Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
FranceIrak
Communiqué

Asile pour les chrétiens d'Irak : gare aux effets d'annonce

François Hollande a annoncé le 20 août que la France allait venir en aide aux chrétiens d’Irak. 8000 demandes de réfugiés irakiens auraient été déposées, et le chef de l’État promet un traitement favorable aux personnes qui ont des liens avec la France.
france_arrivee_chretiens_irak
Laurent Fabius attendant les premiers réfugiés d'Irak à l'aéroport Charles De Gaulles. Crédits : francediplomatie / Flickr Creative Commons
Le 03 / 09 / 2014

François Hollande a annoncé le 20 août que la France allait venir en aide aux chrétiens d’Irak. 8000 demandes de réfugiés irakiens auraient été déposées, et le chef de l’État promet un traitement favorable aux personnes qui ont des liens avec la France [1]. L’ACAT met en garde contre un effet d’annonce et s’inquiète du souhait exprimé par l’Élysée de choisir ses réfugiés.

Le nombre de réfugiés chrétiens d’Irak en France est encore dérisoire [2]. Le chiffre avancé de 8000 demandes s’applique probablement à des demandes de visa déposées – à grand-peine – auprès des autorités consulaires. Cela ne préjuge en rien du sort qui leur sera réservé. Aujourd’hui, l’écrasante majorité des civils irakiens qui veulent fuir la sauvagerie de l’État islamique sont toujours bloqués en Irak.  Il est probable que seules quelques familles obtiendront des visas, les autres tenteront peut-être d’arriver par des voies clandestines et se heurteront aux murs – matériels et virtuels – érigés par l’Union européenne autour de l’espace Schengen.

« La France ne s’est pas illustrée par la qualité de l’accueil qu’elle a réservé aux réfugiés syriens, malgré les relances du HCR. Cherche-t-elle par cet effet d’annonce à faire bonne figure ? » s’interroge Eve Shahshahani, responsable asile à l’ACAT.

Il est fondamental que la France accueille un nombre de réfugiés qui reflète pleinement son engagement sur la scène internationale. Mais choisir d’accueillir les seuls réfugiés qui ont des liens avec leur pays d’accueil est contraire au droit international. «  Il n’appartient pas au président de choisir ses réfugiés en fonction d’affinités familiales ou culturelles que ceux-ci pourraient avoir avec le pays d’accueil. Outre les chrétiens, les minorités yézidie, shabak, turkmène et toutes les personnes perçues comme des ‘mécréants’ sont actuellement menacées en Irak. »

Selon la convention de Genève, tous les réfugiés, sans discrimination, ont droit à une protection s’ils craignent avec raison d’être persécutés dans leur pays d’origine, ou s’ils sont gravement menacés par des conflits armés ou des situations de violence généralisée.

Contact presse :

Pierre Motin 01 40 40 40 24 / 06 12 12 63 94 pierre.motin@acatfrance.fr

Notes aux rédactions :

  • [1] Dans une interview donnée au Monde le 20 août, François Hollande a déclaré : « Des chrétiens – et pas seulement eux – ont déposé des demandes pour venir en France parce qu’ils ont des liens ici. Huit mille dossiers ont été déposés, ils seront examinés favorablement en fonction de ce critère. »
  • [2] Pour le premier semestre 2014, seules 93 demandes d’asile de ressortissants irakiens ont été enregistrées par l’OFPRA.

Articles associés

Actualité
Remise-ADM-asile-Europe_Photo-Site-02
France

5 000 signatures pour une autre politique européenne de l'asile

Le 09 / 05 / 2022
Alors que la Conférence sur l’avenir de l’Europe se clôture avec le discours du président Emmanuel Macron, nous lui remettons sur son bureau à l’Élysée plus de 5 000 courriers demandant la mise en place d’un droit d’asile effectif en Europe.
Actualité
QMP main site
France

L'ACAT-France soutient le film Que m’est-il permis d’e...

Le 26 / 04 / 2022
Le film coréalisé par Vincent Gaullier et Raphael Girardot rejoint la liste des longs-métrages promus par l’ACAT dans le cadre de son engagement pour l’éducation populaire au travers des outils culturels.
Communiqué
Tribune_Organisations-Chrétiennes-Présidentielles-2022
France

Appel à un sursaut citoyen au service du bien commun

Le 19 / 04 / 2022
À l’occasion de l’élection présidentielle, nous, responsables d’organisations chrétiennes, protestantes et catholiques, et le représentant de la Métropole grec-orthodoxe de France, Patriarcat Œcuménique, appelions à un large débat démocratique. Nous insistions sur trois défis majeurs : le scandale des inégalités qui frappent en premier lieu les plus vulnérables, l’urgence écologique, et la paix et le vivre ensemble dans une société fracturée.