Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Cameroun
Actualité

Un journaliste injustement condamné à 10 ans de prison

M. Ahmed Abba, correspondant de Radio France Internationale (RFI), a été condamné, le 24 avril 2017, à dix ans de prison ferme et à une amende de 56 millions de francs CFA (84 000 euros) par le Tribunal militaire de Yaoundé, en vertu de la loi anti-terroriste de décembre 2014, qui déroge au code pénal et ne respecte pas les principes d’un procès équitable.
ahmed-abba-full
Le 26 / 04 / 2017

 

Monsieur Ahmed Abba, correspondant de Radio France Internationale (RFI) en langue haoussa au Cameroun, a été condamné, le 24 avril 2017, à dix ans de prison ferme et à une amende de 56 millions de francs CFA (84 000 euros) par le Tribunal militaire de Yaoundé, en vertu de la loi anti-terroriste de décembre 2014, qui déroge au code pénal et ne respecte pas les principes d’un procès équitable.

 

Le 20 avril 2017, le Tribunal militaire avait reconnu coupable M. Ahmed Abba de « non-dénonciation d’actes de terrorisme » et de « blanchiment d’actes de terrorisme » au profit des djihadistes de Boko Haram, sans qu’aucune preuve de ces délits ne soit apportée. L’accusation n’a même pas indiqué de quel(s) produit (s)de blanchiment il s’agissait…

La condamnation s’est basée sur l’existence d’un téléphone qui aurait appartenu  à « un terroriste » ou peut-être à « une victime du terrorisme » - selon les accusations changeantes du parquet - dont la sauvegarde numérique aurait été retrouvée dans l’un des ordinateurs du cybercafé que tenait le journaliste à Maroua, ville située dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun.

Les avocats du journaliste ont certes obtenu la non condamnation à mort de leur client, ainsi qu’une réduction de peine à dix ans de prison en faisant valoir la conduite exemplaire du journaliste depuis son arrestation, le 30 juillet 2015, et le fait qu’il n’ait jamais été impliqué dans la moindre affaire auparavant.

Mais cette condamnation reste injuste car elle ne se base sur rien. Elle laisse penser que c’est le travail d’investigation des journalistes indépendants qui est visé : un message d’intimidation pour tous ceux qui traitent des questions liées à la lutte contre Boko Haram et au respect des droits de l’homme.

Ses avocats ont fait appel. Il est primordial que cet appel soit examiné plus sereinement par un tribunal civil et ce rapidement.

 

Contexte

 

 

M. Ahmed Abba, un journaliste qui ne devrait pas être en prison

M. Ahmed Abba a été arrêté arbitrairement à Maroua le 30 juillet 2015 par les forces de l’ordre. Dans un premier temps, il a été maintenu plus de trois mois en détention au secret : il ne pouvait recevoir aucune visite (avocat, médecin, proches). Au cours de cette période, il a été torturé dans un centre géré par les services secrets nigérians. Il a ensuite dû attendre quatre mois en prison avant que son procès ne s’ouvre, le 29 février 2016, devant une instance judiciaire militaire et non devant une instance civile. Ce jour-là, l’accusation avait annoncé qu’elle présenterait cinq témoins pour faire « la preuve de la culpabilité » du journaliste. Ces témoins ne sont jamais venus à la barre… Pendant de nombreux mois, la procédure pour « complicité d’actes de terrorisme » et « non-dénonciation d’actes de terrorisme » a traîné en longueur devant le Tribunal militaire de Yaoundé et les audiences ont sans cesse été renvoyées pour diverses raisons, plus ou moins valables. L’accusation de « complicité » avec Boko Haram est tombée faute de preuves. Les preuves apportées par RFI ont également permis de faire tomber l’accusation d’ « apologie du terrorisme ». Les juges ont ainsi reçu une copie de tous les travaux produits par Ahmed Abba : nulle part dans les textes qu’il a rédigés, on ne trouve de trace de propagande en faveur de Boko Haram.

 

Le Cameroun, en guerre contre Boko Haram

Depuis 2014, la région de l’Extrême-Nord au Cameroun est en proie à un conflit armé asymétrique de basse intensité depuis que la secte islamiste nigériane Boko Haram a entrepris des attaques répétées contre les populations et les organes de l’État. Face à ces attaques, les autorités camerounaises ont déployé de plus en plus de soldats sur le terrain. Ces derniers ont répondu à Boko Haram par la force, y compris contre les populations considérées comme proches des islamistes. Depuis lors, la situation sécuritaire et celle des droits de l’homme se sont fortement dégradées dans le nord du Cameroun.

 

Vous pouvez agir en sa faveur en envoyant cette lettre.

 

Articles associés

Appel du mois
AM 2022-05-Awasum Mispa-COVER
Cameroun

Je soutiens Awasum et les autres prisonniers politiques

Le 26 / 04 / 2022
Au cours du mois de décembre 2021, Awasum Mispa Fri, présidente des Femmes du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), et plus de 80 autres cadres et militants de ce parti, ont été condamnés à des peines allant de six mois à sept ans de prison ferme pour avoir manifesté pacifiquement.
Appel à mobilisation
AAM_Paul-Chouta_Thumbnail_20220331
Cameroun

Paul Chouta à nouveau agressé !

Le 31 / 03 / 2022
Dans la soirée du 9 au 10 mars 2022, Paul Chouta – journaliste et membre de Tournons la Page (TLP) – a été enlevé à Yaoundé en pleine rue par trois hommes en tenue civile. Conduit dans une camionnette en périphérie de la ville, le journaliste a été frappé avec divers objets jusqu’à ce qu’il perde connaissance. Ce journaliste critique à l’égard des autorités camerounaises a déjà fait l’objet de violences physiques et d’une détention arbitraire pendant presque deux années. Une enquête sur son agression récente est en cours.
Article
Article_Cameroun-Guerre-Qui-Ne-Dit-Pas-Son-Nom_Thumbnail
Cameroun

Au Cameroun, une guerre qui ne dit pas son nom

Le 16 / 03 / 2022
Depuis plus de cinq ans, les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun connaissent une crise politique et sécuritaire majeure dont la nature juridique est encore incertaine. A-t-on affaire à des « troubles intérieurs » ou à un « conflit armé non international » ? L’enjeu est important, alors que la répression du régime est féroce. Retour sur une « crise oubliée » qui a fait plus de 6 000 morts.