Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Tunisie
Bonne nouvelle

Ouverture d'une enquête pour torture

Le Tunisien Mohamed Koussaï Jaïbi a été torturé en 1993. Le 4 février 2014, il a été auditionné par la police judiciaire à. Une première étape très encourageante.
tunisie_drapeau_mur jpg
Crédits :
Le 05 / 02 / 2014

Le 4 février 2014, Mohamed Koussaï Jaïbi (à droite sur la photo avec son avocate, Maître Najet Labidi) a été auditionné pendant près de huit heures par la police judiciaire de Laaouina à la suite de la plainte pour torture qu'il a déposée avec le soutien de l'ACAT le 28 juin 2013. Il s'agit d'une première étape très encourageante dans la longue lutte contre l'impunité menée par M. Jaïbi depuis sa torture en 1993.

En 1993, Rached Jaidane, enseignant à l’Université en France, se rend en Tunisie pour assister au mariage de sa sœur. Le 29 juillet, une quinzaine d’agents de la Sûreté de l’Etat en civil débarquent à son domicile, en pleine nuit et sans mandat, et l’interpellent sous les yeux de sa famille. Koussaï Jaïbi, pharmacien, est arrêté cette même nuit dans des conditions similaires.

Suspectés de fomenter un attentat contre le parti au pouvoir, les deux hommes sont conduits au Ministère de l’Intérieur. Ils sont interrogés séparément sous la supervision directe de hauts responsables de la police politique. On les questionne sur le supposé attentat ainsi que sur leurs liens présumés avec Salah Karker, un dirigeant du parti Ennahda exilé en France. Dix-sept heures d’affilée, les équipes de tortionnaires se relaient pour leur faire subir d’atroces tortures : coups de poings, de pieds et de matraques sur tout le corps, la tête et les organes génitaux, torture du poulet rôti, sévices sexuels, électrocutions, supplice de la baignoire, arrachage des ongles et écrasement des doigts. L’intensité des tortures est telle que les deux victimes perdent plusieurs fois connaissance. Coups et sévices de moindre intensité se poursuivent ensuite pendant plusieurs semaines afin de contraindre les deux hommes à signer plusieurs fois des « aveux » qu’ils n’ont pas le droit de lire.

Après 38 jours de détention au secret, Koussaï Jaïbi et Rached Jaidane sont conduits au palais de justice de Tunis le 4 septembre 1993, où il peuvent se parler pour la première fois, ainsi qu’à Mohamed Mseddi, un de leurs coaccusés qui a subi les mêmes sévices. Les trois hommes sont présentés devant un juge d’instruction qui, face à leur état de santé alarmant et à la faiblesse du dossier monté contre eux, refuse de prendre l’affaire. Incarcérés le jour même dans l’un des pires centre de détention du pays, la prison du « 9 avril », ils sont  présentés quelques jours plus tard devant un second juge d’instruction qui accepte de prendre l’affaire, en menaçant de les renvoyer à la torture s’ils ne confirment pas leurs aveux. De leur côté, les avocats de Koussaï Jaïbi et Rached Jaidane subissent de telles pressions que deux d’entre eux renoncent à défendre leurs clients.

Le 20 juin 1996, après 3 années d’emprisonnement arbitraire, Koussaï Jaïbi, Rached Jaidane, Mohamed Mseddi et neuf autres accusés sont condamnés à 26 ans de prison par le Tribunal de Première Instance de Tunis. Il leur est reproché d’avoir fomenté un attentat contre le congrès du RCD, contre des hôtels et contre la synagogue de Djerba, ainsi que d’avoir planifié le kidnapping des filles du ministre de l’intérieur Adballah Kallel et de Ben Ali. Leur procès n’a duré que 45 minutes.

Ils sont libérés en février 2006, après 13 années de mauvais traitements dans les geôles tunisiennes. Koussaï Jaïbi et Rached Jaidane continue de souffrir de graves séquelles physiques et psychologiques de la torture, caractérisées notamment par un taux d’incapacité de plus de 20%.

Articles associés

Communiqué
prison-2
Émirats arabes unisBahreïnAlgérieÉgypteSahara OccidentalIranIrakIsraëlJordanieKoweïtLibanLibyeMarocOmanPalestineQatarArabie SaouditeSyrieTunisieYémen

COVID-19 : Appel à protéger les prisonniers de la Région ANMO

Le 24 / 03 / 2020
À la lumière de la pandémie de COVID-19 − qualifiée « d'urgence de santé publique de portée internationale » par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) − nous, les organisations soussignées, exprimons notre vive inquiétude quant à la situation des détenu·e·s et des prisonnier.e.s dans la région de l'Afrique du Nord et du Moyen-Orient (ANMO). Si certains États de la région ont pris des mesures positives pour protéger la population dans son ensemble, la population carcérale reste particulièrement exposée à la propagation du virus.
Actualité
tunisie_rached_jaidane_mer_1
Tunisie

Rached Jaïdane attend toujours que justice soit faite

Le 23 / 05 / 2019
Après quatre audiences devant la Chambre criminelle spécialisée de Tunis, Rached Jaïdane doit attendre 6 mois pour la reprise de son procès. Mais les menaces qui pèsent sur le processus de justice transitionnelle se font plus menaçantes.
Actualité
tunisie_rached_jaidane_mer_1
Tunisie

Rached Jaïdane obtiendra-t-il enfin justice ?

Le 09 / 10 / 2018
Le processus de justice transitionnelle pourrait permettre à Rached Jaïdane d’obtenir enfin justice après de nombreuses déconvenues face à une justice tunisienne dysfonctionnelle. Cependant, plusieurs manœuvres cherchent à retarder voir à empêcher ce processus de fonctionner.