Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Cameroun
Bonne nouvelle

Libération de trois jeunes femmes injustement condamnées à mort

Le 23 octobre 2020, la justice civile camerounaise a acquitté Marie Dawandala, Damaris Doukouya et Martha Weteya de la peine de mort à laquelle ces trois jeunes femmes avaient été condamnées par un tribunal militaire.
Cameroun Doukouya Dawandala Weteya
Le 23 / 10 / 2020

Le 23 octobre 2020, la justice civile camerounaise a acquitté Marie Dawandala, Damaris Doukouya et Martha Weteya de la peine de mort à laquelle ces trois jeunes femmes avaient été condamnées par un tribunal militaire.

Ces trois jeunes femmes, illétrées, avaient été arrêtées dans l'Extrême-Nord du Cameroun, en octobre 2014, alors qu'elles avaient 17 ans. Accusées de soutenir le groupe terroriste Boko Haram, elles avaient été très rapidement condamnées à mort par un tribunal militaire à l'issue d'une procédure judiciaire baclée : Elles n'avaient pas d'avocat pour les défendre ; elles ne comprenaient pas le français, langue utilisée lors du procès.

Marie Dawandala (enceinte de 6 mois), Damaris Doukouya (avec un bébé de 3 mois) et Martha Weteya avaient alors été envoyées en prison. Durant leur cinq premières années de détention,  elles n'avaient reçu aucune visite. Elles faisaient l'objet de stigmatisation de la part des gardiens de prison et des autres codétenus du fait qu'elles soient considérées comme terroristes.

Suite à la mobilisation du Réseau des avocats camerounais contre la peine de mort, la Cour d'appel militaire a annulé en 2019 les condamnations à mort des trois jeunes femmes et ordonné qu'elles soient traduites devant un tribunal civil pour être à nouveau jugé. Le 23 octobre 2020, lorsque le parquet n'a présenté aucune preuve à l'appui des charges, le juge a prononcé l'acquittement. C'est la première fois au Cameroun que la condamnation d'un tribunal militaire est remplacée par un acquittement.

 

Articles associés

Appel du mois
AM 2022-05-Awasum Mispa-COVER
Cameroun

Je soutiens Awasum et les autres prisonniers politiques

Le 26 / 04 / 2022
Au cours du mois de décembre 2021, Awasum Mispa Fri, présidente des Femmes du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), et plus de 80 autres cadres et militants de ce parti, ont été condamnés à des peines allant de six mois à sept ans de prison ferme pour avoir manifesté pacifiquement.
Appel à mobilisation
AAM_Paul-Chouta_Thumbnail_20220331
Cameroun

Paul Chouta à nouveau agressé !

Le 31 / 03 / 2022
Dans la soirée du 9 au 10 mars 2022, Paul Chouta – journaliste et membre de Tournons la Page (TLP) – a été enlevé à Yaoundé en pleine rue par trois hommes en tenue civile. Conduit dans une camionnette en périphérie de la ville, le journaliste a été frappé avec divers objets jusqu’à ce qu’il perde connaissance. Ce journaliste critique à l’égard des autorités camerounaises a déjà fait l’objet de violences physiques et d’une détention arbitraire pendant presque deux années. Une enquête sur son agression récente est en cours.
Article
Article_Cameroun-Guerre-Qui-Ne-Dit-Pas-Son-Nom_Thumbnail
Cameroun

Au Cameroun, une guerre qui ne dit pas son nom

Le 16 / 03 / 2022
Depuis plus de cinq ans, les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun connaissent une crise politique et sécuritaire majeure dont la nature juridique est encore incertaine. A-t-on affaire à des « troubles intérieurs » ou à un « conflit armé non international » ? L’enjeu est important, alors que la répression du régime est féroce. Retour sur une « crise oubliée » qui a fait plus de 6 000 morts.