Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Chine
Actualité

8 ans de prison et risque de torture comme cadeau de Noël

Un célèbre militant des droits de l'homme a été lourdement condamné au lendemain de Noël et risque d'être torturé
WuGan_2015
Le 19 / 01 / 2018

Au lendemain de Noël, le militant des droits de l’homme Wu Gan, 44 ans, a été condamné à huit ans de prison pour « subversion » le 26 décembre 2017.  Dans une déclaration publiée après sa condamnation, il indique avoir été torturé durant sa détention. Il risque toujours d’être soumis à de la torture et des traitements cruels, inhumains ou dégradants. 

Wu Gan a été arrêté en mai 2015 alors qu’il travaillait pour un cabinet d’avocats de Pékin. Il prenait alors part à une manifestation dénonçant une erreur judiciaire dans une affaire passible de la peine de mort. Il a été officiellement accusé d'«incitation à la subversion du pouvoir de l’État ».

Ce militant, célèbre en Chine depuis 2009, est reconnu pour ses méthodes innovantes, qui consistent à lier les actions en ligne et sur le terrain, à mettre en lumière les violations des droits des droits de l’homme et à collecter des fonds sur Internet pour financer ses activités.

Peu après avoir été condamné en décembre 2017, Wu Gan a publié une déclaration dans laquelle il affirme avoir rejeté la demande des autorités qui lui demandaient de plaider coupable en échange d'une sentence plus clémente. Il a également cité 13 agents qui l'auraient torturé durant sa détention. Avant son procès à huis clos qui s'est déroulé le 14 août 2017, Wu Gan a été détenu pendant plus de 28 mois sans pouvoir communiquer avec sa famille. Il risque à nouveau d’être torturé.

Wu Gan et ses avocats avaient annoncé, avant sa condamnation, qu'il ferait appel s'il était déclaré coupable. Cependant, lorsque les avocats ont demandé à rencontrer leur client juste après la sentence, le centre de détention a refusé leur requête. Les avocats de Wu Gan n'ont pu le rencontrer que la veille de l’expiration de la période légalement prescrite pour déposer un appel, le 5 janvier 2018. Ils ont finalement réussi à interjeter appel in extremis.

Vous voulez le soutenir? Téléchargez ce modèle de lettre et adressez la au directeur de la prison où il est détenu ainsi qu'à l'ambassade de Chine en France

Contexte

« S’opposer résolument à toute parole et action de nature à saper » le pouvoir

La sentence de Wu Gan est la plus lourde infligée à des dissidents en Chine depuis juin 2016. Elle est aussi la plus sévère en 2017 depuis que le président Xi Jinping a promis de « s’opposer résolument à toute parole et action de nature à saper » l’autorité du Parti communiste chinois.

Depuis 2015, la répression en Chine contre la société civile est sans précédent. Des centaines d’avocats et militants des droits de l’homme ont été arrêtés et incarcérés. Certains ont été libérés avec de graves troubles psychologiques en raison des traitements subis en détention.

Les militants et les défenseurs des droits de l’homme continuent d'être systématiquement soumis à une surveillance, au harcèlement et aux intimidations, à des arrestations et placements en détention ainsi que des condamnations. De plus en plus de défenseurs sont retenus par la police dans des lieux de détention non officiels, parfois sans pouvoir consulter un avocat pendant de longues périodes, ce qui les expose au risque de subir des actes de torture et d’autres formes de mauvais traitements.

 

Condamner des dissidents entre Noël et le Jour de l’an lorsque l’opinion publique internationale est moins vigilante

La Chine comme d’autres pays est connue pour arrêter ou condamner arbitrairement des personnalités emblématiques pendant les périodes de fêtes lorsque les pays occidentaux détournent leur attention : arrestation du militant Hu Jia le 27 décembre 2007 ; condamnation le 25 décembre 2009 de Liu Xiaobo, prix Nobel de la paix décédé en prison en 2017…

Au moment de la condamnation de Wu Gan, l’avocat Xie Yang, pour qui l’ACAT est intervenue (voir appels urgents de janvier et de mai 2017), et dont le cas avait attiré l’attention des pays occidentaux, a également été condamné pour subversion. Il a cependant été dispensé de peine pour avoir accepté de plaider coupable. Xie Yang avait été également arrêté en 2015. Après avoir été maintenu au secret pendant six mois, il avait dénoncé, via ses avocats, les actes de torture subis en détention. Les sévices endurés ont cependant eu raison de lui. En mai  2017, lors d’une mascarade de procès, il avait plaidé coupable puis présenté des excuses pour avoir induit l’opinion en erreur « sur cette question de torture ». Il a ainsi été dispensé de peine en raison de son « repentir ».

Articles associés

Bonne nouvelle
Libération-Lee-Ming-Cheh_Thumbnail
ChineTaïwan

Lee Ming-Che enfin à Taïwan après cinq ans de détention

Le 16 / 05 / 2022
Défenseur des droits humains à Taïwan, Lee Ming-Che avait été reconnu coupable de « subversion de l’État » en novembre 2017. Après avoir été détenu au secret pendant plus de huit mois, puis condamné à cinq ans de prison, il est enfin rentré libre à Taïwan.
Appel à mobilisation
AAM_Li-Qiaochu_Thumbnail_20220505
Chine

L’état de santé de Li Qiaochu est incompatible avec sa d...

Le 05 / 05 / 2022
Li Qiaochu est une défenseuse des droits humains qui a milité pour les droits des femmes et des travailleurs, ainsi que pour les campagnes #MeToo en Chine. Elle a été arrêtée en février 2020 et de nouveau un an plus tard, quelques jours après avoir révélé sur Internet la torture dont les défenseurs des droits humains Ding Jiaxi et Xu Zhiyong, son compagnon, faisaient l’objet en détention.
Appel à mobilisation
AAM_Fang-Bin_Thumbnail_20220407
Chine

Je demande la libération immédiate de Fang Bin

Le 07 / 04 / 2022
Après deux ans sans nouvelles, on dispose enfin d’informations quant à la situation de l’homme d’affaires Fang Bin, résident de Wuhan. Dès le 25 janvier 2020, il a été l’un des premiers lanceurs d’alerte à diffuser sur internet des images montrant la réalité de l’ampleur de la situation sanitaire due à la Covid-19 sur place, après avoir été témoin du transport de plusieurs corps de victimes de la maladie. Par la suite, il a continué à exercer son droit à la liberté d’expression tout en faisant régulièrement l’objet de menaces de la part des autorités chinoises jusqu’à son arrestation, le 9 février 2020.