Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Liban
Bonne nouvelle

Tarek Rabaa libéré

Tarek Rabaa a été libéré par la justice libanaise le 1er février 2015, après plus de quatre ans et demi de détention arbitraire. Le cauchemar de ce citoyen libanais, ingénieur dans une compagnie téléphonique accusé d'être un agent du Mossad avait commencé le 12 juillet 2010.
Tarek Rabaa2
Le 08 / 04 / 2015

Tarek Rabaa a été libéré par la justice libanaise le 1er février 2015, après plus de quatre ans et demi de détention arbitraire. Le cauchemar de ce citoyen libanais, ingénieur dans une compagnie téléphonique, a commencé le 12 juillet 2010, lorsqu’il a répondu à une convocation du ministère de la Défense. Il a été interrogé au sujet d’un numéro de téléphone français : il avait reçu de ce numéro un appel sur son téléphone portable libanais, alors qu’il assistait à une formation en France en 2007. Les services de renseignements militaires libanais suspectaient que ce numéro soit celui d’un agent du Mossad.

Selon M. Rabaa, peu après son arrivée, il a été déshabillé de force et menotté puis emmené au centre de détention du ministère de la Défense où il dit avoir été soumis à la torture et à des mauvais traitements pendant 108 jours avant d’être transféré à la prison de Roumieh. Le 27 juin 2011, un médecin légiste a établi un certificat médical qui prouve qu’il a été torturé, mais le tribunal a refusé de le prendre en considération.

Son procès pour collaboration avec Israël s’est ouvert devant le tribunal militaire le 7 février 2011 Avec l’aide de l’ACAT et du Centre libanais pour les droits humains (CLDH), l’avocate de M. Rabaa a pu établir que le numéro français suspect était en fait celui d’une petite compagnie de transport.

Le procès n’ayant cessé d’être reporté depuis son ouverture, plusieurs ONG libanaises et internationales de défense des droits de l’homme, dont l’ACAT, ont à plusieurs reprises interpelé le gouvernement libanais pour dénoncer la détention arbitraire de M. Rabaa et demander sa libération.

Articles associés

Appel à mobilisation
AAM_Lokman-Slim_Thumbnail_20220303
Liban

Toujours pas de justice pour Lokman Slim

Le 03 / 03 / 2022
Le 4 février 2021, il y a maintenant plus d’un an, l’intellectuel, éditeur, réalisateur et militant Lokman Slim a été retrouvé mort dans sa voiture dans le sud du Liban de plusieurs balles dans la tête. Alors que l’enquête perdure depuis maintenant plus d’un an, il n’y a eu aucune réelle avancée : l’enquête est toujours dans une phase de « collecte d’informations » et les auteurs de l’assassinat n’ont toujours pas été identifiés ni arrêtés. Rien n’aurait encore mené à des « pistes importantes » selon une source judiciaire
Appel urgent
Lokman Slim
Liban

Le défenseur et intellectuel Lokman Slim assassiné

Le 18 / 02 / 2021
Alors que sa famille avait signalé sa disparition la veille, l’intellectuel et militant Lokman Slim a été retrouvé mort dans sa voiture de plusieurs balles dans la tête le 4 février 2021 dans le Sud Liban. Il était parti rendre visite à des amis dans le sud Liban et était reparti de chez eux dans la soirée. Ne le voyant pas revenir et n’arrivant pas à le joindre sur son portable, sa famille avait donné l’alerte de sa disparition sur les réseaux sociaux.
Communiqué
prison-2
Émirats arabes unisBahreïnAlgérieÉgypteSahara OccidentalIranIrakIsraëlJordanieKoweïtLibanLibyeMarocOmanPalestineQatarArabie SaouditeSyrieTunisieYémen

COVID-19 : Appel à protéger les prisonniers de la Région ANMO

Le 24 / 03 / 2020
À la lumière de la pandémie de COVID-19 − qualifiée « d'urgence de santé publique de portée internationale » par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) − nous, les organisations soussignées, exprimons notre vive inquiétude quant à la situation des détenu·e·s et des prisonnier.e.s dans la région de l'Afrique du Nord et du Moyen-Orient (ANMO). Si certains États de la région ont pris des mesures positives pour protéger la population dans son ensemble, la population carcérale reste particulièrement exposée à la propagation du virus.