Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Chine
Bonne nouvelle

Remise en liberté de Hada, défenseur de la culture mongole

Le mardi 9 décembre, les autorités chinoises ont libéré Hada, âgé de 58 ans, intellectuel et défenseur de la culture mongole. Condamné à 15 ans de prison pour espionnage et séparatisme, il avait été libéré à la fin de sa peine en décembre 2010, avant d’être de nouveau arrêté et emprisonné.
chine_hada
Crédits : SMHRIC
Le 17 / 12 / 2014

Le mardi 9 décembre, les autorités chinoises ont libéré Hada, âgé de 58 ans, intellectuel et défenseur de la culture mongole. Condamné à 15 ans de prison pour espionnage et séparatisme, il avait été libéré à la fin de sa peine en décembre 2010, avant d’être de nouveau arrêté et emprisonné dans une prison noire, un lieu de détention illégal, situé dans la banlieue de Hohhot (capitale de Mongolie intérieure). Il y a été détenu de façon arbitraire, sans aucun motif ou fondement légal. Au cours de sa détention, Hada a été torturé et traité de façon cruelle et inhumaine à de nombreuses reprises depuis 19 ans. Son état de santé physique et mental s’est considérablement détérioré sans qu’il ne puisse bénéficier de traitements et de soins médicaux adaptés.

Depuis juillet 2014, les autorités chinoises refusaient tout accès en prison à sa famille.  « Nous sommes très préoccupés actuellement par Hada. Nous ne savons pas dans quel état il est alors que sa santé mentale s’est gravement détériorée depuis qu’il a été placé dans cette prison noire », déclarait alors son épouse Xinna.

En mai dernier, l’ACAT avant lancé une pétition adressée au Gouverneur de la région autonome de Nei Menggu en lui demandant notamment la libération immédiate et sans conditions de ce défenseur de la culture et de la langue mongole.

Articles associés

Appel à mobilisation
Zhang-Zhan_Thumbnail
Chine

L’état de santé de Zhang Zhan est toujours inquiétant

Le 02 / 11 / 2022
Zhang Zhan est une journaliste indépendante, avocate et défenseuse des droits humains, détenue arbitrairement depuis mai 2020, pour le seul fait d’avoir exercé sa liberté d’expression en informant ses concitoyens de la réalité de la situation à Wuhan, lors du pic de la pandémie de Covid-19. D’abord portée disparue, elle a été officiellement inculpée en septembre 2020 et condamnée quelques mois plus tard à une peine de quatre ans de détention. Il y a un an, l’ACAT-France se mobilisait pour obtenir sa libération immédiate, d’autant que sa vie était en danger en raison de ses conditions de détention. Aujourd’hui, son état de santé reste inquiétant. Ne l’oublions pas.
Article
ThisIsXinjiang_Thumbnail
Chine

Ouïghours : l’effacement institutionnalisé d’une identité

Le 31 / 10 / 2022
Installés dans la région du Xinjiang, les Ouïghours sont l'une 56 ethnies officiellement reconnues par la République populaire de Chine. Pourtant, malgré cette officialisation, ils font l’objet de répressions de la part des autorités, fondées sur cette seule appartenance ethnique. Des crimes contre l’humanité, continuellement niés par les autorités chinoises.
Appel du mois
AM 2022-11-WEB-Sendinblue-ThisIsXynjang-BD2
Chine

Les Ouïghours, victimes de crimes contre l’humanité

Le 20 / 10 / 2022
Selon l’ONU, les Ouïghours sont victimes de violations massives de leurs droits fondamentaux, de crimes contre l’humanité. Toutefois, les autorités chinoises n’ont cessé de nier les répressions systémiques dont ils font l’objet.