Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Actualité

Une rentrée militante autour des conditions de détention

C’est la rentrée ! Emmitouflée dans son manteau de rencontres et d’actions militantes, l’ACAT est parée pour l’automne. Les conditions de détention dans les couloirs de la mort seront en ligne de mire : un thème cher aux acatiens ! Retrouvez nos différentes activités pour animer des événements à l'occasion de la 16e Journée mondiale contre la peine de mort.
St Affrique flashmob(c)F Gayraud IMGP7122
Des militants mobilisés en 2014 lors de la journée mondiale contre la peine de mort
Le 13 / 09 / 2018

En ces mois  de rentrée, partout en France, nous réfléchirons à de grands thèmes – l’éducation aux droits de l’homme, l’histoire et l’avenir de la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH) ou l’engagement des chrétiens face aux défis du monde –, mais aussi à des sujets plus ciblés – la question de l’esclavage moderne, la vie dans les prisons ou la justice restaurative. Ce moment d’échange sera également le temps de faire le point sur l’action militante en région et d’élire pour l’année 2019 vos délégués et vos Équipes d’animation régionales (EAR), deux piliers de la vie associative. 

Au cœur de cette période de rencontre aura lieu la 16e Journée mondiale contre la peine de mort : un rendez-vous phare qu’organise chaque année la Coalition mondiale. Les conditions de détention dans les couloirs de la mort seront en ligne de mire : un thème cher aux acatiens !  Nous avons créé différentes activités pour animer des événements dans toute la France sur le sujet. Lindy Lou, protagoniste du film éponyme soutenu par l’ACAT et jurée d’un procès qui a mené à la condamnation à mort de l’accusé, sera à Paris le 9 octobre et se déplacera ensuite en régions pour raconter son expérience. Sa venue s’inscrit dans un cycle ACAT de sensibilisation autour du témoignage : témoignages d’une jurée, de condamnés, de correspondants… qui se poursuivra jusqu’en 2020. 

Pour commencer dès à présent à préparer la journée du 10 octobre contre la peine de mort, lisez le nouveau numéro d'Humains. Des outils militants seront bientôt mis en ligne.

Au-delà des couloirs de la mort, l’ACAT se préoccupe des conditions de détention dans tous les lieux privatifs de liberté. Notre groupe de travail fête ce mois-ci son premier anniversaire. Il a choisi de mobiliser notre force d’action sur la thématique du sens des peines, qui doivent être mieux pensées et plus efficaces.

Ce groupe de travail est en quête de nouveaux membres : intéressés, n’hésitez pas ! 

Contactez nous au 01.40.40.42.43

 

Articles associés

Actualité
Photo_Actualité 20ème Congrès PCC-redim
Chine

20ème congrès du Parti communiste chinois, dix ans de règne...

Le 12 / 10 / 2022
Le 16 octobre aura lieu le 20ème congrès du Parti Communiste Chinois (PCC), dont l’objectif est de désigner les dirigeants de la Chine pour cinq ans. Sauf évènement inattendu, Xi Jinping devrait être reconduit à son poste de secrétaire général du Parti pour un troisième mandat, après déjà presque dix ans de présidence. L'occasion de revenir sur son bilan en matière de droits humains, entre des arrestations arbitraires de la société civile et des crimes contre l’humanité commis envers les Ouïghours.
Actualité
image pdm coal - site

30 ans de correspondances pour dire non à la peine de mort

Le 10 / 10 / 2022
À l'occasion de la 20e journée mondiale contre la peine de mort consacrée à la torture, l'ACAT-France qui a mis en place une action de correspondance avec les condamnés à mort aux Etats-Unis il y a plus de 30 ans, a interrogé Paa Kofi, chargé de mobilisation et responsable de l'animation du programme. Il nous explique en quoi le lien tissé entre les correspondants et les détenus est essentiel.
Actualité
Visite-Sultana-Khaya_2022
Sahara OccidentalMaroc

Sahara occidental : Sultana Khaya, le visage des défenseures ...

Le 26 / 09 / 2022
Le 16 septembre 2022, l’ACAT-France a eu le plaisir de recevoir Sultana Khaya, défenseure des droits humains et activiste pacifique sahraouie, lors de son passage à Paris. Après un an et demi de résidence surveillée, de harcèlements, d’agressions physiques et sexuelles, elle a enfin pu quitter son domicile de Boujdour le 1er juin 2022 pour se rendre en Espagne où elle a pu recevoir des soins.