Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Mexique
Actualité

Trois hommes indigènes torturés

Juan Antonio Gómez Silvano, Roberto Gómez Hernández et Mario Águilar Silvano, indigènes tzeltales et sympathisants zapatistes, dénoncent des tortures et mauvais traitements par des policiers municipaux de Chilón (Chiapas).
policia_chilon
Crédits : hbautista / Flickr Creative Commons
Le 29 / 09 / 2014

Juan Antonio Gómez Silvano, Roberto Gómez Hernández et Mario Águilar Silvano, indigènes tzeltales et sympathisants zapatistes, dénoncent des tortures et mauvais traitements par des policiers municipaux de Chilón (Chiapas).

Á 4 heures du matin, le 16 septembre 2014, les trois hommes rentraient chez eux après avoir participé aux festivités de la journée nationale du Mexique. Une quarantaine de policiers municipaux les ont arrêtés les accusant d’avoir blessé un collègue par arme à feu plus tôt dans la soirée.

Ils les ont roués de coups de pied et de poing et leur ont projeté du gaz dans les yeux avant de les jeter, sur le ventre, dans une camionnette et de leur marcher sur le dos et les mains. Au commissariat, les coups et les projections de gaz se sont poursuivis.

Le lendemain, dans les locaux du parquet, à Ocosingo, les trois hommes ont été frappés en présence d’un agent du ministère public. Monsieur Águilar Silvano a subi une tentative d’asphyxie avec un sac en plastique. Monsieur Gómez Hernández a été soumis à des pressions psychologiques afin de dénoncer ses deux camarades. Les trois détenus, qui ne savent ni lire ni écrire, ont été contraints d’apposer leurs empreintes digitales sur une déposition. Aucun interprète et aucun avocat ne les a assistés. Ils ont été inculpés le 18 septembre.

Au cours de la première audience, le juge a constaté des lésions et a ordonné au ministère public d’ouvrir une enquête pour torture. Il n’a cependant pas encore abandonné les charges pesant sur les trois hommes ni rejeté les preuves obtenues sous la torture.

 

Contexte

La torture comme première méthode d’enquête

La Commission nationale des droits de l’homme (CNDH) a enregistré 1 505 plaintes pour torture et mauvais traitements en 2013 contre 219 en 2003, soit une augmentation de 600 % en dix ans.

En avril 2014, le rapporteur spécial de l’ONU sur la torture, Juan E Méndez, s’est rendu au Mexique. Il a dénoncé une « endémie inquiétante » au sein de « tous les corps de sécurité publique, policiers ou militaires. » Dans la plupart des cas, le mode opératoire est similaire : les individus sont arrêtés avant même le début de l’enquête et font l’objet de coups et de menaces dès le transfert vers le lieu de détention. Selon le rapporteur spécial, « la victime est [ensuite] asphyxiée avec des sacs en plastique, subit des chocs électriques sur les parties génitales ou des violences sexuelles. » Les personnes arrêtées ne sont remises aux autorités judiciaires qu’au bout de 6 à 18 heures alors que, selon les termes de la loi, cette présentation doit avoir lieu immédiatement et en présence d’un avocat. Très souvent, les juges acceptent les confessions obtenues sous la torture, violant le droit des accusés à un procès équitable. L’impunité des coupables est quasi systématique : « La plupart des coupables ne sont jamais identifiés. Et lorsqu’ils le sont, ils ne sont pas arrêtés. Certains restent même en poste. »

Les populations indigènes, parmi les plus vulnérables

Les Mexicains d’origine indigène sont toujours sujets à des discriminations. Dans le cadre d’interventions policières et militaires et de procédures judiciaires, ils sont très exposés aux risques d’arrestations et détentions arbitraires, de torture et mauvais traitements, de procès inéquitables. La présence d’interprètes et d’avocats demeure aléatoire : un détenu indigène pourra ainsi plus facilement être contraint de signer une déposition sans la comprendre.

 

Source : Centre des droits de l’homme Fray Bartholomé de Las Casas (Frayba) au Chiapas

 

Vous pouvez agir auprès des autorités mexicaines en envoyant cette lettre.

 

Articles associés

Bonne nouvelle
Libération-Marcelino-Ruiz
Mexique

Marcelino Ruiz a été libéré !

Le 09 / 05 / 2022
Membre de la communauté indigène tzotzil, Marcelino Ruiz était victime d'une procédure inique lancée à son encontre par les autorités du Chiapas, au Mexique. Un groupe d'experts des Nations unies avait qualifié sa détention d'arbitraire.
Appel à mobilisation
AAM_Ruiz-Lopez_Thumbnail_20220323
Mexique

Le Mexique doit libérer Marcelino Ruiz et les frères López

Le 24 / 03 / 2022
Au Chiapas, trois détenus de la communauté indigène tzotzil sont victimes depuis des années d’une procédure inique. Malgré la demande de libération immédiate émise par le groupe de travail sur la détention arbitraire des Nations Unies, les autorités mexicaines continuent de les maintenir en détention. Ils doivent être libérés.
Appel à mobilisation
AAM_Erick-Veronica_Thumbnail_20220217
Mexique

Erick Iván et Verónica doivent être libérés immédiatement

Le 17 / 02 / 2022
Cela fait maintenant près de 11 ans que Erick Ivan et Verónica Razo Casales sont incarcérés sans procès, sur la seule base d’aveux arrachés sous la torture. Au début du mois de février 2022, un de leur bourreau qui travaillait alors pour la police fédérale de Mexico, Porfirio Javier Sánchez, aujourd’hui chef de la Sécurité de l’État de Aguascalientes, a été arrêté pour torture. Malgré cette nouvelle, Erick et Verónica restent emprisonnés. Cela doit cesser.