Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Chine
Bonne nouvelle

Après huit années d’enfer, Liu Xia est enfin libre !

Le 10 juillet 2018 aux alentours de 11h, la poétesse et veuve du Prix Nobel chinois Liu Xiaobo, Liu Xia, a embarqué à bord d’un avion pour Helsinki, avec pour destination finale l’Allemagne. Après huit années d’assignation à résidence et d’isolement total, Liu Xia a enfin pu quitter le pays qui a laissé mourir son mari en prison il y a près d’un an, et va pouvoir se reconstruire.
lu xia enfin libre RS
Illustration : Jade Dussart
Le 11 / 07 / 2018

En octobre 2010, peu après l’attribution du Prix Nobel de la Paix à son mari Liu Xiaobo, Liu Xia est assignée à résidence par les autorités chinoises. Durant près de huit ans, elle sera forcée de rester cloîtrée chez elle, sans autre contact avec l’extérieur que de brefs appels téléphoniques, sans jamais avoir été accusée ni condamnée pour quoi que ce soit. En 2014, elle est brièvement hospitalisée pour des problèmes cardiaques.

Au début de l’été 2017, Liu Xiaobo est transféré à l’hôpital de Shenyang, dans le Nord du pays, après avoir diagnostiqué d’un cancer du foie en phase terminale. Liu Xia est autorisée à le voir brièvement dans sa chambre d’hôpital, sous haute surveillance. Quelques instants de bonheur et de sourire avant de replonger. Le 13 juillet 2017, Liu Xiaobo est déclaré mort. Moins de 48h après son décès, ses cendres sont dispersées dans la mer, comme pour effacer toute trace de son existence. Dans les mois qui suivent, l’état psychologique de Liu Xia se dégrade, et inquiète sa famille et ses amis. Lors d’une conversation téléphonique avec son ami Liao Yiwu, dissident exilé en Allemagne, elle déclare en pleurs : « Si je ne peux pas partir, je mourrai chez moi. Xiaobo est parti, il n’y a plus rien qui me retient dans ce monde. Il est plus facile de mourir que de vivre ».

Les autorités chinoises refusaient jusqu’alors d’accorder à Liu Xia un permis de quitter le territoire, tout en maintenant qu’en tant que citoyenne chinoise elle était « libre ». Depuis la mort de Liu Xiaobo, l’Allemagne a effectué de nombreuses démarches auprès des autorités chinoises pour accueillir Liu Xia. Angela Merkel a évoqué à plusieurs reprises son cas lors de ses visites en Chine, et ce jusqu’à sa rencontre avec le Premier ministre Li Keqiang à Berlin ce lundi 9 juillet 2018. Officiellement, cette libération intervient pour « raisons médicales ».

Des dispositions ont été prises pour l’arrivée de Liu Xia en Allemagne : appartement provisoire, bourse d’artiste, accompagnement médical pour sa dépression. Elle retrouvera par ailleurs plusieurs amis et dissidents chinois en exil dans le pays.

L’ACAT se réjouit de la libération de Liu Xia, après huit ans de persécution, de surveillance constante et d'assignation illégale à résidence. Injustement punie pour l’homme qu’elle a choisi d’aimer, elle mérite aujourd'hui de pouvoir se reconstruire et poursuivre sa vie en tant que femme libre.

Articles associés

Appel à mobilisation
Ding Jiaxi
Chine

3 ans de détention arbitraire, 1 procès au secret, et... rien

Le 28 / 11 / 2022
Ding Jiaxi, ancien avocat spécialisé dans la défense des droits humains et membre actif du Mouvement des nouveaux citoyens, un réseau informel de militants cherchant à promouvoir la transparence des affaires publiques et à dénoncer la corruption, est détenu arbitrairement depuis trois ans. Après plusieurs reports de son procès, il a finalement été jugé le 24 juin 2022, au secret, pour « subversion du pouvoir de l’État ». Depuis, le verdict reste inconnu.
Appel à mobilisation
Zhang-Zhan_Thumbnail
Chine

L’état de santé de Zhang Zhan est toujours inquiétant

Le 02 / 11 / 2022
Zhang Zhan est une journaliste indépendante, avocate et défenseuse des droits humains, détenue arbitrairement depuis mai 2020, pour le seul fait d’avoir exercé sa liberté d’expression en informant ses concitoyens de la réalité de la situation à Wuhan, lors du pic de la pandémie de Covid-19. D’abord portée disparue, elle a été officiellement inculpée en septembre 2020 et condamnée quelques mois plus tard à une peine de quatre ans de détention. Il y a un an, l’ACAT-France se mobilisait pour obtenir sa libération immédiate, d’autant que sa vie était en danger en raison de ses conditions de détention. Aujourd’hui, son état de santé reste inquiétant. Ne l’oublions pas.
Article
ThisIsXinjiang_Thumbnail
Chine

Ouïghours : l’effacement institutionnalisé d’une identité

Le 31 / 10 / 2022
Installés dans la région du Xinjiang, les Ouïghours sont l'une 56 ethnies officiellement reconnues par la République populaire de Chine. Pourtant, malgré cette officialisation, ils font l’objet de répressions de la part des autorités, fondées sur cette seule appartenance ethnique. Des crimes contre l’humanité, continuellement niés par les autorités chinoises.