Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Angola
Communiqué

Derrière la croissance, un pays répressif

A l'occasion de la visite de Laurent Fabius en Angola, l’ACAT appelle les autorités françaises à aborder, avec les autorités angolaises, la situation des droits de l’homme en Angola.
angola_mpla jpg
Crédits : jbdodane / Flickr Creative Commons
Le 30 / 10 / 2013

Demain, M. Laurent Fabius sera en Angola. L’ACAT appelle les autorités françaises à se saisir de cette occasion pour aborder, avec les autorités angolaises, la situation des droits de l’homme en Angola.  Depuis la fin de la guerre civile en Angola en 2002, les autorités angolaises se sont lancées dans une quête effrénée de respectabilité sur la scène internationale. La croissance économique impressionnante de cet État d’Afrique australe et sa domination politique voire militaire sur ses voisins congolais ont certes permis à l’Angola de devenir une puissance géostratégique régionale majeure.

Toutefois, selon Clément Boursin, Responsable des programmes Afrique à l’ACAT : « des efforts importants doivent être réalisés dans les domaines des droits de l’homme et de la bonne gouvernance. Comment un État pourrait-il être respectable tant que ses forces de sécurité ont recourt à la torture ou violent des milliers de femmes en toute impunité ? »  Dans la province du Cabinda, où un conflit de basse intensité perdure entre l’armée angolaise et les indépendantistes du FLEC, plus aucune association de défense des droits de l’homme n’est en mesure de travailler librement du fait des restrictions imposées par les autorités aux libertés d’expression, d’association et de réunion. À Luanda, la capitale, les expulsions forcées de population vivant dans des bidonvilles transformées en zones d’habitation de haut standing sont régulières. Elles s’accompagnent de violences et se font au détriment du droit des personnes expulsées. Les mouvements d’opposition politique au sein de la jeunesse qui manifestent contre le pouvoir et la corruption font l’objet d’une répression continue.

Dans le nord du pays, les ressortissants congolais venus trouver un emploi, notamment dans le secteur informel des diamants, font l’objet de campagnes d’expulsions massives. Depuis décembre 2003, plusieurs dizaines de milliers de congolaises ont fait l’objet de violences sexuelles de la part des membres des forces de défense et de sécurité angolaises lors de leurs expulsions, principalement dans les régions de Lunda Norte et Lunda Sul. L’impunité des membres des forces de défense et de sécurité est notoire. Ceux qui s’intéressent de trop près à ces sujets font l’objet d’intimidations et de harcèlement judiciaire et ne peuvent pas compter sur les institutions nationales de protection des droits de l’homme qui sont dans les faits inexistantes. Le journaliste indépendant Rafael Marques de Morais est la figure emblématique de cet acharnement des autorités. Depuis la parution de son livre « Diamants de sang : corruption et torture en Angola » en 2011 et de son dépôt de plainte contre des proches du président angolais pour actes de torture, Rafael Marques de Morais fait l’objet d’un harcèlement judiciaire continu et de violence. 

L’Angola, en pleine croissance et restructuration de son économie a besoin d’infrastructures et d’investissements pour accompagner sa croissance et la restructuration de son économie. La France doit y contribuer. Mais, « si la France veut être un partenaire de l’Angola viable et efficace sur le long terme, elle ne doit pas oublier, si elle ne veut pas être seulement au service des élites angolaises, qu’apporter une contribution à la croissance en Angola suppose de l’inciter à améliorer sa bonne gouvernance, à promouvoir un partage plus équitable de ses richesses et en tout premier lieu à respecter les droits de l’homme » indique Clément Boursin. 

Articles associés

Rapport
actu-rt-1160x600
AngolaCongoFranceMexiqueMauritaniePhilippinesÉtats-UnisVietnam

12 éclairages pays pour comprendre le recours à la torture

Le 01 / 09 / 2021
Le 26 juin 2021, à l’occasion de la Journée internationale des Nations unies pour le soutien aux victimes de la torture, l’ACAT-France a publié la 6ème édition de son rapport Un monde tortionnaire. Douze États font l’objet d’un éclairage sur les pratiques tortionnaires et sur ce que leur acceptation, leur légitimation et leur banalisation disent des sociétés.
Appel urgent
Angola Cafunfo
Angola

Répression d’une manifestation à Cafunfo : au moins 10 morts

Le 04 / 03 / 2021
Le 30 janvier 2021, des incidents graves ont eu lieu à Cafunfo, village minier de la commune de Cuango dans le Lunda Norte. Selon les premiers témoignages, informations et vidéos récoltés par la société civile, des éléments des forces de défense et de sécurité angolaises auraient tiré à balles réelles sur des manifestants non armés et tué plusieurs d’entre eux. Particulièrement marquante, une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux montre plusieurs civils ensanglantés au sol. Certains bougent, d’autres non. Un policier angolais donne alors des coups de pied et marche sur la tête d’une victime grièvement blessée.
Actualité
AM 2020-04 MonteSume COVER
Angola

Je demande justice pour les victimes de Monté Sumé

Le 23 / 03 / 2020
En avril 2015, la Police d’intervention rapide débarque au campement de l’église évangélique du pasteur José Julino Kalupeteka, accusé de pratiques sectaires. Son interpellation tourne au massacre de fidèles. Cinq ans plus tard, les forces de l’ordre impliquées dans ces graves violations des droits humains n’ont toujours pas été jugées.