Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Chine
Communiqué

Comité contre la torture de l’ONU : la Chine n’adopte pas de mesures efficaces pour prévenir la torture

Le Comité contre la torture de l’ONU a rendu ses recommandations concernant la Chine, faisant suite à l’examen périodique qui s’est déroulé à la mi-novembre à Genève. Pour l’ACAT, les conclusions du comité confirment que la pratique de la torture reste endémique et que les garanties judiciaires des suspects ne sont pas respectées.
6153864780_6c493f02c5_b
Crédits : ONU / Flickr Creative Commons
Le 09 / 12 / 2015

Le 9 décembre, le Comité contre la torture de l’ONU a rendu ses recommandations concernant la Chine, faisant suite à l’examen périodique qui s’est déroulé à la mi-novembre à Genève. Pour l’ACAT, les conclusions du comité confirment que la pratique de la torture reste endémique et que les garanties judiciaires des suspects ne sont pas respectées.

Le comité estime que la pratique de la torture et des mauvais traitements reste généralisée en Chine. Il s’inquiète également des allégations d’actes de torture, de mauvais traitements et de disparitions ciblées à l’encontre des minorités ethniques, telles que les Tibétains, les Ouïghours et demande qu’un mécanisme indépendant soit créé pour enquêter sur ces affaires.

Il exige également de la Chine qu’elle « supprime en urgence les dispositions de la loi de procédure pénale qui permettent de fait la détention incommunicado des suspects en résidence surveillée dans un lieu désigné » et réduise le temps de garde à vue de 37 jours à moins de 48h.

Selon Nordine Drici, directeur des programmes à l’ACAT, « la persistance de multiples lieux de détention administrative et le caractère répandu de la détention au secret montre que l’abolition du système de rééducation par le travail fin 2013 n’a été que de la poudre aux yeux. »

Garanties judiciaires des détenus et recours des victimes

Le comité s’inquiète également de l’absence de garanties judiciaires pour les détenus et de l’absence de mécanisme de surveillance indépendant et efficace de leur situation. L’absence de recours pour les victimes et de condamnation des tortionnaires est une autre préoccupation profonde du comité.

« Le renforcement de la répression des avocats défenseurs des droits de l’Homme auquel on assiste depuis le début de cette année souligne l’absence totale de volonté des autorités chinoises de remédier à cette situation.  La volonté de la Chine est claire : museler un peu plus les victimes de torture et les voix dissonantes de la société civile. »

Contact presse :

Pierre Motin, 01 40 40 40 24 / 06 12 12 63 94 pierre.motin@acatfrance.fr  

Articles associés

Bonne nouvelle
Libération-Lee-Ming-Cheh_Thumbnail
ChineTaïwan

Lee Ming-Che enfin à Taïwan après cinq ans de détention

Le 16 / 05 / 2022
Défenseur des droits humains à Taïwan, Lee Ming-Che avait été reconnu coupable de « subversion de l’État » en novembre 2017. Après avoir été détenu au secret pendant plus de huit mois, puis condamné à cinq ans de prison, il est enfin rentré libre à Taïwan.
Appel à mobilisation
AAM_Li-Qiaochu_Thumbnail_20220505
Chine

L’état de santé de Li Qiaochu est incompatible avec sa d...

Le 05 / 05 / 2022
Li Qiaochu est une défenseuse des droits humains qui a milité pour les droits des femmes et des travailleurs, ainsi que pour les campagnes #MeToo en Chine. Elle a été arrêtée en février 2020 et de nouveau un an plus tard, quelques jours après avoir révélé sur Internet la torture dont les défenseurs des droits humains Ding Jiaxi et Xu Zhiyong, son compagnon, faisaient l’objet en détention.
Appel à mobilisation
AAM_Fang-Bin_Thumbnail_20220407
Chine

Je demande la libération immédiate de Fang Bin

Le 07 / 04 / 2022
Après deux ans sans nouvelles, on dispose enfin d’informations quant à la situation de l’homme d’affaires Fang Bin, résident de Wuhan. Dès le 25 janvier 2020, il a été l’un des premiers lanceurs d’alerte à diffuser sur internet des images montrant la réalité de l’ampleur de la situation sanitaire due à la Covid-19 sur place, après avoir été témoin du transport de plusieurs corps de victimes de la maladie. Par la suite, il a continué à exercer son droit à la liberté d’expression tout en faisant régulièrement l’objet de menaces de la part des autorités chinoises jusqu’à son arrestation, le 9 février 2020.