Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Angola
Bonne nouvelle

Un militaire condamné à 18 ans de prison pour avoir tué un jeune manifestant

Le 14 août 2018, la justice angolaise a condamné à 18 ans de prison ferme le sergent José alves Tadi, soldat des Forces armées angolaises (FAA) pour avoir tué par balle un garçon de 14 ans qui manifestait contre une opération de démolition de maisons dans le quartier de Viana à Luanda.
Rufino
Le 14 / 08 / 2018

Le 14 août  2018, la justice angolaise a condamné à 18 ans de prison ferme le sergent José alves Tadi, soldat des Forces armées angolaises (FAA) pour avoir tué par balle un jeune mineur. Ce soldat avait participé à la supervision d’une opération de démolition de maisons à Viana, une commune de Luanda, le 6 août 2016. Les populations locales avaient alors manifesté pour défendre leurs habitations. Plusieurs soldats avaient tiré pour disperser la foule. L’un des tirs de José Alves Tadi

a mortellement touché au cou Rufino Antonio, un jeune garçon de 14 ans. Trois autres militaires ayant usé de leurs armes létales ont également été condamnés à un an de prison.  

Articles associés

Rapport
actu-rt-1160x600
AngolaCongoFranceMexiqueMauritaniePhilippinesÉtats-UnisVietnam

12 éclairages pays pour comprendre le recours à la torture

Le 01 / 09 / 2021
Le 26 juin 2021, à l’occasion de la Journée internationale des Nations unies pour le soutien aux victimes de la torture, l’ACAT-France a publié la 6ème édition de son rapport Un monde tortionnaire. Douze États font l’objet d’un éclairage sur les pratiques tortionnaires et sur ce que leur acceptation, leur légitimation et leur banalisation disent des sociétés.
Appel urgent
Angola Cafunfo
Angola

Répression d’une manifestation à Cafunfo : au moins 10 morts

Le 04 / 03 / 2021
Le 30 janvier 2021, des incidents graves ont eu lieu à Cafunfo, village minier de la commune de Cuango dans le Lunda Norte. Selon les premiers témoignages, informations et vidéos récoltés par la société civile, des éléments des forces de défense et de sécurité angolaises auraient tiré à balles réelles sur des manifestants non armés et tué plusieurs d’entre eux. Particulièrement marquante, une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux montre plusieurs civils ensanglantés au sol. Certains bougent, d’autres non. Un policier angolais donne alors des coups de pied et marche sur la tête d’une victime grièvement blessée.
Actualité
AM 2020-04 MonteSume COVER
Angola

Je demande justice pour les victimes de Monté Sumé

Le 23 / 03 / 2020
En avril 2015, la Police d’intervention rapide débarque au campement de l’église évangélique du pasteur José Julino Kalupeteka, accusé de pratiques sectaires. Son interpellation tourne au massacre de fidèles. Cinq ans plus tard, les forces de l’ordre impliquées dans ces graves violations des droits humains n’ont toujours pas été jugées.