Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Congo
Bonne nouvelle

Libération de l'opposant Paulin Makaya

L'opposant congolais Paulin Makaya, président du parti d’opposition Unis pour le Congo (UPC), a été libéré lundi 17 septembre 2018 quatre jours après que la Justice ait ordonné sa libération immédiate.
paulin-makaya
Le 18 / 09 / 2018

L'opposant congolais Paulin Makaya, président du parti d’opposition Unis pour le Congo (UPC), a été libéré lundi 17 septembre 2018 quatre jours après que la Justice ait ordonné sa libération immédiate.

Cet opposant au Président Denis Sassou Nguesso a été privé de liberté pendant près de trois années. Son crime : avoir été l’unique homme politique de l’opposition congolaise à avoir manifesté dans la rue avec ses militants, le 20 octobre 2015, contre le référendum demandant une nouvelle Constitution devant permette au président Sassou Nguesso, 72 ans à l’époque, de se maintenir à vie au pouvoir en faisant sauter les verrous : de la limitation du nombre de mandats présidentiels et de l’interdiction à toute personne âgée de plus de 70 ans de concourir à la présidentielle.

Arrêté le 23 novembre 2015, Paulin Makaya a été condamné en juillet 2016 en première instance à deux ans de prison ferme pour « incitation au trouble à l’ordre public » à l’issue d’un procès politique où de nombreuses irrégularités de procédure ont été constatées. Cette peine de deux ans d’emprisonnement a été confirmée lors de son procès en appel en 2017. Alors que Paulin Makaya aurait dû être libéré fin novembre 2017, date de la fin de sa peine, il a été maintenu en détention de manière arbitraire, le temps que les autorités judicaires l’accusent d’un nouveau délit : « complicité d’évasion de prisonniers » survenue en décembre 2016 à la prison centrale de Brazzaville où l’opposant était détenu. La nouvelle infraction a été communiquée à son avocat en janvier 2018. Le second procès s’est ouvert en juin et le 13 septembre, la troisième chambre correctionnelle de la cour d’appel de Brazzaville a condamné Paulin Makaya à un an de prison ferme pour « complicité d’évasion de prisonniers ». Ayant déjà purgé sa peine, le juge a ordonné sa libération immédiate.

Au Congo, il ne fait pas bon de s’opposer au « monarque » qui cumule plus de 34 ans au pouvoir jusqu’à ce jour. De nombreux autres opposants politiques sont encore détenus dans les geôles congolaises.

Articles associés

Communiqué
Denis-Sassou-Nguesso
Congo

Ratifier la Convention contre les disparitions forcées

Le 28 / 02 / 2022
Il y a 15 ans, en février 2007, la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées était ouverte aux signatures avant d’entrer en vigueur trois ans plus tard. Alors que des disparitions forcées continuent d’affecter des familles en République du Congo (Congo), nous, organisations de défense des droits humains, appelons les autorités congolaises à ratifier la Convention.
Appel à mobilisation
20220120_aam_torture_commissariat_congo_thumbnail
Congo

Il faut enquêter sur les allégations de tortures !

Le 20 / 01 / 2022
Dans la nuit du 4 au 5 novembre 2021, six hommes – dont Brandon Keurtys Eleck, 26 ans, Guilliano Pernel Loubaki, 35 ans, Guira Hyppolite Doukoro, 47 ans, Arnaud Mondzola Embouet, 32 ans – sont morts au sein du Commandement territorial des forces de police de Brazzaville, l’ex-Commissariat central. Ils étaient sous mandat de dépôt, sous la surveillance de la police congolaise. Jusqu’à ce jour, aucune enquête n’a été menée par les autorités congolaises compétentes pour établir les faits et les responsabilités dans ce nouveau drame lié à l’usage routinier de la torture dans le pays.
Appel à mobilisation
20211202_aam_lutte_criminalite_congo_brazzaville_thumbnail
Congo

La criminalité se combat par le droit

Le 02 / 12 / 2021
En République du Congo, la lutte contre la criminalité et le banditisme menée par les autorités se fait au détriment du droit par des violations : exécutions sommaires, disparitions forcées, tortures, arrestations arbitraires… Des associations congolaises alertent depuis des mois sur la dérive répressive des forces de l’ordre avec la responsabilité des autorités publiques. Des vidéos postées sur les réseaux sociaux montrent certaines de ces exactions.