Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Maroc
Actualité

Wafaa Charaf, transférée de prison après avoir dénoncé des mauvais traitements

Wafaa Charaf, militante des droits de l’Homme âgée de 26 ans, qui était détenue depuis plus d’un an dans la prison de Tanger, au Maroc, a été transférée le 20 juillet 2015 à la prison de Larache après avoir dénoncé les violations des droits de l’homme dans les prisons marocaines.
wafaa_charaf
Le 25 / 08 / 2015

Détenue depuis près d’un an, elle avait entamé le 8 juillet 2015 une grève de la faim pour dénoncer les violations des droits de l’homme commises dans les prisons marocaines et la violence des fonctionnaires à l’égard des détenues mais aussi pour réclamer l’amélioration des conditions de détention. Le personnel pénitentiaire aurait alors pris des mesures de rétorsion à l’encontre des détenus. Il y a quelques semaines, la section de l’Association marocaine des droits de l’homme (AMDH) de Tanger s’était vue refuser sa demande formulée auprès de la Délégation des prisons afin de visiter Wafaa Charaf.  

La décision de transférer Wafaa Charaf dans une autre prison pourrait avoir été prise en représailles par les autorités pour faire taire les protestations de la jeune militante. Ses proches résidant dans la ville de Tanger seront désormais difficilement en capacité de lui rendre visite dans la prison de Larrache.

Le 20 Octobre 2014, Wafaa Charaf, membre de l’AMDH, a été condamnée par la Cour d’appel de Tanger à deux ans de prison pour « dénonciation calomnieuse et outrage à agent » après avoir déposé une plainte pour torture.

Elle avait porté plainte contre X le 30 avril 2014, pour torture et enlèvement auprès du procureur de Tanger. Le 27 avril, après avoir participé à une manifestation de soutien à des syndicalistes licenciés à Tanger, elle avait été enlevée par deux hommes alors qu’elle rentrait chez elle. Ces hommes lui avaient bandé les yeux et l’avaient ensuite emmenée de force dans une voiture et conduite en dehors de la ville. Pendant plusieurs heures, elle a été frappée, insultée et menacée puis abandonnée sur place. Elle est alors allée faire constater ses blessures par un médecin. Suite à sa plainte, elle avait été arrêtée le 8 juillet 2014, placée en détention provisoire et poursuivie pour dénonciation calomnieuse et outrage à agent.

Au Maroc, les actes de torture demeurent impunis

Les actes de torture au Maroc demeurent impunis et les plaintes pour torture ne sont jamais suivies d’enquête sérieuse, indépendante et impartiale. En outre, depuis 2014, les victimes de torture sont régulièrement mises en cause par les autorités pour diffamation et dénonciation calomnieuse. L’ACAT est elle-même poursuivie devant la justice marocaine pour dénonciation calomnieuse.

Alors que le Protocole d’entraide judicaire entre la France et le Maroc est entré en vigueur le 30 juillet 2015, l’ACAT continue de dénoncer la persistance de la torture et l’absence de volonté politique de mettre fin à l’impunité dont jouissent les auteurs de torture au Maroc.

En 2016, le Maroc sera examiné par le Comité des droits de l’homme des Nations unies. Dans la perspective de cet examen, le Maroc devrait se conformer à ses engagements internationaux et en particulier l’article 7 du Pacte International sur les droits civils et Politiques : « Nul ne sera soumis à la torture ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. » et l’article 10 du même Pacte : « Toute personne privée de sa liberté est traitée avec humanité et avec le respect de la dignité inhérente à la personne humaine. »

Articles associés

Communiqué
Gdeim-Izik_Thumbnail
Sahara OccidentalMaroc

Gdeim Izik : six nouvelles plaintes contre le Maroc

Le 08 / 11 / 2022
En cette date du 12ème anniversaire du démantèlement du campement de Gdeim Izik, l’ACAT‑France se félicite du dépôt de six nouvelles plaintes contre le Maroc devant le Comité contre la torture des Nations unies concernant six prisonniers d’opinion sahraouis membres du groupe de Gdeim Izik. Celles-ci s’inscrivent dans la suite des quatre plaintes déjà déposées par l’ACAT‑France et ses partenaires le 9 juin 2022.
Actualité
Visite-Sultana-Khaya_2022
Sahara OccidentalMaroc

Sahara occidental : Sultana Khaya, le visage des défenseures ...

Le 26 / 09 / 2022
Le 16 septembre 2022, l’ACAT-France a eu le plaisir de recevoir Sultana Khaya, défenseure des droits humains et activiste pacifique sahraouie, lors de son passage à Paris. Après un an et demi de résidence surveillée, de harcèlements, d’agressions physiques et sexuelles, elle a enfin pu quitter son domicile de Boujdour le 1er juin 2022 pour se rendre en Espagne où elle a pu recevoir des soins.
Bonne nouvelle
Libération-Sultana-Khaya_20220701
Maroc

La défenseure des droits humains sahraouie Sultana Khaya enfi...

Le 01 / 07 / 2022
Sultana Khaya, présidente de la Ligue pour la défense des droits de l’Homme et contre le pillage des ressources naturelles, retenue abusivement par les autorités marocaines depuis le mois de novembre 2020 dans sa résidence et victime d’agressions sexuelles à répétition, a été libérée le 1er juin dernier.