Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Cameroun
Bonne nouvelle

Le journaliste Ahmed Abba retrouve la liberté !

Ahmed Abba, correspondant de RFI au Cameroun en langue haoussa, a retrouvé la liberté vendredi 22 décembre 2017 au soir. La veille, le tribunal d'appel militaire de Yaoundé l'avait acquitté du crime de "blanchiment du produit d'un acte de terrorisme" pour lequel il avait été condamné en première instance à 10 ans de prison en avril 2016.
ahmed-abba2
Le 02 / 01 / 2018

 

Ahmed Abba, correspondant de RFI au Cameroun en langue haoussa, a retrouvé la liberté vendredi  22 décembre 2017 au soir. La veille, le tribunal d'appel militaire de Yaoundé l'avait acquitté du crime de "blanchiment du produit d'un acte de terrorisme" pour lequel il avait été condamné en première instance à 10 ans de prison en avril 2016. Le 21 décembre 2017, pour ne pas perdre la face, le tribunal d'appel militaire a néanmoins condamné Ahmed Abba à 24 mois de prison pour "non dénonciation d'actes de terrorisme". Etant donné que le journaliste avait déjà passé 29 mois en prison, il était libérable.

Il aura fallu une très importante mobilisation de RFI, des organisations de défense des droits de l'homme et des journalistes et de la communauté internationale pour que les autorités camerounaises libérent le correspondant de RFI, injustement emprisonné pendant plus de 2 années.

Ahmed Abba a été accusé à tort de terrorisme pour avoir fait son travail de journaliste, à savoir couvrir la crise dans l'Extrême-Nord du Cameroun en proie à un conflit de basse intensité entre le mouvement terroriste Boko Haram et les forces de défense et de sécurité camerounaises. Ahmed Abba a été arrêté à Maroua le 30 juillet 2015. Durant ses trois premiers mois de détention au secret, il a fait l'objet de tortures, comme nombre d'autres détenus camerounais.

L'ACAT, qui s'est mobilisée à de nombreuses reprises en faveur de sa liberté, se réjouit de la liberté retrouvée d'Ahmed Abba et espère qu'une enquête judiciaire sera menée pour que les auteurs et responsables d'actes de torture sur Ahmed Abba répondent de leurs crimes devant la justice camerounaise.

 

 

 

Articles associés

Appel du mois
AM 2022-05-Awasum Mispa-COVER
Cameroun

Je soutiens Awasum et les autres prisonniers politiques

Le 26 / 04 / 2022
Au cours du mois de décembre 2021, Awasum Mispa Fri, présidente des Femmes du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), et plus de 80 autres cadres et militants de ce parti, ont été condamnés à des peines allant de six mois à sept ans de prison ferme pour avoir manifesté pacifiquement.
Appel à mobilisation
AAM_Paul-Chouta_Thumbnail_20220331
Cameroun

Paul Chouta à nouveau agressé !

Le 31 / 03 / 2022
Dans la soirée du 9 au 10 mars 2022, Paul Chouta – journaliste et membre de Tournons la Page (TLP) – a été enlevé à Yaoundé en pleine rue par trois hommes en tenue civile. Conduit dans une camionnette en périphérie de la ville, le journaliste a été frappé avec divers objets jusqu’à ce qu’il perde connaissance. Ce journaliste critique à l’égard des autorités camerounaises a déjà fait l’objet de violences physiques et d’une détention arbitraire pendant presque deux années. Une enquête sur son agression récente est en cours.
Article
Article_Cameroun-Guerre-Qui-Ne-Dit-Pas-Son-Nom_Thumbnail
Cameroun

Au Cameroun, une guerre qui ne dit pas son nom

Le 16 / 03 / 2022
Depuis plus de cinq ans, les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun connaissent une crise politique et sécuritaire majeure dont la nature juridique est encore incertaine. A-t-on affaire à des « troubles intérieurs » ou à un « conflit armé non international » ? L’enjeu est important, alors que la répression du régime est féroce. Retour sur une « crise oubliée » qui a fait plus de 6 000 morts.