Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Actualité

Vers une Europe libre et juste ? Entre inertie et populisme

Bureaucratie et contraintes : voilà l’image que l’Union Européenne renvoie aux citoyens des 27 états membres du vieux continent; et pourtant l’Europe joue un rôle crucial dans le monde pour le respect des droits et des libertés fondamentales que les députés ont le devoir de défendre et protéger.
postcard4x6 Free and Fair Europe version 19032019_high
Le 25 / 04 / 2019

Quelle Europe choisissons-nous pour demain ?

Le 26 mai 2019 les citoyens de l’Union Européenne seront appelés à voter pour élire les députés qui les représenteront au Parlement Européen, centre névralgique de la démocratie européenne.

Pris dans le piège du protectionnisme, de la peur de l’autre et du besoin latent de sécurité, beaucoup d’entre eux s’interroge sur le besoin de voter alors que l’Union Européenne ne représente que des obstacles et l’appauvrissement des plus démunis: une Politique Agricole Commune (PAC) qui étouffe les agriculteurs, une crise migratoire à laquelle l’Europe ne donne aucune réponse et des mesures sécuritaires qui sont insuffisantes pour protéger ces citoyens contre la montée du terrorisme qui flagelle ces états membres. Ces raisons sont-elles suffisantes pour ne pas aller voter ou voter contre l’Europe ?  

Certes, les défis à relever sont nombreux dans une époque où la méfiance gagne du terrain. Les frontières que l’Europe avait ouvertes se referment certes derrière elle, mais c’est aussi l’Europe qui, depuis sa création, se mobilise pour garantir la paix et la démocratie sur le vieux continent et garantir en interne et au-delà de ses frontières le respect des libertés fondamentales et des droits humains.

Il suffit de penser aux critères de Copenhague qu’elle a adopté au Conseil Européen dès 1993, fixant des règles stricte en matière de démocratie et de respect des droits humains pour les états candidats à l’adhésion de l’UE, à l’ouverture de l’espace Schengen qui permet aux biens et aux personnes de circuler librement ou aux programmes qu’elle finance partout dans le monde pour soutenir le développement durable, la paix et la justice.  

L’abstention ou le vote contre cette Europe n’est peut-être pas la seule réponse possible et les députés qui représenteront demain les citoyens européens font partie de la solution.

S’engager pour une @Europe libre et juste

C’est parce que l’ACAT croit dans cet espace de liberté, d’état de droit et d’intégration régionale qu’elle a décidé de rejoindre la campagne @Free and faire Europe lancée par le réseau Human Rights and Democracy Network (HRDN) dont la Fédération Internationale des ACAT (FIACAT) est membre. Le Pacte, que les candidats sont appelés à signer, les invite à s’engager pour une Europe qui respecte les droits humains au-delà des engagements économiques, qui travaille pour garantir un accueil digne aux demandeurs d’asile arrivant sur le continent européen et qui exhorte les entreprises privées à s’engager en faveur d’accords commerciaux respectueux des droits humains. 

En s’inscrivant dans cette campagne, l’ACAT souhaite envoyer un message clair aux candidats français pour qu’ils soient garants d’une Europe libre et juste et qu’ils assument pleinement le rôle qui leur est confié.

« Nous vivons une époque qui remet constamment en question le modèle et les valeurs sur lesquelles l’Europe s’est développée et plus que jamais, nos candidats ont le devoir de préserver cet espace en portant au sein de l’hémicycle européen une politique de justice sociale, de développement, de respect des libertés et des droits fondamentaux, pour tous, partout » déclare Luisa Fenu, directrice des programmes et du plaidoyer à l’ACAT-France.

Mais c’est aussi l’occasion pour l’ACAT et ses membres de rappeler que voter le 26 mai prochain c’est aussi assumer pleinement sa citoyenneté et contribuer en tant qu’acteur de la société civile à protéger l’espace dans lequel nous vivons ainsi que les libertés qui nous sont, aujourd’hui, garanties.

Articles associés

Appel du mois
AM 2022-06-Khaya-COVER
Sahara OccidentalMaroc

J'agis pour Sultana et Luara Khaya

Le 20 / 05 / 2022
Depuis le 19 novembre 2020, Sultana et sa soeur Luara sont abusivement assignées à résidence en raison de leur engagement pour la défense des droits des Sahraouis. Elles ont été sexuellement agressées par les forces marocaines à différentes reprises.
Communiqué
Not-A-Crime-Algérie_Main
Algérie

#PasUnCrime. Une campagne digitale pour les libertés en Algérie

Le 19 / 05 / 2022
Les autorités algériennes ont mis fin aux manifestations pro-démocratie du « Hirak » dans la majeure partie du pays, il y a de cela un an. Depuis, les poursuites en justice pour accusations terroristes infondées se sont multipliées, des amendements problématiques du Code pénal ont été adoptés, des actions en justice lancées contre des organisations de la société civile et des partis politiques d'opposition, la répression contre les défenseur.es des droits humains et les médias s’est intensifiée, tandis que les autorités continuent d’entraver l’enregistrement et l’activité des syndicats indépendants.
Appel à mobilisation
AAM_Militaires-Burundi_Thumbnail_20220519
Burundi

Des militaires détenus arbitrairement depuis 7 ans

Le 18 / 05 / 2022
Ernest Nyabenda, Patrick Nsengiyumva, Cadeau Bigirumugisha et Alexis Sebahene sont des militaires de l’armée nationale, la Force de défense nationale du Burundi (FDNB). Accusés sans preuves d’être mêlés à l’assassinat du général Adolphe Nshimirimana – survenu le 2 août 2015 – sur la base de leur appartenance ethnique ces militaires issus de l’ancienne armée régulière, ont été arrêtés sans aucun mandat.