Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
FranceKazakhstanRussie
Bonne nouvelle

Le Conseil d'Etat annule l'extradition vers la torture de Moukhtar Abliazov

La procédure d'extradition vers la Russie qui visait Moukhtar Abliazov, homme d'affaire et opposant kazakh, a été annulée par le Conseil d'Etat vendredi 9 décembre. L'ACAT avait demandé qu'il ne soit pas extradé en raison des risques de torture qu'il courait.
ablyazov_1944467c
Le 12 / 12 / 2016

La procédure d'extradition vers la Russie qui visait Moukhtar Abliazov, homme d'affaire et opposant kazakh, a été annulée par le Conseil d'Etat vendredi 9 décembre. L'ACAT avait demandé qu'il ne soit pas extradé en raison des risques de torture qu'il courait s'il venait à être renvoyé en Russie. Le Conseil d'Etat a estimé que "l'extradition vers la Russie de M. Abliazov a été demandée dans un but politique" et qu'elle ne pouvait donc pas légalement être accordée.

Détenu en France depuis 2013, M. Abliazov a été libéré sitôt l'annulation du décret d'extradition prononcée par le Conseil d'Etat, la plus haute juridiction administrative française. L'ACAT s'était élevée contre cette extradition, qui aurait été une violation flagrante du droit français et du droit international en matière de droits de l'homme. En effet, il est interdit d'extrader une individu vers un pays où il risque d'être torture. Or, après avoir analysé la pratique de la torture enRussie dans son rapport "Les multiples visages de la torture", l'ACAT avait considéré qu'il existait dans ce cas précis des risques sérieux de torture.

Le rapporteur spécial de l’ONU sur la torture avait interpellé les autorités françaises la semaine dernière, et plus particulièrement le Conseil d’Etat afin qu’il annule l’ordre d’extradition

En 2015, la justice française avait refusé d’extrader vers la Russie le militant franco-russe des droits de l'Homme Nicolaï Koblyakov, une affaire également suivie par l’ACAT. De même, en 2012, elle avait refusé d’extrader en Russie un autre homme d’affaires réfugié en France, Vitali Arkhangeslki, en raison des risques en cas de renvoi et en mentionnant la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme.

Il est extrêmement rare que le Conseil d’Etat annule des décrets d’extradition. Le Conseil d'Etat n'avait auparavant annulé une demande d'extradition pour cette raison à une seule reprise, pour un opposant politique espagnol réclamé par le gouvernement de Franco.

Au delà du cas de M. Abliazov, cette extradition risquait de donner un blanc-seing pour de futurs renvois forcés vers des pays qui torturent.

 

 

Articles associés

Communiqué
Darmanin_Thumbnail
France

Le ministre de l'Intérieur méconnaît la réalité des perso...

Le 28 / 11 / 2022
Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, a demandé que soient appliquées les mêmes mesures de suivi aux étrangers faisant l'objet d'une OQTF que ceux ayant commis une infraction. Une atteinte sévère à l'état de droit qui assimile les personnes étrangères à des personnes délinquantes.
Communiqué
Darmanin_Thumbnail
France

Péril sur le droit d'asile !

Le 23 / 11 / 2022
Le 23 novembre, Gérald Darmanin a invité plusieurs organisations de la société civile à une concertation portant sur le droit d'asile, excluant une partie importante des acteurs de la Coordination française pour le droit d'asile dont l'ACAT-France est membre. Alors que le gouvernement français prépare un nouveau projet de loi pour réformer le droit d'asile, les mesures annoncées mettent en grand danger l'exercice du droit d'asile, pourtant droit fondamental et socle de notre solidarité.
Article
cfda_logo
France

Conditions minimales pour que l’asile soit un droit réel

Le 22 / 11 / 2022
Alors que le gouvernement annonce une nouvelle loi sur l’asile et l’immigration, la Coordination française pour le droit d’asile (CFDA) pose les 15 conditions minimales pour que l’asile soit un droit réel.