Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
IsraëlPalestine
Bonne nouvelle

Mohammed al-Qiq cesse sa grève de la faim

Après plus de 90 jours de grève de la faim, le journaliste palestinien Mohammed al-Qiq a mis fin à son jeûne.
Mohammed al-Qiq
Le 02 / 03 / 2016

Après plus de 90 jours de grève de la faim, le journaliste palestinien Mohammed al-Qiq a mis fin à son jeûne. Les autorités israéliennes se sont engagées à ne pas renouveler l’ordre de placement en détention administrative qui doit arriver à échéance le 21 mai prochain. En attendant sa libération, il aura le droit de recevoir la visite de sa famille, visites qui lui étaient refusées jusqu’à présent.

Il s’agit d’une bonne nouvelle en demi-teinte dans la mesure où Mohammed al-Qiq demeure détenu sans inculpation ni jugement, une forme de détention arbitrairement utilisée par Israël pour étouffer la contestation palestinienne.

Journaliste pour al-Majd TV, Mohammed al-Qiq, 33 ans, marié et père de deux enfants, a été arrêté à son domicile le 21 novembre 2015, puis torturé et interrogé pendant deux semaines par l’Agence de sécurité d’Israël. Ses interrogateurs l’ont notamment maintenu pendant des heures ligoté dans des positions douloureuses, menacé d’agression sexuelle et lui ont infligé des injures et des hurlements continus. Au quatrième jour d’interrogatoire, Mohammed al-Qiq a entamé une grève de la faim.

Le 17 décembre, les autorités militaires l’ont placé en détention administrative, sans inculpation ni jugement, pour une période de six mois renouvelables indéfiniment, sur le fondement de preuves tenues secrètes et auxquelles ni lui ni son avocat n’ont accès. Mohammed al-Qiq a intenté un pourvoi contre cette décision et n’a pu voir son avocat pour la première fois que le 24 décembre, lorsqu’il a été présenté au tribunal militaire en fauteuil roulant. Le tribunal, la cour d’appel militaire et la Cour suprême ont confirmé son placement en détention administrative.

Le 30 décembre, l’état de santé de Mohammed al-Qiq se détériorant, il a été transféré de la prison de Ramle à l’hôpital d’Afula où les gardiens de prison l’ont attaché à son lit et ont aidé à plusieurs reprises le personnel médical à lui poser une intraveineuse pour le traiter de force. Mohammed Al-Qiq avait pourtant clairement notifié son refus de recevoir un traitement. Ce traitement forcé a été autorisé par le Comité d’éthique médical de l’hôpital alors même qu’il constitue une forme de traitement cruel, inhumain et dégradant selon le Rapporteur spécial des Nations unies sur la torture.

Articles associés

Appel à mobilisation
AAM_Salah-Hamouri_Thumbnail_20220428
IsraëlPalestine

Salah Hamouri passe son anniversaire en prison

Le 28 / 04 / 2022
Placé depuis le 7 mars 2022 en détention administrative par les autorités israéliennes, le défenseur franco-palestinien Salah Hamouri vient de fêter ses 37 ans en prison. Le 6 juin prochain, une audience aura lieu sur son maintien en détention ou sa remise en liberté. Par ailleurs, Salah demeure également sous la menace d’une expulsion de sa terre natale.
Appel urgent
AAMU_Salah-Hamouri_Thumbnail_20220317
IsraëlPalestine

Salah Hamouri, à nouveau placé en détention administrative

Le 17 / 03 / 2022
Les forces de sécurité israélienne ont à nouveau placé en détention administrative Salah Hamouri pour une durée de trois mois reconductible alors qu’il est toujours sous la menace d’une expulsion de sa terre natale en raison de la révocation de sa résidence à Jérusalem.
Communiqué
standwiththe6
IsraëlPalestine

Lettre à M. Le Drian : soutenez les ONG palestiniennes

Le 02 / 11 / 2021
Vendredi 22 octobre, le ministère israélien de la Défense a désigné comme organisations terroristes six organisations non-gouvernementales (ONG) palestiniennes : Addameer Prisoner Support and Human Rights Association, Al-Haq Law in the Service of Man (Al-Haq), Bisan Center for Research and Development, Defense for Children International-Palestine (DCI-P), Union of Agricultural Work Committees (UAWC) et Union of Palestinian Women's Committees (UPWC). Nos organisations déplorent vivement cette décision et expriment leur pleine solidarité avec les six ONG palestiniennes ciblées.