Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Congo
Bonne nouvelle

Libération de l'opposant Paulin Makaya

L'opposant congolais Paulin Makaya, président du parti d’opposition Unis pour le Congo (UPC), a été libéré lundi 17 septembre 2018 quatre jours après que la Justice ait ordonné sa libération immédiate.
paulin-makaya
Le 18 / 09 / 2018

L'opposant congolais Paulin Makaya, président du parti d’opposition Unis pour le Congo (UPC), a été libéré lundi 17 septembre 2018 quatre jours après que la Justice ait ordonné sa libération immédiate.

Cet opposant au Président Denis Sassou Nguesso a été privé de liberté pendant près de trois années. Son crime : avoir été l’unique homme politique de l’opposition congolaise à avoir manifesté dans la rue avec ses militants, le 20 octobre 2015, contre le référendum demandant une nouvelle Constitution devant permette au président Sassou Nguesso, 72 ans à l’époque, de se maintenir à vie au pouvoir en faisant sauter les verrous : de la limitation du nombre de mandats présidentiels et de l’interdiction à toute personne âgée de plus de 70 ans de concourir à la présidentielle.

Arrêté le 23 novembre 2015, Paulin Makaya a été condamné en juillet 2016 en première instance à deux ans de prison ferme pour « incitation au trouble à l’ordre public » à l’issue d’un procès politique où de nombreuses irrégularités de procédure ont été constatées. Cette peine de deux ans d’emprisonnement a été confirmée lors de son procès en appel en 2017. Alors que Paulin Makaya aurait dû être libéré fin novembre 2017, date de la fin de sa peine, il a été maintenu en détention de manière arbitraire, le temps que les autorités judicaires l’accusent d’un nouveau délit : « complicité d’évasion de prisonniers » survenue en décembre 2016 à la prison centrale de Brazzaville où l’opposant était détenu. La nouvelle infraction a été communiquée à son avocat en janvier 2018. Le second procès s’est ouvert en juin et le 13 septembre, la troisième chambre correctionnelle de la cour d’appel de Brazzaville a condamné Paulin Makaya à un an de prison ferme pour « complicité d’évasion de prisonniers ». Ayant déjà purgé sa peine, le juge a ordonné sa libération immédiate.

Au Congo, il ne fait pas bon de s’opposer au « monarque » qui cumule plus de 34 ans au pouvoir jusqu’à ce jour. De nombreux autres opposants politiques sont encore détenus dans les geôles congolaises.

Articles associés

Appel du mois
am-2022-12-web-Sendinblue CONGO-bd2
Congo

Ratifions la Convention contre les disparitions forcées

Le 21 / 11 / 2022
Depuis 2007, la République du Congo promet de ratifier la Convention contre les disparitions forcées. Si elle a lieu, elle aura un impact en terme de prévention, concernant ces crimes qui continuent à être commis au Congo.
Appel à mobilisation
AAM_Chacona_Thumbnail_20220526
Congo

Toujours pas de réparations dans l’affaire Chacona

Le 25 / 05 / 2022
Le 17 novembre 2020, la justice congolaise condamnait l’État congolais à indemniser, à hauteur de 15 millions de francs CFA, les familles des treize jeunes décédés en juillet 2018 dans les geôles du commissariat de Chacona à Brazzaville. Conformément à la décision judiciaire, le paiement aurait dû être effectué dans les trois mois suivant le jugement. Plus d’un an et demi après le verdict, aucune somme ne leur a encore été versée.
Communiqué
Denis-Sassou-Nguesso
Congo

Ratifier la Convention contre les disparitions forcées

Le 28 / 02 / 2022
Alors que des milliers de familles sont toujours victimes de disparitions forcées, la République du Congo doit ratifier au plus vite la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées