Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
États-Unis
Actualité

Un adepte de la torture à la Maison Blanche

Donald Trump sera le prochain président des Etats-Unis. Très tôt durant la campagne pour les élections présidentielles, celui-ci a pris position en faveur de la torture. L’ACAT s’engage à redoubler de vigilance sur les violations des droits de l’homme aux Etats-Unis.
donald_trump
Crédits : Gage Skidmore / Flickr Creative Commons
Le 09 / 11 / 2016

Donald Trump sera le prochain président des Etats-Unis. Très tôt durant la campagne pour les élections présidentielles, celui-ci a pris position en faveur de la torture. L’ACAT s’engage à redoubler de vigilance sur les violations des droits de l’homme aux Etats-Unis.

En novembre 2015, Donald Trump avait déclaré qu’il rétablirait « absolument » la simulation de noyade comme technique d’interrogatoire et « ferait même bien pire encore ». La méthode de torture du waterboarding consiste à verser de l'eau sur un tissu placé sur le nez et la bouche d'un prisonnier. Elle a été interdite par l’administration Obama, après avoir été mise en place sous la présidence de George W. Bush à la suite des attentats du 11 septembre 2001. Un rapport du Sénat américain a montré que la torture utilisée par l’administration Bush n’avait jamais permis de recueillir des renseignements fiables.

M. Trump a en outre justifié la torture en arguant qu’il fallait «  frapper les sauvages ».  Il avait considéré après les attentats de Paris que torturer le terroriste Salah Abdeslam aurait pu éviter les attentats de Bruxelles. Le futur président américain a par ailleurs déclaré qu’il garderait ouvert le centre de détention de Guantanamo et qu’il le « remplirait de sales types ».

Début 2016, Donald Trump avait aussi déclaré que « le problème, ce sont les Conventions de Genève », qui régissent le droit international humanitaire. Selon lui, les soldats américains ont peur de se battre dans le cadre de la lutte antiterroriste à cause de « toutes les sortes de règles et régulations » qu’elles contiennent. Il demande par conséquent « des changements, des ajustements » des Conventions de Genève.

A propos de la peine de mort, Donald Trump a affirmé que la peine de mort dissuadait les criminels - ce qu'aucune étude statistique n"a jamais réussi à prouver - et que l'injection létale était « une façon trop confortable pour (les) criminels de mourir ».

Il faudra juger Donald Trump par ses actes. Mais après une campagne empreinte de racisme, misogynie et xénophobie, on peut craindre le pire. C’est pourquoi l’ACAT s’engage à rester vigilante.

Articles associés

Communiqué
Lettre-Ouverte_Sommet-USA-ASEAN_20220511
BirmanieÉtats-UnisVietnam

Lettre ouverte à Joe Biden en amont du sommet États-Unis-ASEAN

Le 12 / 05 / 2022
Peu avant le sommet spécial États-Unis-ASEAN qui se tiendra à Washington DC les 12 et 13 mai 2022, plusieurs ONG de défense des droits de l’homme écrivent au président Joseph Biden pour l’alerter sur l’escalade des atteintes aux droits numériques et suppression de la liberté d’expression en Asie du Sud-Est.
Rapport
actu-rt-1160x600
AngolaCongoFranceMexiqueMauritaniePhilippinesÉtats-UnisVietnam

12 éclairages pays pour comprendre le recours à la torture

Le 01 / 09 / 2021
Le 26 juin 2021, à l’occasion de la Journée internationale des Nations unies pour le soutien aux victimes de la torture, l’ACAT-France a publié la 6ème édition de son rapport Un monde tortionnaire. Douze États font l’objet d’un éclairage sur les pratiques tortionnaires et sur ce que leur acceptation, leur légitimation et leur banalisation disent des sociétés.
Actualité
Charles Flores_ aout 2015 - copie
États-Unis

Une avocate de la dernière chance pour Charles Flores

Le 07 / 10 / 2020
Gretchen Sween, avocate spécialisée dans la défense des condamnés à mort indigents au Texas, tente par tous les moyens de casser la condamnation à mort de Charles Flores. Elle pointe les nombreux obstacles pour défendre des accusés encourant la peine capitale et les condamnés à mort aux États-Unis.