Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Cameroun
Bonne nouvelle

Libération de 42 prisonniers politiques anglophones

Le 30 août 2017, le président Paul Biya a signé un décret mettant un arrêt définitif aux poursuites judiciaires intentées contre plusieurs leaders et activistes anglophones, sans en préciser qui ni le nombre.
probleme-anglophone-au-cameroun-890x395
Le 01 / 09 / 2017

Le 30 août 2017, le président Paul Biya a signé un décret mettant un arrêt définitif aux poursuites judiciaires intentées contre plusieurs leaders et activistes anglophones, sans en préciser qui ni le nombre. Ils étaient jugés pour « terrorisme » par un tribunal militaire de Yaoundé après les violences survenues en décembre 2016 dans les deux régions anglophones du pays suite à la répression des manifestations en faveur du droit à l'éducation et des droits légaux des Camerounais anglophones. Le Dr Fontem Neba, l’avocat Nkongho Agbor Balla et 40 autres manifestants ont depuis été libérés. Mancho Bibixy reste en détention. En vertu de la loi de 2014 contre le terrorisme, ratifiée par le président Paul Biya début 2015, de nombreuses voix dissidentes dans le pays – opposants, journalistes, défenseurs des droits de l’homme - sont pris pour cible et accusés abusivement de « terrorisme » par les autorités. Cette loi comprend une définition vague du "terrorisme", qui inclut notamment le fait de perturber le fonctionnement normal des services publics et des services essentiels pour la population, ou la création d'une situation de crise au sein de la population.

Articles associés

Appel du mois
AM 2022-05-Awasum Mispa-COVER
Cameroun

Je soutiens Awasum et les autres prisonniers politiques

Le 26 / 04 / 2022
Au cours du mois de décembre 2021, Awasum Mispa Fri, présidente des Femmes du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), et plus de 80 autres cadres et militants de ce parti, ont été condamnés à des peines allant de six mois à sept ans de prison ferme pour avoir manifesté pacifiquement.
Appel à mobilisation
AAM_Paul-Chouta_Thumbnail_20220331
Cameroun

Paul Chouta à nouveau agressé !

Le 31 / 03 / 2022
Dans la soirée du 9 au 10 mars 2022, Paul Chouta – journaliste et membre de Tournons la Page (TLP) – a été enlevé à Yaoundé en pleine rue par trois hommes en tenue civile. Conduit dans une camionnette en périphérie de la ville, le journaliste a été frappé avec divers objets jusqu’à ce qu’il perde connaissance. Ce journaliste critique à l’égard des autorités camerounaises a déjà fait l’objet de violences physiques et d’une détention arbitraire pendant presque deux années. Une enquête sur son agression récente est en cours.
Article
Article_Cameroun-Guerre-Qui-Ne-Dit-Pas-Son-Nom_Thumbnail
Cameroun

Au Cameroun, une guerre qui ne dit pas son nom

Le 16 / 03 / 2022
Depuis plus de cinq ans, les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun connaissent une crise politique et sécuritaire majeure dont la nature juridique est encore incertaine. A-t-on affaire à des « troubles intérieurs » ou à un « conflit armé non international » ? L’enjeu est important, alors que la répression du régime est féroce. Retour sur une « crise oubliée » qui a fait plus de 6 000 morts.