Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Burundi
Bonne nouvelle

Libération de trois défenseurs des droits humains

Aimé Gatore, Emmanuel Nshimirimana et Marius Nizigama, membres de l’organisation locale Parole et action pour le réveil des consciences et l’évolution des mentalités (PARCEM), ont été libérés le 21 mars 2019.
Le 21 / 03 / 2019

Aimé Gatore, Emmanuel Nshimirimana et Marius Nizigama, membres de l’organisation locale Parole et action pour le réveil des consciences et l’évolution des mentalités (PARCEM), ont été libérés le 21 mars 2019.

Ils avaient été acquittés trois mois plus tôt, fin décembre 2018, en appel.

Ils avaient été condamnés abusivement, en première instance, à 10 ans de prison pour "atteinte à la sûreté de l’État" en mars 2018 pour avoir voulu organiser un atelier national sur les violations des droits de l'homme commises au Burundi.

Articles associés

Communiqué
Communiqué-Presse_Levée-Sanctions-UE-Burundi_Main_20220209
Burundi

L'UE lève ses sanctions au Burundi

Le 09 / 02 / 2022
Le Conseil de l’Union européenne (UE) a annoncé la levée des sanctions décidées en 2016 à l’encontre du Burundi, « [prenant] acte des progrès accomplis par le gouvernement burundais en ce qui concerne les droits de l'homme ». Une prise de position politique, en violation avec les valeurs de l’Union européenne, qui constitue un mépris flagrant pour la situation au Burundi.
Actualité
2021-12 visuel CFA Email1
BurundiChineGuinéeMexique

Avent 2021 : s’exprimer n’est pas un crime

Le 02 / 12 / 2021
En France, nous avons l’habitude de nous exprimer librement. Et nous oublions parfois que ce droit fondamental est bafoué dans de nombreux pays. En cette période de l’Avent, ceux qui en sont privés ont besoin de nous !
Communiqué
site_internet_photo_main
Burundi

L’ACAT-Burundi, Prix pour les droits humains 2020 de la Fond...

Le 17 / 11 / 2021
Suspendue en 2015 puis interdite un an plus tard, en octobre 2016, l’ACAT-Burundi subit la répression du régime contre les organisations de la société civile, dont l’action en faveur des droits humains est jugée criminelle. La Fondation ACAT pour la dignité humaine lui remet la 7ème édition de son Prix des droits humains Engel-du Tertre en reconnaissance de son travail.