Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Zimbabwe
Actualité

Un défenseur, disparu, en extrême danger

Itai Dzamara a disparu depuis le 9 mars 2015, interpellé par cinq hommes en civil. Sa femme, ses proches, ses collègues défenseurs des droits de l’homme le recherchent désespérément depuis maintenant près de deux mois.
Itai Dzamara
Le 12 / 05 / 2015

Itai Dzamara a disparu. Sa femme, ses proches, ses collègues défenseurs des droits de l’homme le recherchent désespérément depuis maintenant près de deux mois.

Dans la matinée du 9 mars 2015, cinq hommes en civil interpellent Itai Dzamara alors qu’il sortait de chez un barbier à Glanview, une banlieue de la capitale Harare. Ils le menottent et le forcent à monter dans un fourgon blanc de marque Isuzu dont les plaques d’immatriculation sont dissimulées. Ils démarrent en trombe. Depuis lors, Itai Dzamara n’a plus donné signe de vie.

Itai Dzamara est un journaliste engagé dans les droits de l’homme. Il dirige le mouvement protestataire Occupy Africa Unity Square (OAUS), qui organise un sit-in de protestation pacifique quasi continu contre le gouvernement et ce, depuis octobre 2014. En sa qualité de meneur de ce mouvement, Itai Dzamara demandait régulièrement, et de manière publique, la démission du président zimbabwéen Robert Mugabe et l’organisation de nouvelles élections.

La femme d’Itai Dzamara s’est rendue au poste de police de Glen Norah le 9 mars pour signaler sa disparition et une enquête a été ouverte. Trois jours plus tard, des avocats se sont rendus au commissariat central de Harare après avoir reçu des informations selon lesquelles le journaliste s’y trouvait. Ils ont été refoulés par la police. Le lendemain, la Haute Cour de justice de Harare a ordonné à la police de rechercher le défenseur des droits de l’homme dans les différents commissariats de la capitale.

Aujourd’hui, près de deux mois ont passé depuis l’enlèvement d’Itai Dzamara et aucune enquête crédible ne semble être en cours. La Haute Cour de justice de Harare n’a pas encore été informée des démarches de la police. Les autorités zimbabwéennes doivent informer l’opinion publique de l’avancée de l’enquête et intensifier les recherches pour retrouver le défenseur des droits de l’homme.

Qu’est-ce qu’Occupy Africa Unity Square (OAUS) ?

Occupy Africa Unity Square (OAUS) est un groupe protestataire en faveur de la démocratie au Zimbabwe, créé en octobre 2014. La place Africa Unity Square est un parc du centre de la capitale, Harare, qui jouxte le Parlement et se situe près de la présidence de la République. Depuis octobre 2014, les militants d’OAUS y organisent régulièrement des sit-in pacifiques pour appeler le gouvernement à prendre ses responsabilités pour son échec à satisfaire les besoins de son peuple. Ils appellent à la démission de Robert Mugabe et à la tenue de nouvelles élections.

Itai Dzamara, un habitué des violences policières

Le 6 novembre 2014, Itai Dzamara a été violemment agressé à Harare par des policiers antiémeutes qui l’ont laissé sans connaissance. Il a alors dû être ranimé à l’hôpital et placé en soins intensifs. En sa qualité de meneur de l’OAUS, il avait remis au président Robert Mugabe, en octobre 2014, une pétition demandant sa démission.

Un État tortionnaire

L’histoire du Zimbabwe est marquée par une violence politique constante. Depuis l’indépendance du pays en 1980, Robert Mugabe – aujourd’hui âgé de 91 ans – tient les rênes du pouvoir avec son parti, l’Union nationale africaine du Zimbabwe–Front patriotique (ZANU-PF). La constitution zimbabwéenne lui permet théoriquement de rester au pouvoir jusqu'à 99 ans. La situation humanitaire du pays est très fragile et l’économie en crise perpétuelle. La torture reste toujours un phénomène préoccupant.

Vous pouvez agir en faveur d'Itai Dzamara en envoyant cette lettre.

Articles associés

Communiqué
Denis-Sassou-Nguesso
Congo

Ratifier la Convention contre les disparitions forcées

Le 28 / 02 / 2022
Il y a 15 ans, en février 2007, la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées était ouverte aux signatures avant d’entrer en vigueur trois ans plus tard. Alors que des disparitions forcées continuent d’affecter des familles en République du Congo (Congo), nous, organisations de défense des droits humains, appelons les autorités congolaises à ratifier la Convention.
Appel à mobilisation
20211202_aam_lutte_criminalite_congo_brazzaville_thumbnail
Congo

La criminalité se combat par le droit

Le 02 / 12 / 2021
En République du Congo, la lutte contre la criminalité et le banditisme menée par les autorités se fait au détriment du droit par des violations : exécutions sommaires, disparitions forcées, tortures, arrestations arbitraires… Des associations congolaises alertent depuis des mois sur la dérive répressive des forces de l’ordre avec la responsabilité des autorités publiques. Des vidéos postées sur les réseaux sociaux montrent certaines de ces exactions.
Actualité
journee_internationale_disparitions_forcees_v1

Disparitions forcées : l'impunité n'a que trop duré

Le 27 / 08 / 2021
Le 30 août commémore la Journée internationale des victimes de disparition forcée*, en soutien aux personnes victimes de disparitions commises par des agents de l’État. Violation flagrante de plusieurs libertés fondamentales, l’ACAT-France rappelle à cette occasion le droit pour toute personne de ne craindre aucune persécution.