Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
États-Unis
Communiqué

À Guantanamo, gavé de force pour son anniversaire

Dimanche 21 juillet, Nabil Hadjarab fêtera ses 34 ans. Ce jeune homme est détenu à Guantanamo depuis le 15 février 2002.
nabil_hadjarab jpg
Le 18 / 07 / 2013

Alors que toute sa famille est française, Nabil a reçu le soutien de plus de 17 000 citoyens qui ont signé la pétition lancée en février par son oncle, sur la plateforme Change.org [1]. Ces signataires ainsi que les ONG ACAT et Reprieve demandent au gouvernement français de tout mettre en œuvre pour son retour en France.

Selon Cori Crider, l’avocate américaine de Nabil et directrice stratégique de Reprieve « Nabil Hadjarab a passé un tiers de sa vie en détention à Guantanamo, sans avoir été inculpé ni jugé. Aucune charge n’ayant été retenue contre lui, il souhaite simplement retourner en France, où il a grandi et où vit sa famille ». Bien qu’il ait été déclaré « libérable » à deux reprises en 2007 et 2009, il est toujours détenu, faute de pays d’accueil.

En grève de la faim depuis le 8 février, Nabil Hadjarab est désormais alimenté de force. Il est gavé plusieurs fois par jour à l’aide d’une sonde insérée dans son nez jusqu’à son estomac [2]. Nabil a décrit à ses avocats la procédure de gavage à Guantanamo : « Ils vous placent sur une chaise, qui ressemble à s'y méprendre à une chaise d'exécution électrique, vos jambes et vos épaules sont sanglées ». Selon Jean-Etienne de Linares, délégué général de l’ACAT, « l’alimentation forcée subie par Nabil Hadjarab relève de la torture. Il est urgent que la France contribue à y mettre un terme ». L’alimentation forcée telle qu’elle est pratiquée à Guantanamo est fermement condamnée par l’Association médicale mondiale (AMM), pour qui elle constitue « une forme de traitement inhumain et dégradant ». Aux Etats-Unis, une juge fédérale a condamné, la semaine dernière, le gavage à Guantanamo, exhortant le président Obama à agir au plus vite.

Début juillet, pour la première fois, l’ambassadeur de la France pour les droits de l’homme, François Zimeray, recevait Ahmed Hadjarab, l’oncle de Nabil, ainsi que des représentants de l’ACAT, Change.org et Reprieve. « Cette rencontre, qui représente une lueur d’espoir pour Nabil, était essentielle pour redonner à Ahmed du courage dans son combat » a déclaré Benjamin des Gachons, de Change.org. « Désormais, nous attendons des autorités françaises qu’elles entament sans attendre  un dialogue avec l’administration américaine pour discuter des conditions dans lesquelles Nabil pourrait être accueilli en France. », a ajouté Jean-Étienne de Linares, de l'ACAT. Ce premier pas du côté français  vient peu de temps après que le président Obama a réaffirmé son engagement à fermer le camp de Guantanamo. Une entreprise qui,  avec une vraie volonté politique, est loin d’être impossible [3].

Notes aux rédactions :

  • [1] Pour suivre en direct les signatures de la pétition d'Ahmed sur Change.org : www.change.org/NabilHadjarab
  • [2] L’ONG Reprieve a lancé le 8 juillet, à l’occasion du début du mois de ramadan, une vidéo diffusée sur le site du Guardian, dans laquelle le rappeur et acteur américain Mos Def subit la procédure d’alimentation forcée des détenus à Guantanamo. Cette vidéo a été visionnée par plus de 5 millions d’internautes.  Reprieve a également publié un rapport sur la grève de la faim (en anglais), recueillant de nombreux témoignages de détenus de Guantanamo.
  • [3] Reprieve a publié une feuille de route (en anglais) à la fermeture de Guantanamo, détaillant les neuf actions clés qu’il incombe à l’administration américaine d’entreprendre pour fermer ce camp de détention.

Contacts presse :

ACAT > Pierre Motin, Chargé des relations médias à l’ACAT, 01 40 40 40 24 / 06 12 12 63 94 pierre.motin@acatfrance.fr - L’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture mène des actions de plaidoyer auprès des instances françaises et internationales en faveur de l’abolition de la torture et de la peine de mort et pour la défense du droit d’asile. En 2012, elle est intervenue dans 70 pays pour 600 victimes.

REPRIEVE  > Clemency Wells, Responsable du bureau de presse de Reprieve :  clemency.wells@reprieve.org.uk +44 (0) 207 553 8161 - Reprieve est une association juridique basée en Angleterre dont les avocats ont représenté environ 80 détenus de Guantánamo.

CHANGE.ORG > Agnès Brulet, Directrice de la communication Change.org : agnes@change.org  06 13 22 96 24 - Change.org est la plus grande plateforme mondiale de pétitions, donnant à des dizaines de millions de personnes le pouvoir de créer le changement qu'elles souhaitent voir. Chaque mois, 3 millions de nouveaux utilisateurs rejoignent les plus de 40 millions de 196 pays du monde qui se retrouvent sur Change.org autour de victoires quotidiennes. En France, Change.org existe depuis un an et compte plus d’1,5 million d’utilisateurs.

Articles associés

Communiqué
Lettre-Ouverte_Sommet-USA-ASEAN_20220511
BirmanieÉtats-UnisVietnam

Lettre ouverte à Joe Biden en amont du sommet États-Unis-ASEAN

Le 12 / 05 / 2022
Peu avant le sommet spécial États-Unis-ASEAN qui se tiendra à Washington DC les 12 et 13 mai 2022, plusieurs ONG de défense des droits de l’homme écrivent au président Joseph Biden pour l’alerter sur l’escalade des atteintes aux droits numériques et suppression de la liberté d’expression en Asie du Sud-Est.
Rapport
actu-rt-1160x600
AngolaCongoFranceMexiqueMauritaniePhilippinesÉtats-UnisVietnam

12 éclairages pays pour comprendre le recours à la torture

Le 01 / 09 / 2021
Le 26 juin 2021, à l’occasion de la Journée internationale des Nations unies pour le soutien aux victimes de la torture, l’ACAT-France a publié la 6ème édition de son rapport Un monde tortionnaire. Douze États font l’objet d’un éclairage sur les pratiques tortionnaires et sur ce que leur acceptation, leur légitimation et leur banalisation disent des sociétés.
Actualité
Charles Flores_ aout 2015 - copie
États-Unis

Une avocate de la dernière chance pour Charles Flores

Le 07 / 10 / 2020
Gretchen Sween, avocate spécialisée dans la défense des condamnés à mort indigents au Texas, tente par tous les moyens de casser la condamnation à mort de Charles Flores. Elle pointe les nombreux obstacles pour défendre des accusés encourant la peine capitale et les condamnés à mort aux États-Unis.