Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Cameroun
Bonne nouvelle

Libération du journaliste Michel Biem Tong

Michel Biem Tong, Directeur du média en ligne Hurinews, a retrouvé la liberté le 14 décembre 2018 après un mois et demi de détention arbitraire. Il a bénéficié, comme 288 autres détenus camerounais non condamnés, d'une mesure de clémence du Président Paul Biya.
Michel Biem Tong
Le 18 / 12 / 2018

Michel Biem Tong, Directeur du média en ligne Hurinews, a retrouvé la liberté le 14 décembre 2018. La veille, le Président camerounais Paul Biya avait décidé de "l'arrêt des poursuites pendantes devant les Tribunaux militaires contre un certain nombre de personnes arrêtées pour des délits commis dans le cadre de la crise" anglophone. Selon le communiqué de la Présidence de la République, daté du 13 décembre, cette décision concerne 289 détenus. Michel Biem Tong a bénéficié de cette mesure de clémence. Les prisonniers d'opinion et politique déjà condamnés, à l'instar du militant Mancho Bibixy, n'en bénéficient pas.

Michel Biem Tong était en détention depuis le 23 octobre 2018. Il était injustement poursuivi pour « apologie de terrorisme, déclarations mensongères, outrage au chef de l’État » par le Tribunal militaire de Yaoundé pour avoir critiqué les autorités camerounaises dans la gestion de la crise anglophone et indexé les forces de sécurité dans la perpétration de violations graves des droits humains.

Jugé sur la base de la Loi n°2014/028 du 23 décembre 2014 portant répression des actes de terrorisme, il risquait une condamnation à mort.

L'ACAT se réjouit de cette libération.

 

 

Le Responsable des Programmes Afrique de l'ACAT a participé au Grand Débat sur Africa numéro 1, le 3 décembre 2018, sur « Cameroun, l’Etat stationnaire ». Une émission à réecouter sur :

https://www.africa1.com/podcasts/le-grand-debat-03-12-2018-18923

 

 

Articles associés

Appel du mois
AM 2022-05-Awasum Mispa-COVER
Cameroun

Je soutiens Awasum et les autres prisonniers politiques

Le 26 / 04 / 2022
Au cours du mois de décembre 2021, Awasum Mispa Fri, présidente des Femmes du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), et plus de 80 autres cadres et militants de ce parti, ont été condamnés à des peines allant de six mois à sept ans de prison ferme pour avoir manifesté pacifiquement.
Appel à mobilisation
AAM_Paul-Chouta_Thumbnail_20220331
Cameroun

Paul Chouta à nouveau agressé !

Le 31 / 03 / 2022
Dans la soirée du 9 au 10 mars 2022, Paul Chouta – journaliste et membre de Tournons la Page (TLP) – a été enlevé à Yaoundé en pleine rue par trois hommes en tenue civile. Conduit dans une camionnette en périphérie de la ville, le journaliste a été frappé avec divers objets jusqu’à ce qu’il perde connaissance. Ce journaliste critique à l’égard des autorités camerounaises a déjà fait l’objet de violences physiques et d’une détention arbitraire pendant presque deux années. Une enquête sur son agression récente est en cours.
Article
Article_Cameroun-Guerre-Qui-Ne-Dit-Pas-Son-Nom_Thumbnail
Cameroun

Au Cameroun, une guerre qui ne dit pas son nom

Le 16 / 03 / 2022
Depuis plus de cinq ans, les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun connaissent une crise politique et sécuritaire majeure dont la nature juridique est encore incertaine. A-t-on affaire à des « troubles intérieurs » ou à un « conflit armé non international » ? L’enjeu est important, alors que la répression du régime est féroce. Retour sur une « crise oubliée » qui a fait plus de 6 000 morts.