Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Chine
Communiqué

25 ans du massacre de Tiananmen : répression, silence et amnésie

Alors que le 25e anniversaire du massacre de Tiananmen est commémoré, la Chine mène une campagne de répression sans précédent pour empêcher tout événement dans le pays.
chine_tiananmen_n_b jpg
Crédits : Robert Croma / Flickr Creative Commons
Le 03 / 06 / 2014

Alors que le 25ème anniversaire du massacre de Tiananmen est actuellement commémoré à travers le monde, les autorités chinoises ont mené, ces dernières semaines, une campagne de répression sans précédent pour empêcher tout évènement dans le pays. Au moins une soixantaine de personnes – intellectuels, militants, journalistes ou avocats – ont été interrogés, arrêtés arbitrairement dans toute la Chine. Ils sont inculpés, placés en détention ou ont disparu [1]. Plusieurs ont rapporté avoir été maltraités en détention, privés de médicaments ou de visites de leurs avocats. Certains ont également été frappés ou intimidés verbalement.

« Chaque jour, la liste des personnes arrêtées arbitrairement ou disparues s’allonge. Les autorités chinoises font tout afin que, 25 ans après le massacre, le silence et l’amnésie  continuent à régner sur cette tragédie », indique Christine Laroque, responsable Asie à l’ACAT.

Le 27 mai, l’avocat Chang Bayang a été emmené par la police pour être interrogé. Ses ordinateurs et téléphones portables ont été saisis au cours de la perquisition de son domicile. Chang a représenté de nombreuses victimes dans des affaires de violations de droits de l’homme, il a soutenu de nombreux appels publics, notamment ceux visant à abolir les camps de rééducation par le travail. L’avocat Ji Laisong a quant à lui disparu le 26 mai avant de réapparaître et d’être inculpé pour « rassemblement d’une foule visant à troubler l’ordre public », un chef d’inculpation fallacieux constamment utilisé ces dernières semaines. A Shanghai, la militante Chen Jianfang a disparu depuis le 15 mai. Plusieurs personnalités, comme Hao Jian, Xu Youyu, ou Pu Zhiqiang, un avocat renommé sur les questions des droits de l’homme, ont été inculpées alors qu’elles s’étaient simplement réunies en privé pour discuter des évènements de 1989. Ding Zilin, représentante emblématique des Mères de Tiananmen, un groupe de femmes qui ont perdu un enfant en 1989, n’est pas autorisée à revenir à Pékin. L’absurdité de la répression va jusqu’à la détention  d’un jeune ouvrier, en visite à Pékin il y a deux semaines. Motif : il avait mis en ligne un selfie sur lequel il posait, sur la place Tiananmen, les doigts en V, une pose courante parmi les touristes chinois, mais soudainement considérée ici comme un signe de subversion par les autorités.

A l’occasion du vingtième anniversaire du massacre de Tiananmen, l’ACAT avait publié un rapport [2] rappelant la répression continue et l’amnésie imposée par les autorités sur cet évènement. Le constat dressé alors reste malheureusement d’actualité. Depuis 1989, les autorités n’ont jamais revu leur position officielle. « L’existence du massacre est toujours niée et expurgée des livres d’histoire. La politique répressive va jusqu’à priver les familles d’un droit au deuil en les empêchant, depuis 25 ans, de commémorer la mémoire de leurs proches tués lors du massacre », déclare Christine Laroque. Elles se sont vu interdire le dépôt des urnes funéraires dans les cimetières à l’époque et il leur est interdit de se rendre, le jour anniversaire, sur les lieux où leurs proches ont été tués pour se recueillir.

Presque tous les manifestants de 1989 ont été libérés, sauf Miao Deshun, toujours détenu après 25 ans de prison. Beaucoup sont régulièrement assignés à résidence, s’ils ne sont pas arrêtés et réincarcérés. En dépit du silence imposé à la société, de nombreux citoyens refusent d’oublier et continuent de se mobiliser afin de rétablir la vérité sur cet épisode tragique. Ils veulent seulement rendre justice aux victimes et commémorer leur mémoire. 

Contact presse :

Pierre Motin, 01 40 40 40 24 / 06 12 12 63 94 pierre.motin@acatfrance.fr  

Notes aux rédactions :

Articles associés

Appel à mobilisation
Zhang-Zhan_Thumbnail
Chine

L’état de santé de Zhang Zhan est toujours inquiétant

Le 02 / 11 / 2022
Zhang Zhan est une journaliste indépendante, avocate et défenseuse des droits humains, détenue arbitrairement depuis mai 2020, pour le seul fait d’avoir exercé sa liberté d’expression en informant ses concitoyens de la réalité de la situation à Wuhan, lors du pic de la pandémie de Covid-19. D’abord portée disparue, elle a été officiellement inculpée en septembre 2020 et condamnée quelques mois plus tard à une peine de quatre ans de détention. Il y a un an, l’ACAT-France se mobilisait pour obtenir sa libération immédiate, d’autant que sa vie était en danger en raison de ses conditions de détention. Aujourd’hui, son état de santé reste inquiétant. Ne l’oublions pas.
Article
ThisIsXinjiang_Thumbnail
Chine

Ouïghours : l’effacement institutionnalisé d’une identité

Le 31 / 10 / 2022
Installés dans la région du Xinjiang, les Ouïghours sont l'une 56 ethnies officiellement reconnues par la République populaire de Chine. Pourtant, malgré cette officialisation, ils font l’objet de répressions de la part des autorités, fondées sur cette seule appartenance ethnique. Des crimes contre l’humanité, continuellement niés par les autorités chinoises.
Appel du mois
AM 2022-11-WEB-Sendinblue-ThisIsXynjang-BD2
Chine

Les Ouïghours, victimes de crimes contre l’humanité

Le 20 / 10 / 2022
Selon l’ONU, les Ouïghours sont victimes de violations massives de leurs droits fondamentaux, de crimes contre l’humanité. Toutefois, les autorités chinoises n’ont cessé de nier les répressions systémiques dont ils font l’objet.