Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Cameroun
Bonne nouvelle

L'écrivain américano-camerounais Patrice Nganang retrouve la liberté

L'écrivain camerounais Patrice Nganang, qui possède la nationalité américaine, a été expulsé manu militari du Cameroun vers les Etats-Unis, le mercredi 27 décembre 2017. Son passeport camerounais lui a été confisqué. Il avait été arrêté le 6 décembre 2017 à l'aéroport international de Douala alors qu'il était en zone internationale et s'apprêtait à quitter le pays.
Nganang
Le 02 / 01 / 2018

 

L'écrivain camerounais Patrice Nganang, qui possède la nationalité américaine, a été expulsé manu militari du Cameroun vers les Etats-Unis, le mercredi 27 décembre 2017. Son passeport camerounais lui a été confisqué.

Il avait été arrêté le 6 décembre 2017 à l'aéroport international de Douala alors qu'il était en zone internationale et s'apprêtait à prendre un vol pour Harare, capitale du Zimbabwe. Accusé d'"outrage au chef de l'Etat" pour un article publié sur sa page Facebook qui menaçait de mort Paul Biya au pouvoir depuis 1982, Patrice Nganang a finalement été poursuivi pour : "Apologie de crime", "menaces" et "outrage à corps constitués" au cours de la première audience de  son procès qui s'est tenue le 15 décembre à Yaoundé. Il a plaidé non coupable. 

La détention prolongée de ce citoyen américain, enseignant à l'université de Stony Brook, devenait trop génante pour le régime de Paul Biya, auquel les USA apportent une aide subsantielle en terme de coopération militaire et de défense. La pression devenait trop forte... Et une fois de plus, dans une affaire hautement politique, le pouvoir exécutif est intervenu pour donner des consignes au pouvoir judiciaire. Le jour de son expulsion, les poursuites contre Patrice Nganang ont donc été abandonnées au cours d'une session matinale du tribunal de première instance de Yaoundé, qui devait normalement traiter l'Affaire le 19 janvier 2018.

Selon le ministre de la Communication, M. Issa Tchiroma, le président Paul Biya a "décidé de libérer ce délinquant conformément aux dispositions constitutionnelles, qui lui donnent la latitude de faire interrompre toute poursuite pour des raisons qu’il estime nécessaires".

"Au Cameroun, la justice n'est pas indépendante dans les affaires politiques. l'Affaire Nganang en est la preuve" indique Clément Boursin, Responsable des programmes Afrique à l'ACAT. En effet, selon l’article 64, alinéa 1 du code de procédure pénal, le procureur général près la cour d’appel peut, sur autorisation du ministre de la Justice, requérir l’arrêt des poursuites contre un prévenu à tout stade de la procédure.

Pour Patrice Nganang, interviewé par Jeune Afrique le 3 janvier 2018, la vraie raison de son arrestation était avant tout liée à son voyage dans la zone anglophone du Cameroun qui connaît depuis une année une situation politique et sécuritaire dégradée depuis que les autorités ont décidé de réprimer dans la violence, sans témoins,  les anglophones et leurs revendications sociétales.

Pendant sa détention, les questions étaient relatives au pourquoi il était allé là-bas, qui il avait rencontré. Les officiers de police judiciaire l'appelaient "Ambazonia", le terme que donnent les indépendantistes anglophones camerounais à leur Etat fictif.

La veille de son arrestation, le 5 décembre 2017, Patrice Nganang avait publié un "carnet de route en zone (dite) anglophone" sur le site Internet de Jeune Afrique. Il dénonçait dans cette tribune la gestion calamiteuse de la crise anglophone par le régime et concluait en affirmant que "seul le changement au sommet de l'Etat pourra régler le conflit anglophone au Cameroun". Cette prise de position publique n'a pas plu au sein du régime, d'autant plus que le Cameroun va connaître un scrutin présidentiel en octobre 2018 où il est fort probable que Paul Biya se représente une fois de plus... Ce dernier est au pouvoir depuis 1982.

 

 

Articles associés

Appel du mois
AM 2022-05-Awasum Mispa-COVER
Cameroun

Je soutiens Awasum et les autres prisonniers politiques

Le 26 / 04 / 2022
Au cours du mois de décembre 2021, Awasum Mispa Fri, présidente des Femmes du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), et plus de 80 autres cadres et militants de ce parti, ont été condamnés à des peines allant de six mois à sept ans de prison ferme pour avoir manifesté pacifiquement.
Appel à mobilisation
AAM_Paul-Chouta_Thumbnail_20220331
Cameroun

Paul Chouta à nouveau agressé !

Le 31 / 03 / 2022
Dans la soirée du 9 au 10 mars 2022, Paul Chouta – journaliste et membre de Tournons la Page (TLP) – a été enlevé à Yaoundé en pleine rue par trois hommes en tenue civile. Conduit dans une camionnette en périphérie de la ville, le journaliste a été frappé avec divers objets jusqu’à ce qu’il perde connaissance. Ce journaliste critique à l’égard des autorités camerounaises a déjà fait l’objet de violences physiques et d’une détention arbitraire pendant presque deux années. Une enquête sur son agression récente est en cours.
Article
Article_Cameroun-Guerre-Qui-Ne-Dit-Pas-Son-Nom_Thumbnail
Cameroun

Au Cameroun, une guerre qui ne dit pas son nom

Le 16 / 03 / 2022
Depuis plus de cinq ans, les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun connaissent une crise politique et sécuritaire majeure dont la nature juridique est encore incertaine. A-t-on affaire à des « troubles intérieurs » ou à un « conflit armé non international » ? L’enjeu est important, alors que la répression du régime est féroce. Retour sur une « crise oubliée » qui a fait plus de 6 000 morts.