Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Burundi
Bonne nouvelle

Libération du défenseur des droits humains Nestor Nibitanga !

Le défenseur des droits humains Nestor Nibitanga a été libéré le 27 avril 2021 dans le cadre d’une récente grâce présidentielle, après 4 années de détention arbitraire. L’ACAT-France, qui s’est mobilisée à plusieurs reprises en faveur de sa libération, se réjouit que Nestor Nibitanga puisse enfin retrouver la liberté et ses proches.
Nestor Nibitanga
Le 28 / 04 / 2021

 

L’ancien responsable de l’Association pour la protection des droits humains et des personnes détenues (APRODH) dans la région centre-est du Burundi, Nestor Nibitanga, a été libéré le 27 avril 2021 dans le cadre d’une récente grâce présidentielle après 4 années de détention arbitraire.

Nestor Nibitanga avait été arrêté le 11 novembre 2017 puis condamné abusivement le 13 août 2018 à 5 ans de prison ferme pour « atteinte à la sûreté de l’État ». Le défenseur des droits humains a été détenu durant quatre années au sein de la prison centrale de Murembwe à Rumonge, située dans le sud-ouest du Burundi.

L’ACAT-France, qui s’est mobilisée à plusieurs reprises en faveur de sa libération[1], se réjouit que Nestor Nibitanga puisse enfin retrouver la liberté et ses proches. Nous continuons à nous mobiliser pour qu’il en soit de même pour Germain Rukuki, autre défenseur des droits humains injustement emprisonné au Burundi.

Articles associés

Appel à mobilisation
AAM_Nkina_TW_20221114-1
Burundi

Il faut faire libérer le dernier défenseur !

Le 17 / 11 / 2022
Tony Germain Nkina est le dernier défenseur des droits humains emprisonné au Burundi. Il est emprisonné depuis le 13 octobre 2020. Le 7 octobre 2022, la Cour suprême de Bujumbura a tenu une audience concernant son dossier. Elle a maintenant 60 jours pour prononcer son jugement final.
Appel à mobilisation
AAM_Militaires-Burundi_Thumbnail_20220519
Burundi

Des militaires détenus arbitrairement depuis 7 ans

Le 18 / 05 / 2022
Ernest Nyabenda, Patrick Nsengiyumva, Cadeau Bigirumugisha et Alexis Sebahene sont des militaires de l’armée nationale, la Force de défense nationale du Burundi (FDNB). Accusés sans preuves d’être mêlés à l’assassinat du général Adolphe Nshimirimana – survenu le 2 août 2015 – sur la base de leur appartenance ethnique ces militaires issus de l’ancienne armée régulière, ont été arrêtés sans aucun mandat.
Communiqué
Communiqué-Presse_Levée-Sanctions-UE-Burundi_Main_20220209
Burundi

L'UE lève ses sanctions au Burundi

Le 09 / 02 / 2022
Le Conseil de l’Union européenne (UE) a annoncé la levée des sanctions décidées en 2016 à l’encontre du Burundi, « [prenant] acte des progrès accomplis par le gouvernement burundais en ce qui concerne les droits de l'homme ». Une prise de position politique, en violation avec les valeurs de l’Union européenne, qui constitue un mépris flagrant pour la situation au Burundi.