Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Tunisie
Bonne nouvelle

Wadi Khattali, enfin libre !

Le 11 octobre 2014, Wadi Khattali, une victime de torture tunisienne suivie par l'ACAT depuis plusieurs années, a été libéré après avoir purgé une peine d'emprisonnement de 4 ans et demi, prononcée sur la base d'aveux forcés. L'ACAT se réjouit de sa libération.
tunisie_drapeau_2
Crédits : Paul Appleyard / Flickr Creative Commons
Le 14 / 10 / 2014

Le 11 octobre 2014, Wadi Khattali, une victime de torture tunisienne suivie par l'ACAT depuis plusieurs années, a été libéré après avoir purgé une peine d'emprisonnement de 4 ans et demi, prononcée sur la base d'aveux forcés.

L'ACAT se réjouit de sa libération mais poursuit les démarches judiciaires entamées en Tunisie pour que justice lui soit rendue.

Wadi Khattali, Tunisien âgé de 21 ans, a été arrêté le 13 avril 2010 dans la ville de Zarzis, à l’est de la Tunisie. Soupçonné de trafic de stupéfiants, il a été torturé pendant huit jours par le chef du commissariat de Zarzis, jusqu’à ce qu’il signe des aveux.

En mars 2011, au cours d’un parloir, il a pu, pour la première fois, raconter à ses parents les sévices qu’il avait subis lors de son interrogatoire. Le 19 mars 2011, son père a déposé une plainte pour torture qui n’a été instruite que plus d’un an et demi plus tard, à l’automne 2012. L’instruction de la plainte a été confiée au même juge d’instruction qui avait entendu Wadi Khattali après son arrestation en 2010 et qui avait couvert la torture à l’époque, en refusant de diligenter une enquête. Ce juge d’instruction, dont l’impartialité est sérieusement remise en cause, a bâclé l’enquête pour torture. Après avoir entendu très brièvement Wadi Khattali et les accusés, qui ont nié les faits, le juge a clôturé l’instruction pour manque de preuve sans entendre aucun témoin tel que les autres accusés détenus et, pour la plupart, torturés dans le même commissariat et au même moment que la victime.

Le 27 mai 2013, le juge d’instruction tunisien a rendu une ordonnance de non-lieu, refusant de donner suite à la plainte pour torture de Wadi Khattali.

L’ACAT et son partenaire suisse TRIAL ont engagé une avocate tunisienne, Me Sfaxi Baccar, pour faire appel de cette décision et demander le dessaisissement du juge d’instruction.

La situation de Wadi Khattali avait notamment été dénoncée dans le dernier rapport de l’ACAT sur la Tunisie, Justice en Tunisie : un printemps inachevé.

Articles associés

Communiqué
prison-2
Émirats arabes unisBahreïnAlgérieÉgypteSahara OccidentalIranIrakIsraëlJordanieKoweïtLibanLibyeMarocOmanPalestineQatarArabie SaouditeSyrieTunisieYémen

COVID-19 : Appel à protéger les prisonniers de la Région ANMO

Le 24 / 03 / 2020
À la lumière de la pandémie de COVID-19 − qualifiée « d'urgence de santé publique de portée internationale » par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) − nous, les organisations soussignées, exprimons notre vive inquiétude quant à la situation des détenu·e·s et des prisonnier.e.s dans la région de l'Afrique du Nord et du Moyen-Orient (ANMO). Si certains États de la région ont pris des mesures positives pour protéger la population dans son ensemble, la population carcérale reste particulièrement exposée à la propagation du virus.
Actualité
tunisie_rached_jaidane_mer_1
Tunisie

Rached Jaïdane attend toujours que justice soit faite

Le 23 / 05 / 2019
Après quatre audiences devant la Chambre criminelle spécialisée de Tunis, Rached Jaïdane doit attendre 6 mois pour la reprise de son procès. Mais les menaces qui pèsent sur le processus de justice transitionnelle se font plus menaçantes.
Actualité
tunisie_rached_jaidane_mer_1
Tunisie

Rached Jaïdane obtiendra-t-il enfin justice ?

Le 09 / 10 / 2018
Le processus de justice transitionnelle pourrait permettre à Rached Jaïdane d’obtenir enfin justice après de nombreuses déconvenues face à une justice tunisienne dysfonctionnelle. Cependant, plusieurs manœuvres cherchent à retarder voir à empêcher ce processus de fonctionner.