Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Chine
Actualité

Tabassé, enchaîné, menacé de mort

Ce sont les tortures subies et révélées par un éminent avocat chinois alors qu’il est toujours en détention. Une enquête urgente est nécessaire d’autant qu’il risque de subir de graves représailles.
xieyang
Le 30 / 01 / 2017

Xie Yang, 44 ans, a été arrêté en juillet 2015, au cours de la vague d’arrestation massive visant des centaines d’avocats.

Il a pu rencontrer ses deux avocats pour la première fois sans présence policière en janvier 2017. Il a alors livré un récit très détaillé des sévices subis et a désigné nommément les auteurs de ces actes.

Privation de nourriture, d’eau, privation de sommeil et interrogatoires pouvant durer plusieurs jours de suite, coups, passages à tabac, humiliation, menaces de mort à son encontre et contre sa famille. Un policier a évoqué le « risque » pour sa femme, qui se mobilise publiquement sur le sort de son mari, d’être victime d’un accident de voiture. Xie Yang décrit notamment qu’il a été forcé à rester assis plus de vingt heures par jour sur des tabourets en plastique empilés, les jambes pendantes, ce qui coupe la circulation sanguine et entraîne un gonflement des pieds et des jambes. Détenu au secret les six premiers mois, Xie Yang a plusieurs fois craqué et signé les déclarations toutes prêtes que ses tortionnaires lui soumettaient.

« On peut te torturer à mort et personne n’y pourra rien ». Ses tortionnaires lui ont clairement fait savoir qu’ils bénéficiaient d’une impunité et qu’ils avaient l’autorisation de hauts responsables au sein du gouvernement.

Les avocats de Xie Yang ont déposé plainte contre les agents qui ont commis ces actes. Ils demandent une enquête et la poursuite judiciaire des responsables. Soutenons les !

Télécharger et envoyer ce modèle de lettre

 

Contexte

Répression sans précédent contre les avocats en Chine

Les avocats défenseurs des droits de l’homme subissent une répression sans précédent en Chine. Ce mouvement a commencé dans la nuit du 9 juillet 2015 avec les disparitions forcées des avocats Wang Yu, son époux Bao Longjun et leur fils de 16 ans. Il continue encore aujourd’hui avec la récente libération sous caution, après 500 jours de détention au secret, de Li Chunfu qui a développé de graves troubles mentaux et se trouve dans un état physique inquiétant.

En janvier 2017, au moins 319 avocats, collaborateurs de cabinets d’avocats, et membres de leur famille étaient interrogés, convoqués, interdits de quitter le territoire, placés en résidence surveillé ou en détention. Au moins, un avocat, Jiang Tianyong, était toujours détenu au secret depuis novembre 2016.

Torture, détentions au secret

La situation demeure extrêmement préoccupante. Allégations de torture, détentions au secret, persécution judiciaire à travers des chefs d’inculpation et des condamnations invraisemblables tels que « subversion du pouvoir de l’État », « incitation à la subversion du pouvoir de l’Etat » et d’autres atteintes à la sécurité nationale et à l’ordre public. La répression ne s’arrête pas à leur éventuelle remise en liberté. Plusieurs ont été transférés dans des résidences privées où ils sont surveillés et demeurent complètement isolés, sans contact avec leurs amis et collègues.

Les familles subissent des pressions pour persuader leur proche en détention de plaider coupable. Elles subissent également des formes de persécution : placement sous surveillance, harcèlement, menaces policières sur les établissements scolaires pour faire expulser les enfants des détenus ou pressions sur les propriétaires des appartements pour déloger les proches des avocats.

A l’occasion de la journée du 24 janvier 2017, journée de l’avocat en danger, l’ACAT a coordonné la rédaction et la diffusion d’une lettre soutenue par une trentaine de juristes internationaux de renom, dont l’ancien Garde des Sceaux, Robert Badinter. Tous s’inquiètent profondément de la situation de ces avocats et demandent leur libération et leur protection contre ces persécutions.

 

En savoir plus sur le recours à la torture en Chine, lire l'analyse de l'ACAT

Articles associés

Bonne nouvelle
Libération-Lee-Ming-Cheh_Thumbnail
ChineTaïwan

Lee Ming-Che enfin à Taïwan après cinq ans de détention

Le 16 / 05 / 2022
Défenseur des droits humains à Taïwan, Lee Ming-Che avait été reconnu coupable de « subversion de l’État » en novembre 2017. Après avoir été détenu au secret pendant plus de huit mois, puis condamné à cinq ans de prison, il est enfin rentré libre à Taïwan.
Appel à mobilisation
AAM_Li-Qiaochu_Thumbnail_20220505
Chine

L’état de santé de Li Qiaochu est incompatible avec sa d...

Le 05 / 05 / 2022
Li Qiaochu est une défenseuse des droits humains qui a milité pour les droits des femmes et des travailleurs, ainsi que pour les campagnes #MeToo en Chine. Elle a été arrêtée en février 2020 et de nouveau un an plus tard, quelques jours après avoir révélé sur Internet la torture dont les défenseurs des droits humains Ding Jiaxi et Xu Zhiyong, son compagnon, faisaient l’objet en détention.
Appel à mobilisation
AAM_Fang-Bin_Thumbnail_20220407
Chine

Je demande la libération immédiate de Fang Bin

Le 07 / 04 / 2022
Après deux ans sans nouvelles, on dispose enfin d’informations quant à la situation de l’homme d’affaires Fang Bin, résident de Wuhan. Dès le 25 janvier 2020, il a été l’un des premiers lanceurs d’alerte à diffuser sur internet des images montrant la réalité de l’ampleur de la situation sanitaire due à la Covid-19 sur place, après avoir été témoin du transport de plusieurs corps de victimes de la maladie. Par la suite, il a continué à exercer son droit à la liberté d’expression tout en faisant régulièrement l’objet de menaces de la part des autorités chinoises jusqu’à son arrestation, le 9 février 2020.