Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Mexique
Actualité

Torturé et détenu pour avoir dénoncé des policiers ?

Presque quatre ans après son arrestation arbitraire et des tortures, Miguel Ángel Gaytan López croupit toujours en prison sans perspective claire quant à sa condamnation et à sa plainte pour violations de ses droits. Lui et sa famille sont constamment menacés. Mobilisons-nous pour qu’ils obtiennent justice !
CAMPANA VS TORTURA
Le 12 / 12 / 2018

Le 6 février 2015, deux policiers ont pointé une arme à feu sur Miguel Ángel Gaytan López alors qu’il sortait d’une épicerie. Miguel Ángel allègue qu’ils lui ont pris son portefeuille, ses papiers d’identité et ses cartes bancaires. Puis, ils l’ont conduit à un terrain vague où, l’accusant du vol d’un portable, ils lui ont infligé des chocs électriques, l’ont frappé et piétiné, et ont menacé de mort sa mère. L’interrogatoire s’est poursuivi au poste, sous les coups, les gifles. Un policier lui crachait également dessus. Ils lui ont dit que c’était en représailles de la plainte déposée contre leur unité par son père : le 29 décembre 2014, la police judiciaire se serait introduite chez eux sans mandat de perquisition et leur aurait dérobé de l’argent et des objets de valeur.

Le lendemain, conduit au ministère public, Miguel Ángel indique que l’agent chargé de sa déposition éteignait régulièrement la caméra pour faire pression sur lui. Son avocat commis d’office, arrivé plus tard, l’incitait également à se déclarer coupable. Au terme des 48 heures légales de garde-à-vue, qui devaient aboutir à sa libération, deux mandats d’arrêt pour vol qualifié sont tombés à son encontre, et il a été envoyé en prison, où il est toujours.

En octobre  2016, les services du procureur de l’État indiquent avoir ouvert une enquête pour torture. Cependant, il n’y a toujours aucune avancée connue.

Saisie en juin 2015 par le père de Miguel Ángel, la Commission étatique des droits de l’homme (CEDH) a rendu ses conclusions au Procureur général de Chihuahua le 2 mai 2018. Il en ressort que Miguel Ángel a été arrêté et détenu arbitrairement et que le Protocole d’Istanbul sollicité par la CEDH établit la vraisemblance des allégations de torture. La CEDH recommande d’accélérer l’enquête et de suspendre de leurs fonctions les policiers mis en cause. Cela apparaît d’autant plus urgent que Ricardo, frère de Miguel Ángel, et leurs parents dénoncent des menaces régulières à leur encontre.

 

Contexte

Les ravages de la « guerre contre le crime »

Depuis douze ans, le Mexique traverse une très grave « crise des droits de l'homme » avec un taux d'impunité de 98 %, selon les propres termes de l’ONU. Dans le cadre de la « guerre » gouvernementale contre la délinquance organisée, les forces de l’ordre et l’appareil judiciaire ont procédé à des arrestations et des condamnations massives en recourant à l’extorsion d’aveux et aux preuves illicites.

La torture, une pratique endémique

Policiers et militaires sont généralement responsables des épisodes de torture les plus sévères au cours des premières heures de l’arrestation, des transferts et de la détention. Dans de nombreuses affaires, des agents des ministères publics sont accusés d’avoir couvert des arrestations et des détentions arbitraires, torturé les détenus et fabriqué des preuves, procédé à des intimidations jusqu’à la présentation devant le juge. Plusieurs cas mettent  en évidence la complicité de juges qui n’ordonnent pas d’enquête en cas d’allégations de tortures, d’avocats commis d’office (liés au ministère public) qui couvrent ou taisent les atteintes aux droits de leurs clients.

Ciudad Juárez, ville frontalière de tous les dangers

La ville de Ciudad Juárez est adossée à la ville de El Paso, côté américain, et forme avec cette dernière le noyau frontalier le plus peuplé du monde. Ciudad Juárez est une zone de passage pour les constants flux de migrants mexicains et centraméricains. De nombreux travailleurs précaires passent dans les quelque 300 maquiladoras (usines d’assemblage d’entreprises étrangères). La ville enregistre une très grande inégalité sociale et des conflits de territoires pour les divers trafics. A côté, Valle de Juárez, plus rurale et moins peuplée, est le lieu idéal pour passer la drogue si bien qu’on y enregistre les taux les plus élevés d’exécutions, de disparitions, de fosses clandestines et de déplacements forcés (40 % des habitants sont partis du fait de la violence).

Non seulement les autorités se rendent coupables de violations de droits humains et n’enquêtent pas, mais en plus elles continuent de criminaliser les victimes, de sous-entendre qu’elles sont liées à la délinquance, ce qui les isole du reste de la société et les rend plus vulnérables à de nouvelles violences.

 

Vous pouvez envoyer ce courrier aux autorités mexicaines pour soutenir Miguel Ángel Gaytan López.

Articles associés

Bonne nouvelle
Libération-Frères-López
Mexique

Les frères Montejo López sont libres !

Le 18 / 05 / 2022
Après la libération, il y a quelques jours, de Marcelino Ruiz, l'ACAT-France apprend avec beaucoup de satisfaction la libération d'Abraham et German López Montejo. Membres eux aussi de la communauté indigène tzotzil, ils avaient été arrêtés arbitrairement et soumis à la torture pour avouer sous la contrainte un meurtre qu'ils n'avaient pas commis.
Bonne nouvelle
Libération-Marcelino-Ruiz
Mexique

Marcelino Ruiz a été libéré !

Le 09 / 05 / 2022
Membre de la communauté indigène tzotzil, Marcelino Ruiz était victime d'une procédure inique lancée à son encontre par les autorités du Chiapas, au Mexique. Un groupe d'experts des Nations unies avait qualifié sa détention d'arbitraire.
Appel à mobilisation
AAM_Ruiz-Lopez_Thumbnail_20220323
Mexique

Le Mexique doit libérer Marcelino Ruiz et les frères López

Le 24 / 03 / 2022
Au Chiapas, trois détenus de la communauté indigène tzotzil sont victimes depuis des années d’une procédure inique. Malgré la demande de libération immédiate émise par le groupe de travail sur la détention arbitraire des Nations Unies, les autorités mexicaines continuent de les maintenir en détention. Ils doivent être libérés.