Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Cameroun
Actualité

Une blague sur Boko Haram : 10 ans de prison pour trois lycéens

Cela va bientôt faire un an que Fomusoh Ivo Feh, Afuh Nivelle Nfor et Azah Levis Gob, trois amis lycéens, ont été condamnés à une peine de dix ans de prison ferme pour avoir partagé par SMS une blague sur le groupe islamiste nigérian Boko Haram.
230581_Fomusoh_Ivo_Feh_s_brother
Le 16 / 10 / 2017

Cela va bientôt faire un an que Fomusoh Ivo Feh, Afuh Nivelle Nfor et Azah Levis Gob, trois amis lycéens, ont été condamnés à une peine de dix ans de prison ferme pour avoir partagé par SMS une blague sur le groupe islamiste nigérian Boko Haram.

En décembre 2014, Azah Levis Gob reçoit d’un ami le SMS suivant en anglais : « Boko Haram recrute des jeunes de 14 ans et plus. Condition de recrutement : avoir validé quatre matières et la religion au baccalauréat ». Il transfère la plaisanterie à son ami Fomusoh Ivo Feh qui, à son tour, l’envoie à Afuh Nivelle Nfor. Le SMS est découvert par un enseignant. Il alerte aussitôt la police. Les trois lycéens sont immédiatement arrêtés et écroués à la maison centrale de Yaoundé.

Le 2 novembre 2016, pratiquement deux ans après leur arrestation, les trois jeunes sont condamnés à dix ans de prison ferme en première instance par le tribunal militaire de Yaoundé pour « non dénonciation d’actes terroristes ».

Ils ont fait appel et depuis lors ils attendent que leur procès en appel soit ouvert. Mis au programme le 16 mars 2017, ce procès en appel est sans cesse renvoyé.

La sentence de dix ans de prison contre ces trois jeunes lycéens ne se justifie pas sur le plan légal : il a été clairement démontré, au cours du procès, que le SMS a été échangé  dans un cadre amical, sans lien avec une organisation terroriste. La Cour d’appel doit réexaminer l’affaire en partant de zéro. Il faut mettre un terme à cet intolérable abus contre ces lycéens qui ont pratiquement perdu trois années de leur vie.

Contexte

Depuis 2014, la région de l’Extrême-Nord au Cameroun est en proie à un conflit, quand la secte islamiste nigériane Boko Haram a entrepris des attaques répétées contre les populations et les organes de l’État. Face à ces attaques, les autorités camerounaises ont déployé de plus en plus de soldats sur le terrain. Ces derniers ont répondu à Boko Haram par la force, y compris contre les populations considérées comme proches des islamistes. Depuis lors, la situation sécuritaire et celle des droits de l’homme se sont fortement dégradées dans le nord du Cameroun.

Une société civile intimidée qui s’autocensure

Depuis le début du conflit de basse intensité, plusieurs journalistes et défenseurs des droits de l’homme camerounais et étrangers ont été intimidés pour avoir été présents dans le Nord du Cameroun ou pour avoir voulu enquêter dans cette partie du territoire. Une autocensure est aujourd’hui pratiquée au sein de ces professions, d’autant plus que la législation nationale relative à la lutte contre le terrorisme s’est durcie avec une loi promulguée en décembre 2014 qui enfreint de nombreux droits et libertés fondamentales. Dorénavant, toute parole ou écrit public, considérés comme « apologie des actes de terrorisme », est passible de 15 à 20 ans d’emprisonnement et d’une amende de 25 à 50 millions de FCFA. Le problème c’est que la définition du « terrorisme » est très large et que le terme « apologie » n’est pas définie. Du coup, les défenseurs des droits de l’homme et les journalistes peuvent potentiellement être condamnés à de lourdes peines s’ils font leur travail.

Vous pouvez agir en leur faveur en envoyant cette lettre.

Articles associés

Appel du mois
AM 2022-05-Awasum Mispa-COVER
Cameroun

Je soutiens Awasum et les autres prisonniers politiques

Le 26 / 04 / 2022
Au cours du mois de décembre 2021, Awasum Mispa Fri, présidente des Femmes du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), et plus de 80 autres cadres et militants de ce parti, ont été condamnés à des peines allant de six mois à sept ans de prison ferme pour avoir manifesté pacifiquement.
Appel à mobilisation
AAM_Paul-Chouta_Thumbnail_20220331
Cameroun

Paul Chouta à nouveau agressé !

Le 31 / 03 / 2022
Dans la soirée du 9 au 10 mars 2022, Paul Chouta – journaliste et membre de Tournons la Page (TLP) – a été enlevé à Yaoundé en pleine rue par trois hommes en tenue civile. Conduit dans une camionnette en périphérie de la ville, le journaliste a été frappé avec divers objets jusqu’à ce qu’il perde connaissance. Ce journaliste critique à l’égard des autorités camerounaises a déjà fait l’objet de violences physiques et d’une détention arbitraire pendant presque deux années. Une enquête sur son agression récente est en cours.
Article
Article_Cameroun-Guerre-Qui-Ne-Dit-Pas-Son-Nom_Thumbnail
Cameroun

Au Cameroun, une guerre qui ne dit pas son nom

Le 16 / 03 / 2022
Depuis plus de cinq ans, les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun connaissent une crise politique et sécuritaire majeure dont la nature juridique est encore incertaine. A-t-on affaire à des « troubles intérieurs » ou à un « conflit armé non international » ? L’enjeu est important, alors que la répression du régime est féroce. Retour sur une « crise oubliée » qui a fait plus de 6 000 morts.