Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Congo
Bonne nouvelle

Congo : Libération de quatre militants pro-démocratie

Messieurs Parfait Mabiala, Franck Saboukoulou, Guil Miangué et Meldry Dissivoulou sont libres !
Congo 4 activistes
Le 04 / 12 / 2020

Messieurs Parfait Mabiala, Franck Saboukoulou, Guil Miangué et Meldry Dissivoulou sont libres !

Le 4 décembre 2020, la Chambre d'accusation de la Cour d'appel de Brazzaville a rendu un arrêt dans lequel elle "déclare irrecevable l'appel formalisé par le Ministère public contre l'ordonnance de mise en liberté provisoire de Messieurs Parfait Mabiala, Franck Saboukoulou, Guil Miangué et Meldry Dissivoulou, rendu par le Magistrat instructeur du 11ème cabinet du Tribunal de Grande instance de Brazzaville le 30 mars 2020".

Depuis le 30 mars 2020, ces quatre jeunes sympathisants du mouvement « Incarner l’Espoir » attendaient leur remise en liberté provisoire.

Ils restent encore poursuivis pour  « atteinte à la sécurité intérieure de l’État », une accusation extrêmement vague régulièrement utilisée par le régime de Denis Sassou Nguesso – qui cumule plus de trente-cinq ans de pouvoir – pour mettre en prison ses dissidents.  

Il est probable que la procédure tombe "en sommeil" et qu'elle soit utilisée politiquement par le régime en place comme un moyen de pression sur ces quatre jeunes activistes pour qu'ils mettent un terme à leurs activités politiques et citoyennes en faveur du changement en République du Congo.

 

Articles associés

Communiqué
Denis-Sassou-Nguesso
Congo

Ratifier la Convention contre les disparitions forcées

Le 28 / 02 / 2022
Il y a 15 ans, en février 2007, la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées était ouverte aux signatures avant d’entrer en vigueur trois ans plus tard. Alors que des disparitions forcées continuent d’affecter des familles en République du Congo (Congo), nous, organisations de défense des droits humains, appelons les autorités congolaises à ratifier la Convention.
Appel à mobilisation
20220120_aam_torture_commissariat_congo_thumbnail
Congo

Il faut enquêter sur les allégations de tortures !

Le 20 / 01 / 2022
Dans la nuit du 4 au 5 novembre 2021, six hommes – dont Brandon Keurtys Eleck, 26 ans, Guilliano Pernel Loubaki, 35 ans, Guira Hyppolite Doukoro, 47 ans, Arnaud Mondzola Embouet, 32 ans – sont morts au sein du Commandement territorial des forces de police de Brazzaville, l’ex-Commissariat central. Ils étaient sous mandat de dépôt, sous la surveillance de la police congolaise. Jusqu’à ce jour, aucune enquête n’a été menée par les autorités congolaises compétentes pour établir les faits et les responsabilités dans ce nouveau drame lié à l’usage routinier de la torture dans le pays.
Appel à mobilisation
20211202_aam_lutte_criminalite_congo_brazzaville_thumbnail
Congo

La criminalité se combat par le droit

Le 02 / 12 / 2021
En République du Congo, la lutte contre la criminalité et le banditisme menée par les autorités se fait au détriment du droit par des violations : exécutions sommaires, disparitions forcées, tortures, arrestations arbitraires… Des associations congolaises alertent depuis des mois sur la dérive répressive des forces de l’ordre avec la responsabilité des autorités publiques. Des vidéos postées sur les réseaux sociaux montrent certaines de ces exactions.