduits à la direction centrale de la police judiciaire (DCPJ). Blessés lors de l’arrestation, il leur a été refusé de bénéficier de soins malgré la demande de leurs avocats

Oumar Sylla, alias Foniké Mengué, coordinateur adjoint de TLP-Guinée - Billo Bah, responsable du pôle jeunes de TLP-Guinée et Djanii Alpha, artiste et responsable de la promotion de la citoyenneté active du FNDC ont ainsi été interpellés sans mandat et sans convocation préalable. Pendant leur garde à vue, Oumar Sylla et Billo Bah ont été accusés d’outrage à magistrat et de non-respect de la justice, alors que Djanii Alpha a été entendu pour injures. Les activistes sont déférés dans la journée au tribunal de première instance de Dixinn. Des poursuites avaient déjà été engagées le 4 juillet par le procureur général Charles Wright contre Oumar Sylla et Billo Bah pour avoir prétendument produit et diffusé par le biais d’un système informatique des propos jugés : « injurieux à l’encontre des membres du Conseil National de la Transition ».

Lors de l’arrestation, plusieurs journalistes ont également été violentés, les forces de l’ordre tentant de les empêcher de filmer la scène.

La transition militaire mise en place depuis le 5 septembre 2021 après le coup d’État contre Alpha Condé plonge la Guinée dans un nouveau cycle répressif. Après avoir interdit les manifestations des derniers mois, la junte vient de franchir le cap des arrestations arbitraires dans une volonté générale de museler toute voix discordante.

Nous condamnons avec la plus grande fermeté l’arrestation arbitraire d’Oumar Sylla, Billo Bah et Djanii Alpha et appelons à leur libération immédiate et à la levée de toutes les charges à leur encontre.

 

Le 6 juillet 2022

Signataires :

ACAT France

AfricanDefenders (Réseau panafricain de défenseurs des droits humains)

Agir ensemble pour les droits humains

CRID

FIDH, dans le cadre de l’Observatoire pour la Protection des Défenseurs des Droits Humains

Tournons La Page

OMCT (Organisation mondiale contre la torture), dans le cadre de l’Observatoire pour la Protection des Défenseurs des Droits Humains

Articles associés

Communiqué
Lettre-Ouverte-Guinée-20220614
Guinée

Appel au respect de la liberté d'association en Guinée

Le 09 / 06 / 2022
Nos organisations, Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT-France), Agir ensemble pour les droits humains (AEDH) et Human Rights Watch (HRW), sont profondément préoccupées de la détérioration du climat politique actuel en République de Guinée et du choix pris par le Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD), le 13 mai 2022, d’empêcher préventivement toutes manifestations de l’opposition et de la société civile en interdisant « toutes manifestations sur la voie publique, de nature à compromettre la quiétude sociale et l'exécution correcte des activités contenues dans le chronogramme jusqu'aux périodes de campagne électorale ».
Communiqué
Communiqué-Presse-Conjoint_Liberté-Manifestation-Guinée_20220525
Guinée

Guinée : la liberté de manifester déjà en danger

Le 25 / 05 / 2022
Le 13 mai 2022, le Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD), c’est-à-dire la junte militaire au pouvoir en Guinée, a décidé de l’interdiction de « toutes manifestations sur la voie publique de nature à compromettre la quiétude sociale […] jusqu’aux périodes électorales ». Sept organisations et collectifs de la société civile exigent le rétablissement immédiat du droit de manifestation pacifique.
Actualité
AM 2022-02-Zoghota-COVER
Guinée

Je soutiens les victimes de Zoghota !

Le 19 / 01 / 2022
Le 10 novembre 2020, la Cour de Justice de la CEDEAO a déclaré coupables les forces de sécurité guinéennes d’assassinats, de tortures et d’arrestations arbitraires de citoyens de Zoghota pour des faits survenus en août 2012. Mais en Guinée, la procédure judiciaire reste bloquée faute de volonté politique.